Rapport de situation sur les projets de transformation et les grands projets de la couronne : Plan ministériel 2017 à 2018

Navigation pour document « Tableaux de renseignements supplémentaires »

Sur cette page

Vision et plan à long terme pour la Cité parlementaire

Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) assure la garde des édifices et des terrains du secteur entourant la Colline du Parlement, connu sous le nom de Cité parlementaire. Une partie de cet important mandat consiste à préserver l'intégrité historique et architecturale de ces biens et à assurer l'excellence du service à la clientèle.

En 2007, en collaboration avec les partenaires parlementaires (le Sénat, la Chambre des communes et la Bibliothèque du Parlement), SPAC a mis à jour la vision et le plan à long terme (VPLT). Cette mise à jour a permis d'établir une approche coordonnée à long terme en vue de réhabiliter les édifices du patrimoine de la Cité parlementaire (y compris les édifices du Parlement), de satisfaire aux exigences du parlement en matière de locaux et de créer un environnement sûr et accueillant pour les parlementaires, le personnel, les visiteurs et les touristes qui fréquentent les lieux.

La VPLT définit des priorités et des objectifs clairs, fournit des directives détaillées et établit un cadre pratique de mise en œuvre.

La Direction générale de la Cité parlementaire (DGCP) collabore étroitement avec ses partenaires parlementaires, y compris le Service de protection parlementaire, afin de déterminer les exigences parlementaires et de mener à bien des travaux complexes.

Pour veiller à ce que les travaux soient coordonnés et intégrés, la DGCP a mis sur pied les programmes suivants pour la réalisation des projets :

Le Programme des grands projets d'immobilisations est axé sur la réhabilitation d'importants édifices de la Cité parlementaire, dont la triade des édifices du Parlement (édifice de l'Ouest, édifice du Centre et édifice de l'Est), l'édifice situé au 180, rue Wellington et le Centre de conférences du gouvernement. De plus, SPAC construit un nouveau bâtiment, le complexe du Centre d'accueil des visiteurs, qui sera relié à la triade des édifices du Parlement afin d'appuyer les exigences en matière de sécurité et les exigences opérationnelles.

Le Programme de réfection veille à la réalisation des travaux nécessaires pour préserver les édifices, à régler les problèmes de santé et de sécurité, ainsi que pour réduire les dépenses globales tout en assurant le fonctionnement continu des édifices occupés. Les projets consistent en des interventions permanentes visant à arrêter ou à réduire la détérioration continue, notamment les travaux de réparation urgents des édifices, de façon à assurer la viabilité continue des édifices.

Le Programme de l'équipement et des éléments de connectivité des édifices porte sur la réalisation de projets à l'échelle de la Cité parlementaire en vue de fournir l'infrastructure et les services nécessaires pour mettre en œuvre les exigences en matière de connectivité dans la Cité parlementaire. L'équipement comprend les accessoires, le mobilier et le matériel. Les éléments de connectivité comprennent les réseaux d'interconnexion de réseautique, de sécurité et de multimédia, et d'autres systèmes de communication électronique.

Le Programme de planification met l'accent sur l'élaboration de plans directeurs pour orienter la planification des projets et les travaux préparatoires liés aux projets futurs, notamment l'établissement de plans et d'estimations de coûts. Il assure la coordination globale entre les projets en cours afin de veiller à ce qu'ils correspondent et contribuent aux objectifs généraux de la VPLT et de ses principes directeurs.

Résultats du projet

La VPLT est une stratégie complexe, sur plusieurs décennies, visant à renouveler la Cité parlementaire en :

Au fur et à mesure des progrès accomplis par la VPLT, d'autres avantages se manifestent, y compris :

Grâce aux travaux de la VPLT, la Cité parlementaire demeurera un symbole important du patrimoine canadien en plus d'être au cœur du système parlementaire d'un gouvernement capable de répondre aux demandes d'une nation croissante et dynamique, dans un monde en constante évolution.

Examen de la Vision et plan à long terme

La dernière mise à jour de la VPLT remonte à 2006. Depuis, bon nombre des paramètres initiaux du plan ont changé; c'est le cas notamment des exigences en matière de locaux et de sécurité ainsi que des objectifs du gouvernement en matière de durabilité. En 2017, le plan sera actualisé pour tenir compte de ces nouvelles circonstances et exigences.

