Services publics et Approvisionnement Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Le 9 février 2012

Compte rendu

Réunion du Comité consultatif gouvernemental sur le mobilier de bureau (CCGMB)
Compte rendu - 9 février 2012, de 9 h 00 à 12 h
Gatineau (Québec)

Présents :

  • Robert Axam, Haworth Ltd.
  • Jean Barbeau, Artopex Inc.
  • André Clément, Asokan Business Interiors & Public Sector Aboriginal Business Association (PSABA)
  • Gary Fawcett, Fawcett File & Storage Systems
  • Richard Lafontaine, Tayco (observateur)
  • Bruce Parratt, The Global Group
  • David Swire, Teknion Furniture Systems
  • Francine Brisebois, présidente, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC), Direction générale des approvisionnements, Direction des produits commerciaux et de consommation (DPCC)
  • April Charron, TPSGC, DPCC
  • Dolores Coelho, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
  • Maureen Farrington, TPSGC, Direction générale des biens immobiliers, Direction de la gestion des locaux à l'échelle nationale
  • Marc Gratton, Direction générale des services d'infotechnologie (soutien technique)
  • Chiazo Nnadi, TPSGC, DPCC
  • Alexandra Reid, TPSGC, Direction générale des biens immobiliers, Services d'architecture et du design d'intérieur
  • Kris Ruiter, TPSGC, DPCC
  • Tom Wilson, Direction générale des services d'infotechnologie (soutien technique)

Participants par WeBex :

  • Karen Cormier, Steelcase (observateur)
  • Eli Gilbert, Canadian Atlas Furniture Corp.
  • Brad Miller, Business and Institutional Furniture Manufacturers Association (BIFMA) (observateur)

Absents :

  • Barry Payne, Adirondack Furniture Technologies (observateur)
  • Mike Scandiffio, TPSGC, Communications
  • Daniel O. Jean, Patrimoine canadien
  • Robert Jordan, TPSGC, Bureau des petites et moyennes entreprises
  • Manon Brisebois, Industrie Canada

*Veuillez prendre note que la signature des participants n'a pas été obtenue.*

Points à l'ordre du jour

1. Mot d'ouverture

Francine Brisebois souhaite la bienvenue à tous les participants. La présidente souligne que c'est la première fois que la technologie WebEx est utilisée pour une réunion du CCGMB. Elle présente Tom Wilson et Marc Gratton, qui assureront le soutien technique pendant toute la durée de la réunion. La présidente demande à tous les participants de se présenter à tour de rôle.

La présidente reconnaît qu'une longue période s'est écoulée depuis la dernière réunion. Cependant, il y avait peu de choses à signaler au Comité, car beaucoup de temps a été consacré à l'établissement de l'ébauche de la Stratégie nationale d'approvisionnement en matière de mobilier de bureau. Cette stratégie est toujours conforme à l'exposé et aux renseignements présentés à la dernière réunion.

L'ordre du jour est examiné et approuvé tel que proposé.

2. Mandat

April Charron distribue la version finale du mandat révisé, avec le suivi des modifications. Elle sera affichée dans le site Web de TPSGC, où tous les employés y auront accès.

La présidente signale que le mandat a été approuvé par le sous-ministre adjoint, sans aucun changement important par rapport à la version révisée qui a été acceptée par le Comité. La version révisée est en mode de suivi des modifications.

3. Membres

La présidente souligne que des entreprises ont indiqué à TPSGC qu'elles étaient intéressées à faire partie du Comité. On a demandé l'opinion des membres actuels avant la réunion, et les réponses obtenues vont de « laisser les choses telles quelles » à « procéder par rotation ».

Il est important, tant pour TPSGC que pour le gouvernement du Canada, que le comité soit représentatif et que toutes les parties intéressées aient la chance d'y participer. Cela correspondrait aux principes d'équité, d'ouverture et de transparence du gouvernement. Le nombre de membres doit être gérable et l'industrie doit être bien représentée dans les diverses catégories.

Question à l'intention du Comité : Le Comité devrait-il être plus gros et plus diversifié? En général, les membres conviennent que la taille et la diversité actuelles des catégories sont adéquates. La plupart des membres représentent une association, et c'est par l'entremise des réseaux de leur association respective que les non-membres peuvent poser des questions et faire part de leurs préoccupations. Les associations peuvent décider de modifier ou d'établir une représentation par rotation.

