Équiper la Marine royale canadienne et la Garde côtière canadienne – Stratégie nationale de construction navale : rapport annuel 2016

Navigation pour le Document « Stratégie nationale de construction navale »

Sur cette page

Projets de construction navale de grands navires

En 2016, des marchés pour la construction de nouveaux grands navires, d’une valeur totale de 270,8 millions de dollars, ont été attribués au chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax et au chantier naval de Seaspan à Vancouver.

Pendant la période visée par le rapport, les activités contractuelles en coursNote de bas de page 1 pour la construction des grands navires en 2016 ont entraîné la création ou la préservation de plus de 7 400 emplois.

Ces chantiers navals sont en pleine production et construisent des navires à la fine pointe de la technologie pour la Marine royale canadienne et la Garde côtière canadienne.

Navires au chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax
Navire Portée État Client
Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique 5 ou 6 navires Construction de 2 navires en cours Ministère de la Défense nationale
Flotte de navires de combat canadiens 15 navires Phase de définition (conception) Ministère de la Défense nationale
Navires au chantier naval de Seaspan à Vancouver
Navire Portée État Client
Navires hauturiers de science halieutique 3 navires Construction de deux navires en cours Pêches et Océans Canada
Navire hauturier de science océanographique 1 navire Conception de base en cours Pêches et Océans Canada
Navires de soutien interarmées 2 naviresNote de bas de page 2 Phase de définition (conception) Ministère de la Défense nationale
Brise-glace polaire 1 navire Phase de définition (conception) Pêches et Océans Canada

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter l’annexe A – État d’avancement des projets de construction de grands navires à la fin du rapport: État d’avancement des projets de construction de grands navires.

Chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax

Le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax a commencé la production des Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique dans le respect du calendrier en septembre 2015; en décembre 2016, des progrès importants avaient été réalisés dans le cadre de la construction du futur Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Harry DeWolf, le premier navire de la classe. Irving a également commencé la production du second navire, le futur NCSM Margaret Brooke, en août 2016.

Chantier naval de Seaspan à Vancouver

Les Navires hauturiers de science halieutique construits par le chantier naval de Seaspan à Vancouver seront les premiers grands navires livrés dans le cadre de la stratégie. La construction des deux premiers navires, qui a commencé en juin 2015 et en mars 2016 respectivement, va bon train. À ce rythme, la construction du troisième et dernier navire devrait commencer au début de 2017. Le 30 septembre 2016, un jalon important dans la construction du premier Navire hauturier de science halieutique a été atteint lorsque le chantier naval de Seaspan à Vancouver a appareillé un grand bloc, pesant plus de 170 tonnes et contenant le laboratoire humide du navire – l’un des principaux éléments soutenant les missions du navire – au navire, ce qui a entièrement fermé la salle des machines de propulsion du navire. Cet ajout a également coïncidé avec l’installation du premier groupe d’équipement de mission à bord du navire.

Le gouvernement du Canada a attribué le marché de génie de construction initial au chantier naval de Seaspan à Vancouver afin d’amorcer les travaux requis aux fins de la préparation des travaux de construction du Navire hauturier de science océanographique. En février 2016, le Canada a attribué un marché visant les éléments à long délai de livraison et l’équipement au chantier naval de Seaspan à Vancouver. Ce marché permet au chantier naval d’amorcer des discussions préliminaires avec les fournisseurs éventuels et d’acquérir les matériaux et l’équipement requis. Un marché visant les éléments à long délai de livraison et l’équipement a aussi été attribué au chantier naval de Seaspan à Vancouver pour les Navires de soutien interarmées.

Un élément clé du processus de sélection de la stratégie a été l’obligation pour chaque soumissionnaire de fournir ses plans de réfection pour atteindre un « état cible » prédéfini, par lequel les chantiers navals :

Les travaux de modernisation réalisés au chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax et au chantier naval de Seaspan à Vancouver n’ont entraîné aucuns frais pour le gouvernement du Canada. Les deux chantiers navals maintiennent leur engagement et continuent de réaliser des progrès en vue de l’atteinte de l’état cible.

Une évaluation de l’état cible finale aura lieu à chaque chantier, et des évaluations similaires seront ensuite réalisées périodiquement en vue d’évaluer le maintien et l’amélioration de la productivité des chantiers navals.

Stratégie en action : Création d’emplois à long terme

Genoa Design International Ltd., une entreprise de conception de production navale basée à St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, fournit des services de traçage de la production et d’étude d’avant-projets de conception des renseignements à l’industrie navale et à l’industrie côtière partout dans le monde.

Dans le cadre du marché d’acquisition de navires hauturiers de science halieutique, Genoa a créé et utilise un modèle 3D, en collaboration avec le chantier naval de Seaspan à Vancouver, dans le but d’extraire des renseignements qui fournissent les détails de fabrication nécessaires, le tout dans un format qui convient à la construction efficace de navires hauturiers de science halieutique. L’information fournie est entièrement intégrée au plan et au calendrier de construction élaborés par le chantier naval de Seaspan à Vancouver.

