Créer des retombées économiques – Stratégie nationale de construction navale : rapport annuel 2016

Navigation pour le Document « Stratégie nationale de construction navale »

Sur cette page

Marchés attribués

On estime que les marchés attribués à ce jour dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale contribueront à près de 7,7 milliards de dollars du produit intérieur brut (PIB)Note de bas de page 1 . En moyenne, près de 7 350 emplois par année seront créés ou maintenus entre 2012 et 2022.

Figure 1 : Marchés attribués de 2012 à 2016 (6,1 milliards de dollars)
Marchés attribués de 2012 à 2016 (6,1 milliards de dollars) - Description ci-dessous
Version texte de la Figure 1 intitulée Marchés attribués de 2012 à 2016 (6,1 milliards de dollars)

Le diagramme circulaire ci-dessus indique la valeur monétaire des marchés attribués de 2012 à 2016 dans les 4 catégories suivantes :

  • Grands navires : 3,9 milliards de dollars
  • Petits navires : 123 millions de dollars
  • Travaux de réparation, de radoub et d'entretien : 1,5 milliard de dollars
  • Services : 585 millions de dollars

La valeur totale des marchés attribués de 2012 à 2016 était de 6,1 milliards de dollars.

En 2016, le gouvernement du Canada a attribué dans le cadre de la stratégie des marchés totalisant 472,3 millions de dollars, ce qui comprend la construction de grands navires (270,8 millions de dollars), la construction de petits navires (12,9 millions de dollars) et la réparation, le radoub et l’entretien de navires (188,6 millions de dollars).

Figure 2 : Marchés attribués en 2016 (472,3 millions de dollars)
Marchés attribués en 2016 (472,3 millions de dollars) - Description ci-dessous
Version texte de la Figure 2 intitulée Marchés attribués en 2016 (472,3 millions de dollars)

Le diagramme circulaire ci-dessus indique la valeur monétaire des marchés attribués en 2016 dans les 3 catégories suivantes :

  • Grands navires : 271 millions de dollars
  • Petits navires : 13 millions de dollars
  • Travaux de réparation, de radoub et d'entretien : 189 millions de dollars

La valeur totale des marchés attribués en 2016 était de 472,3 millions de dollars.

En plus des nouveaux marchés attribués en 2016, les activités en cours liées à l’exécution des marchés qui ont été entreprises au cours de l’année pour les trois piliers de la stratégie totalisent plus de 1,2 milliard de dollars. Parmi ces dépenses, la construction de petits navires au cours de l’année comptait pour 13 millions de dollars, ce qui a permis la construction de navires de recherche et de sauvetage pour la Garde côtière canadienne. Ce total augmentera au cours des prochaines années avec la pleine réalisation des marchés de construction visant la fourniture de ces navires par Hike Metal Products et Chantier Naval Forillon et la construction de Navires de levé et de sondage de chenal par Kanter Marine de St. Thomas, en Ontario.

Les travaux de réparation, de radoub et d’entretien ont représenté plus de 660 millions, y compris 512 millions de dollars en provenance du ministère de la Défense nationale pour des marchés visant des navires de classe Kingston et de classe Orca, et la flotte auxiliaire de petits navires, de barges, de remorqueurs et d’embarcation-supports pour plongeurs, des marchés multinavires pour la modernisation de la classe Halifax et des sous-marins. Les activités de prolongation de la vie des navires et d’entretien des navires de la Garde côtière canadienne représentaient environ 150 millions de dollars.

Répercussions de la Stratégie nationale de construction navale

Les projets de construction navale en cours ont eu une incidence importante sur l’économie canadienne, tant au point de vue du PIB que de l’emploi. Malgré l’importance de la valeur des marchés actuels et en cours de la Stratégie nationale de construction navale, les retombées économiques globales continueront d’augmenter au fil du temps, car le gouvernement du Canada attribue de nouveaux marchés pour des projets menés dans le cadre de la stratégie.