La mise à jour de la VPLT se fera en deux étapes : La première consiste à établir une vision à long terme et à atteindre un consensus sur les nouvelles orientations. La seconde étape sera axée sur les travaux permettant de développer un plan actualisé.

Cette mise à jour sera réalisée en collaboration avec les partenaires parlementaires pour veiller à ce qu'elle continue à répondre aux priorités de ces derniers et qu'elle serve d'appui au gouvernement dans la prise de décisions éclairées visant les investissements dans la Cité parlementaire. Le plan comprendra également une stratégie pour regrouper les fonctions parlementaires qui ont été réinstallées dans des immeubles appartenant à l'État adjacents à la Colline du Parlement.

Retombées industrielles

La VPLT crée d'importantes possibilités d'emploi grâce aux contrats confiés à des petites, moyennes et grandes entreprises partout au Canada, et comprend des critères d'attribution de marchés réservés aux entreprises autochtones.

Avec l'achèvement prochain des grands projets de réhabilitation de l'édifice de l'ouest et du centre de conférences du gouvernement, et de la construction de la première phase du centre d'accueil des visiteurs, la VPLT aura créée près de 25 000 emplois. La VPLT prévoit générer des milliers d'emplois au cours de la prochaine décennie à travers un multiple éventail de l'économie Canadienne, de l'ingénierie au travail architectural jusqu'à la fabrication industrielle et le domaine de la construction, tout en poursuivant ses efforts pour appuyer les programmes des apprentis pour les métiers tels que maçon, électricien, plombier, menuisier et autres.

Des contrats de plusieurs millions de dollars seront attribués sur une période de plusieurs années pour la construction d'immeubles, les services d'architecture et de génie, les services de gestion de projets, les services de gestion des coûts, du temps et des risques, les systèmes de technologie de l'information, les systèmes multimédias, le mobilier et autre équipement. Par exemple, d'importants contrats de gestion de la conception et de la construction ont été accordés pour l'édifice du Centre.

En 2016 à 2017, SPAC a adopté une approche de complexe plus large pour la réalisation des projets qui se concentre sur les biens situés du côté nord de la rue Sparks, entre les rues Bank et Elgin. Cette approche permettra à SPAC de faire face aux enjeux d'avenir de la VPLT, tout en veillant à ce que, collectivement, ces édifices patrimoniaux importants continuent à contribuer à l'identité nationale du Canada pour les prochaines générations.

Parmi les résultats attendus pour la population canadienne, dans le cadre de la prochaine phase de la VPLT, nommons :

Jeunesse

Les projets continueront de créer des possibilités pour les étudiants du Canada, afin qu'ils acquièrent de nouvelles compétences, tout en contribuant au renforcement de la capacité de l'industrie. SPAC s'est associé à l'Université Carleton et à l'Université de Calgary afin de tirer profit de pratiques novatrices permettant d'accroître l'efficience de l'exécution du programme, notamment l'imagerie 3D, la fabrication assistée par appareils numériques robotisés et le renforcement de la protection contre les tremblements de terre. Au cours des cinq dernières années, SPAC a tiré parti de l'appui de plus de 200 étudiants.

Création d'emploi et peuples autochtones

On s'attend à ce que la mise en œuvre des projets approuvés dans le cadre du budget 2016 génère des possibilités d'emploi pour les peuples autochtones, grâce à des critères d'attribution de marchés réservés relatifs aux travaux majeurs visant la Colline du Parlement.

Durabilité sur le plan environnemental

Les projets de la VPLT aident l'écologisation des opérations gouvernementales en réduisant l'empreinte environnementale du parlement. Les cibles intégrées aux projets visent une réduction de la consommation d'énergie supérieure de 25 % aux exigences du Code national de l'énergie, et le réacheminement d'au moins 80 % des matériaux de démolition depuis les sites d'enfouissement. Les mesures d'économie d'énergie intégrées aux édifices comprennent :

Parmi les autres mesures, nommons l'installation de ruches sur le toit du Centre de conférences du gouvernement et de murs verts dans les bâtiments rénovés.

Accessibilité universelle

SPAC veille à ce que tous les édifices soient accessibles et que leur utilisation soit sécuritaire pour les personnes handicapées. Une voie d'accès universelle permettra à tous d'accéder à la Colline du Parlement pendant et après la mise en œuvre des projets de réhabilitation.