Les membres conviennent en général que c'est une bonne idée d'utiliser la technologie WebEx pour permettre à des personnes de participer à la réunion en tant qu'observateurs, et que cette pratique devrait être poursuivie ultérieurement. Cela favorisera les communications entre les réunions, lesquelles seront ainsi entièrement transparentes et permettront aux observateurs non membres de faire rapport à leurs associations respectives ou à BIFMA.

BIFMA est également la voix unique pour tous, et c'est BIFMA qui a recommandé la composition initiale du Comité. Toutes les entreprises peuvent recourir à BIFMA comme voie de changement.

Un point est soulevé concernant le nombre d'associations représentées par le CCGMB. On se demande si les autres associations, en particulier les associations provinciales et territoriales, devraient être représentées au Comité.

Dolores Coelho, d'Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, indique qu'elle examinera la possibilité d'une deuxième association autochtone à part la PSABA.

La présidente déclare que la composition du Comité demeurera telle quelle, et que toutes les demandes de renseignements seront acheminées à l'association compétente.

Mesures de suivi :

  • Jean Barbeau doit s'informer dans sa région au sujet des activités de l'Association des fabricants de meubles du Québec.
  • Richard Lafontaine, de Tayco, voudrait devenir membre à part entière du Comité, car il est observateur depuis longtemps. Il aimerait représenter la catégorie des petites et moyennes entreprises canadiennes de fabrication.
  • À ce moment-ci, un seul siège est vacant au Comité, et c'est dans la catégorie des revendeurs.
  • Bruce Paratt, de Global, indique qu'il essaiera de trouver un revendeur pour ce siège vacant.
  • La présidente demande si les membres seraient d'accord pour afficher leur nom et l'association qu'ils représentent ainsi que leurs coordonnées dans Achats et ventes et autres sites Web de TPSGC. De cette façon, les entreprises sauraient qui contacter pour poser des questions ou faire part de leurs préoccupations. Les membres du Comité n'ont pas d'objection.

4. Ébauche de la Stratégie nationale d'approvisionnement en matière de mobilier de bureau

La présidente indique que la Stratégie nationale d'approvisionnement a été approuvée et signée par le sous-ministre adjoint de TPSGC. La Stratégie ne comporte que quelques petites modifications comparativement à l'information qui a été présentée à la réunion précédente du CCGMB.

La Stratégie sera affichée sur Système électronique d'appel d'offres (MERX) en mars; elle sera accompagnée d'un questionnaire à l'intention de l'industrie. Parallèlement, les clients de TPSGC pourront prendre connaissance de la Stratégie dans GCPedia, et répondre à un questionnaire similaire. La Division de l'ameublement encourage tout le monde à participer.

La Stratégie nationale d'approvisionnement et les questionnaires seront affichés durant quatre semaines, après quoi TPSGC examinera les renseignements ainsi obtenus. Au besoin, TPSGC apportera les modifications nécessaires à la Stratégie.

La version finale de la Stratégie doit être achevée d'ici l'automne, et devra être approuvée par la direction de TPSGC.

La Stratégie nationale d'approvisionnement vise à simplifier les processus. La Division de l'ameublement s'occupe en générale des produits offerts dans le commerce. Les outils d'achat de biens et de services communs doivent permettre aux clients de procéder eux-mêmes à leurs achats. Ils seront en mesure de gérer eux-mêmes leurs achats, permettant ainsi à TPSGC de se concentrer sur les besoins plus complexes.

Les membres du Comité indiquent qu'au cours des dernières années, il y a eu beaucoup de changements sur les processus d'achat et du personnel. Cependant, les clients de TPSGC se plaignent auprès de l'industrie que les processus ne sont pas pour autant plus faciles ou plus souples.

La Stratégie nationale d'approvisionnement sera la pierre angulaire des achats d'ameublement de bureau pour les cinq prochaines années. Celle-ci ne vise pas seulement à modifier les arrangements en matière d'approvisionnement, mais également à trouver des processus d'approvisionnement centrés sur les solutions, entre autres.

Les membres du Comité demandent si les éléments de la Stratégie nationale d'approvisionnement seront mis en place rapidement. L'âge et le prix de produits dans le cadre de certaines offres à commandes à long terme posent problème. On estime en général que le plus rapidement les processus seront simplifiés, le mieux ce sera pour chacun.

La présidente aborde la mesure qui est proposée pour réduire la taille des paniers de biens dans chaque sous-catégorie. La mesure proposée consiste à faire en sorte que le bien ou service soit plus gérable. Il importe que les programmes soient responsables sur les plans administratif et financier.