De plus, grâce à l’application des politiques du gouvernement du Canada en matière de retombées industrielles et régionales et de retombées industrielles et technologiques, et aux investissements requis dans la construction navale et l’industrie navale canadienne dans le cadre de la proposition de valeur de la Stratégie nationale de construction navale, d’autres retombées économiques seront produites. Les exigences en matière de compensation et de proposition de valeur sont définies dans les ententes-cadres de la Stratégie nationale de construction navale.

En 2016, il y a eu une augmentation importante du nombre de fournisseurs participant à des marchés attribués dans le cadre de la Stratégie au chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax et au chantier naval de Seaspan à Vancouver. Au cours de cette période, 129 nouveaux fournisseurs canadiens ont été engagés par les chantiers navals pour appuyer leurs activités respectives de la stratégie. Parmi ces fournisseurs canadiens, 99 entreprises étaient des petites ou moyennes entreprises (PME). Au cours de la période, les nouveaux marchés attribués par les chantiers navals ont totalisé 243,8 millions de dollars, dont 185,5 millions ont été attribués à des PME.

Stratégie en action : Travailler en collaboration avec les petites entreprises

En avril 2016, Fleetway Inc., une entreprise d’ingénierie, de logistique et technique, et le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax ont attribué un marché de 15 millions de dollars à Bluedrop Training & Simulation, une entreprise de Halifax. Le marché porte sur la conception d’un logiciel et de technologies de formation et de simulation virtuelles de fine pointe afin de préparer le personnel et de lui donner la formation adéquate pour utiliser les Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique en cours de construction dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale du Canada.

À l’heure actuelle, le bureau de Halifax de Bluedrop compte 25 employés à temps plein et à temps partiel affectés au projet des Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, y compris 8 postes qui ont été créés à la suite de l’obtention du marché dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale.

Possibilités d’exportation

En raison de leur participation active à des projets nationaux de la Stratégie nationale de construction navale, les entreprises canadiennes doivent acquérir les compétences requises et en faire la démonstration non seulement dans le cadre des projets visant à appuyer la construction navale à l’échelle nationale, mais aussi dans le cadre d’activités visant à les positionner de façon à tirer profit des possibilités d’exportation actuelles et à venir.

Par le passé, les entreprises canadiennes de l’industrie navale comme AutoNav, Curtiss-Wright/Indal, Hepburn Engineering, L3 Mapps, Ultra Electronics et DRS ont tiré parti des possibilités de travail en construction navale à l’échelle nationale pour saisir les occasions d’affaires se présentant à l’échelle internationale. En 2014, Lockheed Martin Canada, un sous-traitant d’Irving Shipbuilding a été sélectionné comme principal intégrateur de systèmes dans le cadre d’un projet de modernisation des systèmes de combat des navires de classe ANZAC de la Nouvelle-Zélande. Lockheed Martin Canada a fait ses preuves en ce qui concerne la méthode d’intégration des systèmes de combat sur les plateformes marines canadiennes, y compris les Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique.

Proposition de valeur de la Stratégie nationale de construction navale : Au profit de l’ensemble de l’industrie navale

Un élément unique de la Stratégie nationale de construction navale est la proposition de valeur, conçue pour profiter à l’ensemble de l’industrie navale canadienne et aider à assurer sa viabilité à long terme.

La proposition de valeur de la stratégie oblige le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax et le chantier naval de Seaspan à Vancouver à investir 0,5 % de la valeur des marchés de la stratégie au profit de l’industrie navale nationale à long terme. Les investissements contribueront à 3 domaines prioritaires : le développement des ressources humaines, l’investissement technologique et le développement industriel. Ces investissements contribueront au renforcement et à la croissance de l’ensemble de l’industrie navale du Canada.

Les deux chantiers navals ont participé activement à la réalisation de leurs engagements au cours de la dernière année. Le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax a lancé de nouvelles activités à hauteur de 4 millions de dollars et le chantier naval de Seaspan à Vancouver a entrepris de nouveaux projets liés à ces obligations d’une valeur totale de 1,1 million de dollars.