Sécurité

Au cours des dernières années, des niveaux de sécurité additionnels ont été établis, notamment des bornes rétractables. Durant les prochaines années, d'autres mesures seront mises en œuvre afin d'équilibrer la sécurité et le besoin de garantir l'accès aux Canadiens et aux Canadiennes à la Colline du Parlement. Le complexe du Centre d'accueil des visiteurs permettra d'effectuer un filtrage de sécurité des personnes et du matériel à l'extérieur des limites des principaux édifices du parlement.

Ministère parrain

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

Autorité contractante

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

Ministères participants

Partenaires parlementaires

Entrepreneur principal

Sous-traitants principaux

Phase du projet

La VPLT comprend de nombreux projets individuels variés (grands projets d'immobilisations, projets de réfection, projets d'équipement et d'éléments de connectivité et projets de planification) qui se déroulent simultanément à différentes phases et à un moment ou un autre. Les grands projets de l'État sont décrits ci-dessous.

Réhabilitation de l'édifice de l'Ouest

L'édifice de l'Ouest est le plus ancien de la triade des édifices du parlement situés sur la Colline du Parlement. Cet édifice de quatre étages a été construit en trois phases, entre 1859 et 1909. Après sa réhabilitation, l'édifice de l'Ouest offrira des locaux temporaires à la Chambre des communes dans la cour, quatre salles de réunion ainsi que des bureaux pour le premier ministre, les hauts fonctionnaires et les représentants de la chambre, les chefs de partis et les whips des partis.

Les travaux se poursuivront en 2017 à 2018 afin d'aménager l'intérieur de l'édifice patrimonial et de réaliser une nouvelle construction dans la cour et dans la cour nord. L'aménagement des locaux provisoires de la Chambre des communes débutera dès que le toit de verre recouvrant la cour sera achevé, au printemps 2017. Ce sera aussi l'occasion de finaliser l'aménagement paysager.

SPAC et la Chambre des communes se prépareront à occuper l'édifice, à temps pour la nouvelle session du parlement, à l'automne 2018.

Centre d'accueil des visiteurs (Phase 1)

La phase 1 du Centre d'accueil des visiteurs sera une nouvelle construction souterraine comportant de nombreux niveaux qui appuiera les exigences en matière de sécurité et les exigences opérationnelles de l'édifice de l'Ouest, y compris la vérification de sécurité et le balayage ainsi que les services aux visiteurs. Cette phase prévoit l'ajout d'une entrée publique à l'édifice de l'Ouest. Le bâtiment reliera l'édifice de l'Ouest à l'installation des services souterrains de l'édifice du Centre, aux niveaux des services, fournissant un circuit pour la gestion du matériel et les raccords aux services publics.

En 2017 à 2018, les systèmes mécaniques et électriques, les finitions intérieures et le mobilier seront installés. Les espaces utilisés par le public bénéficieront d'une finition de haute qualité et d'une grande durabilité, y compris un escalier à côté duquel se trouvera un escalier mécanique pour le transport des visiteurs d'un étage à l'autre. L'entrée principale et la reconstruction du mur de Vaux, afin qu'il contienne l'entrée et la sortie, seront aussi achevées en 2017.

SPAC et la Chambre des communes se prépareront à accueillir les premiers visiteurs et à occuper l'édifice à temps pour la session du parlement de l'automne 2018.

Réhabilitation du Centre de conférences du gouvernement

Le Centre de conférences du gouvernement (CCG) occupe un emplacement bien en évidence au centre-ville d'Ottawa, soit au 2, rue Rideau, non loin de la Colline du Parlement. Les fonctions du Sénat qui étaient autrefois situées dans l'édifice du Centre déménageront au CCG afin d'accueillir la chambre du Sénat, trois salles de comités et les fonctions de leadership et législatives des bureaux parlementaires pour toute la durée de la réhabilitation de l'édifice du Centre. SPAC mène d'importants travaux de rénovation intérieure, y compris le remplacement complet des principales installations techniques de l'édifice. En plus de répondre aux besoins en locaux provisoires du Sénat, la réhabilitation devrait également permettre de répondre aux besoins opérationnels à long terme de SPAC une fois que le Sénat aura réintégré l'édifice du Centre.

Au cours de l'exercice, diverses activités importantes seront réalisées dans l'édifice, notamment l'installation de systèmes de bâtiment, le revêtement intérieur et l'aménagement, la construction de l'aile Est, ainsi que l'installation de mobilier et d'équipement multimédia. D'ici le 31 mars 2018, alors que la construction du CCG sera presque terminée, SPAC et le Sénat du Canada se prépareront pour l'occupation et l'utilisation de l'édifice dans le cadre de la cérémonie d'ouverture du parlement à l'automne 2018.