Travailler sur les navires non destinés au combat dans la cadre de la Stratégie nationale de construction navale a permis à Genoa d’embaucher environ 30 nouveaux employés à temps plein. Sa participation à la stratégie lui permettra également de former de nouveaux employés canadiens pour que ceux-ci acquièrent les compétences nécessaires pour obtenir les renseignements sur la fabrication pour ce type de bâtiment; en outre, cela servira d’excellente référence pour le marché d’exportation et permettra de remporter d’autres marchés et de maintenir des emplois à long terme au Canada.

Construction de petits navires

Pour tous les projets de construction de petits navires, un processus d’approvisionnement concurrentiel projet par projet est lancé parmi les chantiers navals canadiens autres que le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax, le chantier naval de Seaspan à Vancouver et leurs sociétés affiliées, qui ne peuvent soumissionner.

Pendant la période visée par le rapport, des marchés pour la construction de nouveaux petits navires d’une valeur totale de 12,9 millions de dollars ont été attribués à des chantiers navals canadiens.

Pendant la période visée par le rapport, les activités contractuelles en cours pour la construction de petits navires en 2016 ont entraîné la création ou la préservation de plus de 150 emplois.

En octobre 2016, le gouvernement du Canada a attribué un marché de 5 millions de dollars à Kanter Marine de St. Thomas, en Ontario, pour la construction de 2 Navires de levé et de sondage de chenal pour la Garde côtière canadienne. À la suite de leur livraison en 2018, ces nouveaux petits navires remplaceront les 2 Navires de levé et de sondage de chenal actuels de la Garde côtière canadienne. Ces vieux navires de la Garde côtière, qui sont âgés en moyenne de 37,5 ans, sillonnent la voie maritime du Saint-Laurent, dans la Région du Centre et de l’Arctique, et ont presque atteint la fin de leur cycle de vie.

Les nouveaux Navires de levé et de sondage de chenal fourniront aux exploitants de navires privés ou commerciaux des renseignements sur l’état du fond du canal et des prévisions sur la profondeur de l’eau. Ces navires fourniront également au ministère des Pêches et des Océans, ainsi qu’aux autres ministères et organismes, la capacité de surveiller et d’observer les conditions maritimes et les conditions environnementales.

En juillet 2015, le gouvernement du Canada a attribué à Hike Metal Products Limited de Wheatley, en Ontario, et au Chantier Naval Forillon à Gaspé, au Québec, les marchés concurrentiels pour la construction des nouveaux Navires de recherche et de sauvetage pour la Garde côtière canadienne, d’une valeur totale de 89 millions de dollars. En vertu de ces marchés, chaque chantier naval doit construire et livrer 6 Navires de recherche et de sauvetage. Ces marchés comportent également des options visant la construction et la livraison de trois autres navires. Les travaux de construction sont en cours dans les deux chantiers navals et la livraison des premiers navires devrait avoir lieu en 2017.

Projets de réparation, de radoub et d’entretien

Les marchés de travaux de réparation, de radoub et d’entretien des navires font l’objet d’appel d’offres prenant la forme de demandes de propositions annoncées publiquement. En 2016, le gouvernement du Canada a continué d’investir dans les travaux de réparation, de radoub et d’entretien en fournissant du travail à l’ensemble de l’industrie maritime canadienne partout au pays. Le maintien d’une capacité nationale de réparation des navires canadiens est indispensable pour soutenir les flottes du gouvernement du Canada. Les travaux de réparation, de radoub et d’entretien actuels touchent des frégates, des sous-marins ainsi que des navires de classe Kingston et Orca et la flotte auxiliaire de petits navires, de barges, de remorqueurs et d’embarcation-support pour plongeurs.

Ces travaux ont eu des retombées pour de nombreux chantiers navals canadiens et des fournisseurs de partout au pays, y compris de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse, de la Colombie-Britannique et du Québec. Pendant la période visée par le rapport, 188,6 millions de dollars en nouveaux marchés ont été attribués ou modifiés pour la Marine royale canadienne et la Garde côtière canadienne.

Ce montant comprend le projet de modernisation de 3,1 millions de dollars du Navire de la Garde côtière canadienne (NGCC) Sipu Muin de la Garde côtière canadienne, réalisé par Réparations navales et industrielles Océan de la ville de Québec. Les travaux, achevés en décembre 2016, comprenaient la réparation de la coque, des modifications apportées à la timonerie, des mises à niveau de la suite de navigation électronique ainsi que le remplacement des réservoirs de carburant souples et du socle du navire âgé de 19 ans.