Stratégie en action : Financement de la recherche dans l’Arctique

En octobre 2016, le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax a annoncé les bénéficiaires d’un nouvel engagement de financement de deux millions de dollars, en partenariat avec le Collège de l’Arctique du Nunavut, pour neuf projets de recherche appliquée axés sur des domaines importants pour les collectivités de l’Arctique canadien et l’industrie navale canadienne.

Cet engagement de deux millions de dollars a été pris dans le cadre de l’engagement de la valeur de proposition du chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax, dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale du Canada. Irving Shipbuilding Inc. s’est engagée à investir 0,5 % des revenus tirés des marchés dans la création d’une industrie navale durable dans l’ensemble du Canada. En somme, environ 12 millions de dollars seront investis pendant la durée du marché relatif au Navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique.

« Cette initiative, rendue possible grâce au chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax et à la Stratégie nationale de construction navale, permettra de développer la capacité des collectivités de l’Arctique à participer à la recherche », a déclaré Joe Kunuk, président du Collège de l’Arctique du Nunavut. « Nous avons hâte d’appuyer des propositions innovantes visant à créer et à améliorer la sécurité navale. »

Retombées industrielles et régionales

La Politique des retombées industrielles et régionales du Canada joue un rôle important en tirant parti des dépenses militaires du Canada pour générer des retombées économiques au pays. En vertu de cette politique, le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax et le chantier naval de Seaspan à Vancouver ainsi que leurs principaux fournisseurs doivent réaliser des activités commerciales au Canada d’une valeur équivalente à celle des marchés qui leur ont été attribués par le gouvernement du Canada. Cette politique exige aussi la participation directe de l’industrie canadienne aux projets touchant les navires, veille à ce que le travail soit réalisé en collaboration avec des petites et moyennes entreprises canadiennes et contribue à la répartition des possibilités d’affaires partout au Canada.

Les retombées économiques des projets réalisés dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale génèrent d’importantes retombées pour l’ensemble de l’économie canadienne. De 2012 à 2016, des projets totalisant plus de 791 millions de dollars attribuables à des engagements en matière de retombées industrielles et régionales ont été réalisés, y compris 410 millions de dollars en 2016. Environ un tiers de ces projets a été réalisé par des petites et moyennes entreprises, la majeure partie des travaux étant axée sur la conception, l’ingénierie de construction et la production. En outre, des marchés d’une valeur de 984 millions de dollars sont en cours, y compris 155 millions de dollars dans le cadre de nouveaux marchés attribués au cours de la période visée par le rapport.

Stratégie en action : Travailler en collaboration avec les entreprises canadiennes

Thordon Bearings Inc. est le chef de file mondial en matière de fabrication de solutions de roulements et de joints en polymère sans huile ni lubrifiant. Établi en 1911, Thordon Bearings est une entreprise privée canadienne située à Burlington, en Ontario.

Dans le cadre du programme des Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, Thordon Bearings a été sélectionné comme le principal fournisseur de matériel de propulsion principal. Thordon Bearings a fourni la solution complète de roulement pour lignes d’arbres au chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax, puis à la Marine royale canadienne. Thordon Bearings a également fourni des offres sur la qualité de l’eau pour l’approvisionnement d’eau de mer climatisée et surveillée servant à lubrifier les roulements des arbres. En outre, Thordon Bearings fournira la protection contre la corrosion pour l’arbre d’hélice.

L’ensemble de ce projet représente un revenu de plus de 1 million de dollars pour Thordon Bearings. Tous les produits fournis dans le cadre de ce projet sont fabriqués au Canada.

Formation et renforcement des capacités

Les effectifs du chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax et du chantier naval de Seaspan à Vancouver comprennent des membres du personnel auxiliaire et des gens de métier.