Aile de 1867 de l'édifice de l'Est : Réfection de l'enveloppe

L'édifice de l'Est sur la Colline du Parlement a été construit en deux périodes de campagnes majeures. La première partie a été terminée en 1865; elle comprenait les ailes principales, soit les ailes Ouest et Sud (l'aile de 1867). Ensuite, en 1910, une deuxième aile a été ajoutée à l'est afin de former une cour fermée.

Dans le cadre de la VPLT, SPAC adopte une approche en deux phases distinctes pour la réhabilitation de l'édifice de l'Est. La première phase sera axée sur la réfection de quatre zones les plus préoccupantes au sein de l'enveloppe extérieure de l'aile de 1867. Ces zones comprennent des réparations urgentes à effectuer à la tour Sud-ouest et aux entrées Sud-Est (entrée des locaux d'Agriculture et Agroalimentaire Canada), Sud et du bureau du gouverneur général. De plus, le Ministère assurera la mise en œuvre d'un programme d'entretien amélioré visant à fournir des activités d'entretien ciblées et un programme de surveillance et d'enquête continu afin de déceler les questions à aborder avant la réhabilitation complète.

Dans le cadre de la deuxième phase, le ministère évalue les options relatives aux travaux restants de réhabilitation extérieure et à la progression de la réhabilitation intérieure complète de l'édifice de l'Est. La réhabilitation complète sera axée sur les travaux extérieurs restants n'ayant pas été effectués à la première phase, y compris ceux visant l'aile de 1910, l'achèvement du programme de renforcement de la protection contre les tremblements de terre pour l'ensemble de l'édifice, et le remplacement des systèmes de bâtiment intérieurs par des systèmes modernes. L'édifice sera également modernisé en fonction des normes de construction modernes et des besoins en locaux du Sénat du Canada.

La construction de l'entrée sud-est commencera à l'automne 2017. Le reste des travaux devrait commencer au printemps et à l'été 2018, et l'achèvement de la première phase liée aux travaux sur l'enveloppe est prévu d'ici la fin de 2020. Ce projet devrait être terminé à environ 15 % d'ici le 31 mars 2018.

Réhabilitation de l'édifice du Centre

L'édifice du Centre est au cœur du paysage politique et culturel du Canada. En tant que siège institutionnel du régime parlementaire démocratique du Canada, il incarne les réalisations et les difficultés d'une société bilingue et pluraliste.

L'édifice du Centre n'a pas fait l'objet d'importants travaux de restauration depuis sa reconstruction à la suite d'un incendie qui l'a complètement ravagé en 1916. L'acier de construction est rouillé, et son intégrité est compromise. Les principaux systèmes de bâtiment, dont le système de sécurité des personnes, comportent un risque de défaillance. Il est impossible d'accéder aux systèmes électriques et mécaniques datant d'un siècle qui ont dépassé leur durée de vie utile ou d'en assurer l'entretien dans un immeuble occupé. La toiture, les murs, les fenêtres et la plomberie qui coulent causent des dommages au décor intérieur historique. Les défaillances mécaniques (par exemple celles des ascenseurs) ont des répercussions sur les activités parlementaires et touristiques. L'édifice ne satisfait pas aux normes de construction actuelles en matière de résistance aux tremblements de terre. Il est situé dans une zone sismique active et montre des signes de dommages sismiques (c'est-à-dire des craquelures dans la maçonnerie), en particulier dans la Tour de la Paix.

La réhabilitation de l'édifice du Centre en ce qui a trait à sa portée, à sa complexité et à son échéancier devrait représenter le plus grand projet de réhabilitation d'un édifice patrimonial du genre à être réalisé au Canada. Une fois que les travaux de construction de l'édifice du Centre, de la Tour de la Paix et du Centre d'accueil des visiteurs seront entamés en 2019, on prévoit qu'ils dureront environ 10 ans. Avant le début des travaux de construction majeurs, entre 2017 et 2019, SPAC entamera des travaux préliminaires :

Le projet de réhabilitation de l'édifice du Centre sera un legs à toute la population canadienne, et assurera la préservation de ce symbole du pays pour les siècles à venir.