Les membres du Comité font immédiatement part de préoccupations sérieuses en ce qui concerne cette proposition, les principales étant la nature restrictive des spécifications actuelles et la possibilité qu'elles pourraient le devenir encore plus.

April Charron fait observateur qu'avec les instruments d'achat regroupés, les produits les plus communs dont les clients de TPSGC ont besoin seront offerts, et non pas tous les produits possibles qui sont offerts sur le marché. Il est très important que les instruments d'achat, regroupés soient gérables au sein de TPSGC. Les membres du Comité font une mise en garde, car la mise à l'essai de cette façon de faire n'a guère été concluante parce que les spécifications étaient trop restrictives. Un autre commentaire est formulé à l'effet que les paniers de biens sont anciens et ne reflètent pas les tendances d'achat actuelles. Par exemple, le panier de biens offre des cloisons de 66 po, alors que tout le monde achète des cloisons de 55 po.

La présidente déclare que la Division de l'ameublement se dirige vers le rendement axé sur les spécifications plutôt que les spécifications techniques. Le but consiste à moins insister sur l'analyse des soumissions et de mettre davantage l'accent sur la certification. Ainsi, les entrepreneurs seront responsables de veiller à ce que leurs produits respectent les certifications et livrent les produits établis dans leur soumission. Si l'entrepreneur livre un produit qui ne respecte pas la certification ou ne correspond pas au produit commandé ou n'est pas un produit dans l'instrument d'achat, le contrat pourra être résilié pour manquement et l'entrepreneur devra payer le coût global de l'enlèvement, peut-être le coût du réapprovisionnement et assumer toutes les responsabilités pertinentes.

5. Instruments d'achat regroupés (IAR)

April Charron fait le point sur les IAR existants pour chaque sous-catégorie. La Division de l'ameublement prolongera les IAR actuels jusqu'à ce que la Stratégie nationale d'approvisionnement soit finalisée. Cependant, le renouvellement simultané des IAR sera harmonisé avec la Stratégie.

Veuillez vous reporter à l'exposé CCGMB PowerPoint Le 09, fevrier 2012 (html) qui a été présenté à la réunion et qui est également disponible en ligne.

Fauteuils de bureau

Les principaux aspects du nouvel arrangement en matière d'approvisionnement (AMA) pour les fauteuils de bureau sont les suivants :

  • AMA seulement – pas de combinaison offre à commandes/arrangement en matière d'approvisionnement;
  • trois paliers pour déterminer les règles régissant les achats;
  • panier de biens et services avec prix plafonds qui sera utilisé pour déterminer le palier;
  • possibilité pour les clients de faire appel à la concurrence ou de faire un achat en exclusivité de moins de 25 000 $;
  • prix en temps réel;
  • périodes d'actualisation des prix;
  • points d'entrée existants. Si les fournisseurs ne réussissent pas la première fois, ils peuvent se reprendre plus tard;
  • possibilité de remplacer entièrement l'AMA ou de le modifier en partie afin d'apporter des ajustements aux produits et mieux répondre aux besoins courants du client;
  • deux volets : général et autochtone;
  • capacité nationale d'approvisionnement pour le volet général, capacité régionale ou nationale pour le volet autochtone;
  • demande d'arrangement en matière d'approvisionnement (DAMA) d'une durée minimale de 40 jours.

Préoccupations des membres du Comité concernant les AMA :

  • La concurrence est plus forte pour chaque demande de soumissions; les clients de TPSGC et TPSGC pourraient éventuellement être inondés.
  • Les fournisseurs devront-ils avoir 100 % du panier de biens et services pour se qualifier? Si oui, il y aura un énorme goulot d'étranglement au niveau des laboratoires d'essai.
  • Les spécifications techniques pourraient-elles précéder la demande de renseignements afin que les essais puissent commencer?
  • Le calendrier de mise à l'essai devrait être prolongé afin de permettre à chacun de soumissionner.

La conversation concernant l'essai des produits mène à la discussion des spécifications techniques du gouvernement relatives au mobilier de bureau.

La présidente demande si les produits qui sont vendus au gouvernement du Canada sont également vendus à d'autres entreprises et au secteur privé. La réponse est « non ».

Le gouvernement recourt aux normes de l'Office des normes générales du Canada (ONGC) qui surpassent les normes de l'American National Standards Institute (ANSI)/BIFMA. L'ONGC ne fait pas de publicité, et le secteur privé n'utilise pas ses spécifications. Les banques ne les utilisent pas; elles utilisent une approche complètement différente.