Les deux chantiers navals participent activement à la formation et au perfectionnement de leurs effectifs. Grâce à l’utilisation de simulateurs sur place qui reproduisent les navires visés par les travaux de construction et à la création d’initiatives de perfectionnement et d’avancement des employés, les chantiers navals s’assurent de disposer et de poursuivre le perfectionnement d’un effectif hautement qualifié qui est en mesure de réaliser des projets de la Stratégie nationale de construction navale. Voici certaines de ces initiatives :

  • les programmes de mentorat
  • l’apprentissage de compétences
  • les programmes d’apprentissage
  • les procédures relatives à la sécurité et à la sûreté
  • les programmes de perfectionnement en gestion et de formation à la supervision
  • les évaluations des nouvelles embauches
  • les évaluations trimestrielles des apprentis
  • le soutien pour les transferts de compétences, notamment en ce qui concerne la formation en service de leurs effectifs respectifs

Stratégie en action : Formation des futurs constructeurs de navires

Dans le cadre de la stratégie, le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax a investi dans des programmes de formation en vue de créer des constructeurs de navires du 21e siècle. C’est pourquoi il a donné 250 000 $ par année au Nova Scotia Community College, dans le but de développer et de maintenir le centre d’excellence d’Halifax Shipyard. Le centre offre des bourses aux personnes intéressées par une carrière dans le domaine de la construction navale en mettant l’accent sur le nombre croissant de possibilités offertes aux groupes sous-représentés. Dans le cadre de cette initiative, deux programmes fructueux, Women Unlimited et Pathways to Shipbuilding, ont été mis sur pied afin d’offrir de la formation et des possibilités d’emploi à 20 étudiantes et 20 étudiants autochtones dans les domaines du soudage et de la fabrication de produits métalliques.

Chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax

En ce qui concerne la dotation en personnel, entre janvier et décembre 2016, le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax a embauché 187 personnes, portant ainsi le nombre total d’employés d’Irving Shipbuilding à Halifax, de Woodside Industries et de Marine Fabricators à 522. Au cours de cette même période, plus de 276 nouveaux gens de métier ont été embauchés, portant ainsi le total des gens de métier actifs à 1 006.

De plus, par l’intermédiaire du Centre d’excellence d’Irving Shipbuilding du Nova Scotia Community College, deux programmes de formation fructueux destinés aux groupes qui sont sous-représentés dans l’industrie de la construction navale sont offerts :

Women Unlimited

En 2016, 17 étudiantes se sont inscrites à des programmes de soudage et de fabrication de produits métalliques au Nova Scotia Community College, dans le cadre du programme pilote d’Irving ShipbuildingWomen Unlimited. À la fin de ce programme de deux ans en juin 2017, on s’attend à ce que des étudiantes soient embauchées par Irving Shipbuilding en tant que soudeuses ou de transformatrices de produits métalliques et qu’elles poursuivent leur apprentissage, en supposant que des postes sont disponibles et qu’elles répondent aux exigences d’Irving Shipbuilding. Le recrutement pour un deuxième programme débutera au printemps 2017.

Pathways to Shipbuilding

En partenariat avec le gouvernement du Canada, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, le Mi’kmaw Native Friendship Centre, le Nova Scotia Community College, GE Canada et Unifor, 19 étudiants autochtones se sont inscrits en 2016 au programme de fabrication de produits métalliques au Nova Scotia Community College dans le cadre du programme Pathways to Shipbuilding. À la fin de ce programme de deux ans, on s’attend à ce que des étudiants soient embauchés par le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax en tant que transformateurs de produits métalliques et qu’ils poursuivent leur apprentissage, en supposant que des postes sont disponibles et qu’ils répondent aux exigences d’Irving Shipbuilding.

Chantier naval de Seaspan à Vancouver

En 2016, le chantier naval de Seaspan à Vancouver a embauché 326 gens de métier, portant ainsi le total des gens de métier actifs à 650. De plus, le chantier naval de Seaspan à Vancouver a pourvu 164 postes, dont 128 étaient de nouveaux employés, portant ainsi le nombre total d’employés à 1 070.