Jalons importants

Rapport d'étape et explication des écarts

SPAC a réalisé 21 projets importants depuis l'achèvement des travaux de la Bibliothèque du Parlement, ce qui a permis de réaliser d'importantes économies de temps et d'argent; le Ministère a ainsi pu devancer de trois ans, soit à 2017, la date d'achèvement des travaux de réhabilitation de l'édifice de l'Ouest.

Projets de la Vision et plan à long terme achevés récemment

Mise à jour de la Vision et plan à long terme
Projet de la VPLT Date d'achèvement prévue Achèvement définitif
Projet de sécurité périmétrique 2013 2013
Aile de 1867 de l'édifice de l'Est : tour Nord-ouest 2013 2013
Réhabilitation de l'édifice Sir-John-A.-Macdonald 2015 2015
Réhabilitation de l'édifice Wellington 2016 2016

Écarts par rapport au budget

Réhabilitation de l'édifice de l'Ouest : Le coût total du projet demeure dans les limites du budget approuvé de 862,9 millions de dollars (taxe sur les produits et services [TPS] et taxe de vente harmonisée [TVH] en sus); on prévoit achever le projet en respectant ce montant.

Centre d'accueil des visiteurs (Phase 1) : Le coût total du projet demeure dans les limites du budget approuvé de 129,87 millions de dollars (TVH en sus); on prévoit achever le projet en respectant ce montant.

Réhabilitation du Centre de conférences du gouvernement : Le coût total du projet demeure dans les limites du budget approuvé de 219,8 millions de dollars (TVH en sus); on prévoit achever le projet en respectant ce montant.

Réfection de l'enveloppe de l'aile de 1867 de l'édifice de l'Ouest : Le coût total du projet demeure dans les limites du budget approuvé de 80,6 millions de dollars (TVH en sus); on prévoit achever le projet en respectant ce montant.

Réhabilitation de l'édifice du Centre : Une autorisation de dépenser relativement à une somme estimative de 761,6 millions de dollars (la TPS en sus) a été accordée pour réaliser les projets habilitants, soit des programmes d'enquête détaillée visant à peaufiner les coûts ainsi que le calendrier, et à élaborer la stratégie de mise hors services pour libérer l'édifice du centre. Il est prévu que la portée – dans une large mesure –, le devis des coûts et l'échéancier seront finalisés en 2019.

Écarts dans les principaux jalons

Actuellement, il n'y a aucun écart entre les principaux jalons, sauf une exception positive. En effet, la date d'achèvement prévue pour le projet de l'édifice de l'Ouest a été devancée de trois ans par rapport à la date établie dans la VPLT révisée de 2007. Une approche de gestion active a été adoptée afin d'éviter les retards dans les projets, et des leçons apprises sont appliquées dans les projets subséquents de la VPLT.

Projet de réaménagement du complexe Carling du Quartier général de la Défense nationale

Ce projet vise à moderniser et à réaménager les immeubles du complexe Carling pour permettre au Ministère de la Défense nationale (MDN) de regrouper une partie importante de ses locaux, actuellement situés au centre-ville, dans un seul complexe appartenant à l'État situé en banlieue d'ici mars 2019.

Résultats du projet

Ce projet permettra à la Défense nationale de disposer d'un emplacement sécurisé à partir duquel elle pourra continuer à communiquer des renseignements confidentiels à d'autres alliés internationaux ainsi que d'un nouveau lieu de travail qui stimulera la transformation des affaires en introduisant l'initiative de renouvellement du milieu de travail et des possibilités de regroupement du personnel, lequel se trouve actuellement dans plusieurs emplacements. Les locaux à bureaux qui en résulteront accueilleront, en trois phases, jusqu'à 8 500 membres des équipes du MDN qui quitteront leurs locaux loués du secteur de la capitale nationale pour se réinstaller dans le complexe Carling; la migration complète devrait être terminée d'ici mars 2019.

Ce projet de regroupement des locaux se traduira par un évitement de coûts majeurs et des économies importantes pour la population canadienne. L'achat du complexe représente des économies globales et un évitement de coûts d'environ 750 millions de dollars par rapport au statu quo.

Retombées industrielles

L'industrie canadienne de la construction dans la région d'Ottawa (incluant les petites et moyennes entreprises) profitera de ce projet puisque le fournisseur de services (Brookfield Solutions Globales Intégrées), par l'intermédiaire du directeur des travaux (EllisDon), invitera les soumissionnaires à présenter des offres pour les travaux à réaliser sur le complexe Carling au moyen de processus transparents.