Les spécifications GPD9 (Government Purchase Description) pour les rayonnages mobiles sont uniques au gouvernement du Canada. Personne d'autre ne les utilise.

Les membres du Comité conviennent de continuer à discuter ultérieurement des spécifications en général. La présidente convoquera une réunion en avril. Elle aimerait évaluer le risque présenté par l'harmonisation avec l'industrie et le secteur privé. Tous les membres conviennent de ne pas discuter au sujet des rayonnages mobiles en raison du caractère unique de ce produit.

Rayonnages mobiles

April Charron vérifiera la date d'expiration de l'IAR actuel pour les rayonnages mobiles.

Les principaux points sont les suivants :

  • Considérer l'AMA mais possibilité d'utiliser l'Offre à commandes (OC) pour les rayonnages mobiles à forte densité.
  • Il y a beaucoup d'adaptation aux besoins des clients pour laquelle le processus d'achat par OC se prête davantage.

Commentaires des membres du Comité :

  • La plupart des achats sont réalisés dans le cadre d'un projet.
  • Le processus de demande de propositions est trop long et, par conséquent, le produit est acheté par l'entremise de l'entrepreneur général afin d'éviter de passer par TPSGC.
  • Environ 50 % des contrats sont établis à l'extérieur de TPSGC. Les fournisseurs devraient traiter avec TPSGC plutôt qu'avec des intermédiaires de troisième et quatrième rangs.
Cloisons

Le TPSGC planifie une prolongation de l'IAR actuel afin d'avoir du temps suffisants pour émettre le nouveau IAR.

Les membres du Comité posent des questions au sujet du Milieu de travail 2.0. April Charron répond que la Division de l'ameublement n'a pas encore les définitions et les spécifications des produits; celles-ci sont actuellement établies par la Direction générale des biens immobiliers de TPSGC. Cependant, l'AMA peut être modifié en partie afin d'ajouter de nouveaux produits et de nouvelles spécifications pour le Milieu de travail 2.0.

La présidente réitère que le gouvernement vise les exigences axées sur le rendement et les solutions et les approvisionnements centrés sur les solutions; il faut essayer de donner plus de souplesse aux clients en évitant les structures précises.

Les membres du Comité formulent les commentaires suivants :

  • Beaucoup de produits sont personnalisés.
  • Il y a actuellement une limite artificielle fondée sur les dimensions.
  • Utiliser le plan d'étage et le nombre de postes, et demander aux fournisseurs de soumissionner sur ce document pour respecter le profil du travailleur.
  • Il ne devrait pas y avoir de produit typique; il devrait y avoir des conceptions pour satisfaire au profil du travailleur.
Armoires

La date d'expiration est mars 2012, mais il y aura prolongation jusqu'à ce que l'arrangement en matière d'approvisionnement soit établi.

Cloisons reconditionnés

L'utilisation et la nécessité de ce programme sont actuellement examinées. Celui-ci a été très peu utilisé jusqu'à présent.

Rangement pour réseau local

Ce programme vient à échéance en 2012. Il sera prolongé afin de combler l'écart en attendant la mise en place de la Stratégie nationale d'approvisionnement.

Système de table de travail

Il n'y a pas de programme à ce moment-ci. Il s'agit d'une sous-catégorie qui comporte très peu d'activité.

Les membres du Comité font remarquer que ce produit a été en grande partie fusionné avec d'autres catégories.

La présidente précise que le questionnaire de la Stratégie nationale d'approvisionnement comprend une question sur l'harmonisation des sous-catégories.

6. Commentaires de la fin

Les membres de l'industrie font remarquer que l'accent devrait être mis sur le fait qu'il ne doit y avoir qu'une seule demande d'offres à commandes à la fois pour s'assurer qu'elle est bien comprise et menée comme il se doit. Cela contribuera également à réduire la pression exercée sur les laboratoires qui font l'essai.

La présidente apprécie les commentaires et indique que le seul moyen serait de prolonger davantage certains programmes actuels. Les membres de l'industrie sont d'accord.

7. Réunions futures

La prochaine réunion est ciblée pour le mois de mars/avril 2012 par téléconférence/WebEx. On y discutera de la différence entre les spécifications techniques/fonctionnelles du secteur privé et du secteur public.

L'utilisation de la technologie WebEx est un succès, et elle sera vraisemblablement utilisée aux réunions futures.

De plus, les frais de déplacement ne seront vraisemblablement plus remboursés durant le prochain exercice financier. Les membres du Comité ne soulèvent aucune objection.

La séance est levée à 12 h 30.