Pendant la période visée par le rapport, le chantier naval de Seaspan à Vancouver a investi dans la formation des employés et le perfectionnement des ressources humaines afin d’appuyer le renforcement de la capacité dans le secteur naval du Canada :

Investir dans l’avenir de la construction navale en Colombie-Britannique

En juin 2016, Seaspan et la Fondation Dennis et Phyllis Washington ont annoncé un investissement de plusieurs millions de dollars s’échelonnant sur plusieurs années dans l’avenir du secteur de la construction navale en Colombie-Britannique.

Cet engagement totalise 2,9 millions de dollars et comprend un don sur trois ans de 900 000 $ de la Fondation Dennis et Phyllis Washington, versé à trois programmes institutionnels de formation dans un métier au Canada. Parmi les bénéficiaires, on compte l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique, à l’appui des Autochtones dans le domaine des métiers spécialisés, le Camosun College, afin de venir en aide aux femmes dans le domaine des métiers spécialisés, et la Fondation de l’Association canadienne de soudage, à la fois pour le nouvel équipement de soudage et le perfectionnement professionnel des enseignants. L’investissement est une conséquence directe des obligations en matière de retombées industrielles et régionales du chantier naval de Seaspan à Vancouver dans le cadre de la stratégie.

En outre, cet engagement comprend également un investissement de 2 millions de dollars du chantier naval de Seaspan à Vancouver visant à soutenir l’enseignement et la recherche dans le cadre des programmes d’architecture et de mécanique navales de la faculté des sciences appliquées de l’Université de la Colombie-Britannique. L’investissement est une conséquence directe des obligations relatives à la proposition de valeur du chantier naval de Seaspan à Vancouver dans le cadre de la stratégie.

Programmes d’apprentissage

L’apprentissage continue d’être un aspect extrêmement important de la création d’un bassin durable et à long terme de professionnels et de gens de métier autochtones compétents en vue de gérer la production des navires au Canada pour les générations à venir. Au cours de la période visée par le rapport, 96 nouveaux apprentis ont été embauchés par Irving Shipbuilding, pour un total de 294, dont 36 ont obtenu leur certificat de compagnon. Pendant la période visée par le rapport, le chantier naval de Seaspan à Vancouver a employé 57 apprentis sur le site, ce qui représente une augmentation de 22 apprentis.

Participation des Autochtones à la stratégie

Pour encourager la participation des Autochtones à l’industrie de la construction navale du Canada dans son ensemble, Affaires autochtones et du Nord Canada a collaboré avec d’autres ministères et organismes fédéraux, les gouvernements provinciaux, le chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax, le chantier naval de Seaspan à Vancouver et des partenaires autochtones dans le but d’élaborer des stratégies visant à combler les lacunes et à renforcer la participation des Autochtones à la stratégie.

Cette collaboration a permis à environ 700 Autochtones de suivre une formation sur la côte Est, à 32 Autochtones de retourner aux études afin de suivre une formation supplémentaire et à 316 Autochtones d’occuper divers postes, par exemple, électriciens, ferronniers, tuyauteurs, peintres/sableurs, monteurs, soudeurs, mécaniciens-monteurs de machines, transformateurs de tôles, grutiers et machinistes. Sur la côte Ouest, environ 783 Autochtones ont suivi une formation, 31 Autochtones sont retournés aux études pour suivre une formation supplémentaire et 250 Autochtones ont été embauchés pour occuper divers postes, par exemple, chaudronniers, transformateurs de tôles, tuyauteurs, ainsi que dans le domaine de l’approvisionnement, de l’administration, de la chaîne d’approvisionnement en fournitures navales et de la gestion des matériaux. De plus, comme il a été mentionné par le chantier naval de Seaspan à Vancouver, 22,2 millions de dollars en marchés ont été attribués à des entreprises autochtones depuis la mise en œuvre de la stratégie.

Les deux chantiers navals contribuent à développer la capacité des Autochtones dans divers domaines de la construction navale, ce qui permettra aux entreprises autochtones de conclure de nombreux marchés de construction navale avec ou sans partenaires.

Navigation pour le Document « Stratégie nationale de construction navale »

Date de modification :