Ministère parrain

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

Autorité contractante

Ministères participants

Entrepreneur principal

Brookfield Solutions Globales Intégrées

Sous-traitants principaux

Phase du projet

Jalons importants

Phase I

Phase II

Phase III

Rapport d'étape et explication des écarts

Le projet de réaménagement du complexe Carling est conforme à la portée et au budget établis ainsi qu'aux délais prescrits puisque le calendrier du projet global prévoit toujours l'exécution du dernier déménagement d'ici hiver à printemps 2019, et la clôture du projet d'ici le 31 mars 2020.

Dans la présentation au CT de juin 2015, il était indiqué que le projet accusait un retard de neuf mois par rapport à la date prévue des déménagements dans les immeubles visés par la phase I. Cette prolongation a entraîné le report du premier déménagement des membres de l'équipe du MDN de décembre 2015 à janvier 2017. Pour l'instant, ce retard dans la phase I n'a aucune répercussion sur le budget global, sur les autres phases ou sur la date de fin du projet, soit 2019 à 2020. Le retard des travaux d'aménagement de la phase I est attribuable aux effets cumulatifs de trois situations distinctes :

  1. Défectuosités structurales dans les immeubles visés par la phase I : À titre de gardien, SPAC détermine et réalise les projets de réfection liés au cycle de vie de ses immeubles. Dans les rapports sur l'état des immeubles préalables à l'achat qui ont été présentés en 2010, il était indiqué que les vitrages intégrés des fenêtres devraient être remplacés à mesure qu'ils cèdent. Le mode de défaillance courant pour les vitrages a trait à la perte d'intégrité du scellement qui se traduit par une pénétration d'humidité dans les unités à double vitrage. Ce mode de défaillance entraîne une perte de rendement thermique et rend le verre embué. Après qu'il ait été déterminé qu'il existait un risque de défaillance structurale pour les vitrages, l'approche visant à les remplacer à mesure que le scellement cède a été jugée inappropriée; tous les vitrages devaient être remplacés pour en assurer l'intégrité structurale. Toutefois, une étude réalisée par un cabinet d'architectes indépendant en 2013 à 2014 a établi que le système de mur rideau extérieur (fenêtres et cadre en aluminium) présentait de graves défectuosités structurales. Trois options ont été présentées dans le rapport d'analyse des investissements : statu quo pour le remplacement des vitrages à mesure qu'ils cèdent; modifications structurales du système actuel pour le support des vitrages; ou remplacement complet du système de mur rideau.
    En février 2015, SPAC a conclu que le remplacement du système de mur rideau représentait la solution la plus avantageuse et la moins coûteuse. De plus, le remplacement du système du mur rideau pourrait être entrepris en même temps que l'amélioration des mesures de protection parasismiques. Les travaux de construction visant à réparer les défectuosités structurales dans les immeubles visés par la phase l sont la cause d'un retard de deux mois du projet de réaménagement du complexe Carling. Toutefois, l'exécution de ces travaux après l'emménagement du MDN aurait été plus longue et plus coûteuse compte tenu des restrictions en matière de sécurité, de la perturbation des opérations du MDN et de la nécessité de fournir des locaux transitoires au MDN.
  2. Le processus utilisé par le fournisseur de services, Brookfield Solutions Globales Intégrées (BSGI), pour les demandes de propositions et la sélection des principaux sous-traitants du projet, d'une société d'experts-conseils en matière de conception et d'un directeur des travaux de construction a pris plus de temps que prévu en raison de la prolongation du processus d'appel d'offres et de procédures d'attribution plus longues. Cette situation ne se reproduira pas à l'avenir, car deux sous-experts-conseils principaux ont été embauchés, le calendrier entièrement intégré de la phase I est achevé, le rendement des sous-experts-conseils est surveillé par BSGI et les nouveaux enjeux font l'objet de discussions lors des réunions hebdomadaires.
  3. Il y a eu un retard de cinq mois dans la préparation des dossiers d'appel d'offres pour l'aménagement des immeubles 8 et 9 visés par la phase I parce que l'expert-conseil en conception sélectionné n'a pas été en mesure de trouver du personnel suffisamment rapidement pour répondre aux exigences du projet. Le rendement de l'expert-conseil est examiné par BSGI et le contrat de conception de la phase II sera attribué si l'expert-conseil peut démontrer qu'il dispose des ressources nécessaires pour réaliser cette partie des travaux.

Navigation pour document « Tableaux de renseignements supplémentaires »

Date de modification :