L’année 2016 marque également l’achèvement d’un marché de 2 millions de dollars attribué à Heddle Marine, de Hamilton, en Ontario, pour la mise en cale sèche et la réparation du NCSM Haida. De plus, des travaux de prolongement de la vie des navires ont été réalisés au chantier Davie pour deux navires de la Garde côtière : le NGCC Henry Larsen (valeur du marché de 16 millions de dollars) et le NGCC Earl Grey (valeur du marché de 14 millions de dollars).

Le marché de soutien en service des sous-marins de la classe Victoria est une source de travail d’une valeur approximative de 200 millions de dollars chaque année et soutient directement le maintien d’environ 200 emplois à Esquimalt, en Colombie-Britannique, ainsi que 200 autres emplois ailleurs au Canada. En 2016, un montant supplémentaire de 880 millions de dollars a été accordé pour les sous-marins de la classe Victoria en vue de couvrir les coûts d’entretien réels pendant toute la durée du marché.

Pendant la période visée par le rapport, les activités contractuelles en cours pour la réparation, le radoub et l’entretien en 2016 ont entraîné la création ou la préservation de plus de 10 000 emplois.

Stratégie en action : Développer le secteur maritime du Canada

En août 2016, le gouvernement du Canada a attribué un marché de 8,7 millions de dollars à Verreault Navigation Inc. pour effectuer de grands travaux de radoub et d’entretien sur le Navire de la Garde côtière canadienne (NGCC) Pierre Radisson. Les travaux seront effectués à Les Méchins, au Québec. Cela fait partie de l’engagement du Canada à améliorer les possibilités économiques importantes pour le secteur maritime canadien et les industries connexes dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale.

Le NGCC Pierre Radisson est un brise-glace de taille moyenne basé à Québec, au Québec, qui sillonne habituellement le fleuve Saint-Laurent, le golfe du Saint-Laurent et l’Arctique canadien.

Les travaux ont commencé en septembre 2016 et devraient être achevés en 2017, ce qui permet de maintenir 100 emplois. Les principaux éléments de travail comprennent des ouvrages en acier, des travaux d’entretien et de réparation pour plusieurs réservoirs, le recouvrement de la coque, la remise à neuf de la plateforme et du hangar d’hélicoptère, le remplacement des fenêtres et des hublots, l’entretien des groupes propulseurs et des organes de direction ainsi que des travaux de rénovation intérieure.

Autres projets maritimes

Bien que la Stratégie nationale de construction navale soit un plan à long terme de construction de navires au Canada, il faudra également, de temps à autre, répondre à d’autres besoins essentiels. Le gouvernement du Canada consulte l’industrie dans le cadre de processus ouverts et transparents, et ce, à mesure que des exigences s’ajoutent pour la Garde côtière canadienne, la Marine royale canadienne et l’ensemble de la flotte fédérale.

Par exemple, après le retrait anticipé des deux navires de ravitaillement de la Marine royale canadienne en 2014, le gouvernement du Canada a conclu un marché de services de ravitaillement en mer avec Federal Fleet Services Inc. (anciennement Project Resolve Inc.) afin de fournir à la Marine royale canadienne une capacité transitoire de pétrolier ravitailleur d’escadre en mer d’ici la livraison des deux navires de soutien interarmées qui sont construits au chantier naval de Seaspan à Vancouver.

Dans le cadre du marché, Chantier Davie Canada Inc., un important sous-traitant de Federal Fleet Services Inc., réalise des travaux de conversion qui respecteront la réglementation de Transports Canada. Cette entente d’approvisionnement est à l’origine de retombées économiques partout au pays, environ 400 personnes travaillant actuellement à la conversion du navire au Chantier Davie et 300 autres personnes travaillant comme sous-traitants partout au pays. Le projet devrait être terminé au début de 2018.

En novembre 2016, le gouvernement du Canada a publié une demande de renseignements afin d’obtenir les commentaires de l’industrie navale sur les options possibles pour combler les besoins provisoires potentiels pour la prestation des services de déglaçage de la Garde côtière canadienne. Dans le cadre de l’engagement de la Garde côtière canadienne dans le Plan de protection des océans, le processus de demande de renseignements vise aussi à obtenir des commentaires sur le renforcement de la capacité d’intervention en matière de pollution marine de la Garde côtière canadienne. Les solutions présentées par l’industrie permettront d’éclairer la prise de décisions sur la meilleure façon de combler les lacunes en matière de capacité potentielle et d’assurer la continuité des services étant donné l’âge et l’état de la flotte de la Garde côtière canadienne et le temps qu’il faudra pour livrer les nouveaux navires. Le gouvernement du Canada procède actuellement à l’analyse des renseignements reçus dans le cadre de la demande de renseignements et il sollicitera, à court terme, l’industrie au sujet de ses exigences en matière de remorquage, et, à moyen terme, au sujet de ses exigences en matière de capacité de déglaçage.

Navigation pour le Document « Stratégie nationale de construction navale »

Date de modification :