Ce que nous réserve l’année qui vient – Stratégie nationale de construction navale : rapport annuel 2016

Navigation pour le Document « Stratégie nationale de construction navale »

Le Canada a une longue et riche tradition en matière de construction navale, car il possède les plus longues côtes au monde et est entouré de trois océans. Bien que l’industrie de la construction navale du Canada ait connu périodiquement des périodes d’expansion et de ralentissement, le gouvernement du Canada a, dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, confirmé son engagement à l’égard de la durabilité de l’industrie de la construction navale et de la construction rapide et à prix abordable de navires destinés à la Marine royale canadienne et à la Garde côtière canadienne. La stratégie a bien amorcé le processus de renouvellement de ces flottes, qui se poursuivra au cours des 30 prochaines années, ainsi que la réalisation des marchés de construction de petits navires et des travaux de réparation, de radoub et d’entretien visant à répondre à leurs besoins.

Même si la stratégie en est toujours aux premières étapes de sa mise en œuvre, les retombées économiques qui en résultent sont déjà considérables et elles continueront d’être source de richesses et de possibilités importantes pour le Canada, y compris des possibilités d’offrir de la formation et du travail à long terme aux Autochtones et à d’autres groupes sous-représentés dans la main-d’œuvre.

Sur cette page

Construction de grands navires

Les activités de la Stratégie nationale de construction navale continueront à prendre de l’expansion au cours de la prochaine année. En fait, une demande de propositions officielle en vue de choisir une conception pour le projet de navire de combat canadien a été lancée en octobre 2016, et les travaux de construction du premier navire commenceront au début de la décennie de 2020. On s’attend également à ce que les navires de soutien interarmées passent à l’étape de conception et de génie de production, l’étape précédant la phase de construction. De plus, le projet de navire hauturier de science océanographique franchira l’étape de l’ingénierie de construction. Un marché de construction sera négocié avec le chantier naval de Seaspan à Vancouver une fois que les travaux d’ingénierie requis auront été lancés.

Construction de petits navires

En ce qui concerne la construction de petits navires, afin de soutenir les exigences opérationnelles du ministère de la Défense nationale et de la Garde côtière canadienne, les chantiers navals canadiens continueront d’assurer la construction et la livraison des navires pesant moins de 1 000 tonnes. Dans un proche avenir, le ministère de la Défense nationale approchera notamment l’industrie en 2017 dans le cadre de la stratégie en vue d’acquérir quatre remorqueurs de proximité du littoral de conception commerciale.

De plus, le ministère de la Défense nationale est en train de préparer la version définitive des exigences relativement aux embarcations multirôles du navire de la classe Halifax. Jusqu’à 30 embarcations gonflables à coque rigide de 9 mètres et 30 nouvelles grues (systèmes de lancement et de récupération) seront acquises. On prévoit présenter ces demandes à l’industrie en 2017.

Au cours des prochaines années, la Garde côtière canadienne fera l’acquisition de petits navires supplémentaires afin de renouveler sa flotte, y compris des navires semi-hauturiers de recherche halieutique, des baliseurs spéciaux, des navires scientifiques semi-hauturiers et des navires spécialisés.

Travaux de réparation, de radoub et d’entretien

Lorsque les nouveaux navires de la Stratégie nationale de construction navale entreront en service, un soutien en service sera nécessaire. Pour le ministère de la Défense nationale, les premières classes de navires à entrer en service seront les Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique et les Navires de soutien interarmées. La valeur potentielle d’un marché de soutien en service concurrentiel est estimée à 5,2 milliards de dollars sur 35 ans. Un processus concurrentiel de demande de propositions a été publié en juillet 2016, et le marché devrait être attribué en 2017. Le soumissionnaire retenu agira à titre de spécialiste de l’entretien, d’agent de conception et de fournisseur de services principal pour l’ensemble de ces nouveaux navires. D’autres activités d’approvisionnement de soutien en service sont en cours afin de soutenir la flotte en place jusqu’à la fin de sa durée de vie estimative au cours de la décennie de 2030.

Les travaux de prolongement de la vie des navires et les efforts de soutien en service se poursuivront au cours de la prochaine année, et ce, dans l’ensemble du pays. Au cours de la prochaine année, on prévoit des activités d’une valeur totale de plus de 60 millions de dollars dans l’ensemble des régions du pays pour soutenir la Garde côtière canadienne, Transports Canada et la Gendarmerie royale du Canada. Les travaux réalisés sur le NGCC Pierre Radisson sont un exemple de ce type de travaux de prolongement de la vie des navires. Les travaux ont commencé sur le navire à l’automne 2016 et ils devraient se terminer en 2017.

Conclusion

La Stratégie nationale de construction navale est un engagement à long terme destiné à gérer les efforts de construction navale pendant une période de 30 ans. À ce jour, des efforts importants ont été déployés dans tous les secteurs de la stratégie. Des travaux de construction sont en cours dans de nombreuses régions du pays afin d’appuyer les exigences de construction de grands navires et de petits navires de la Marine royale canadienne et de la Garde côtière canadienne. De plus, des marchés non concurrentiels sont en cours dans l’ensemble du pays afin de répondre aux exigences en matière de réparation, de radoub et d’entretien des navires de la Marine royale canadienne et de la Garde côtière canadienne. Des efforts importants de modernisation des chantiers ont été entrepris au chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax et au chantier naval de Seaspan à Vancouver en vue d’accroître la capacité et d’atteindre des niveaux supérieurs de productivité. Les possibilités de perfectionnement des fournisseurs pour les entreprises canadiennes, y compris de nombreuses petites et moyennes entreprises, ont augmenté considérablement, les niveaux actuels des marchés se situant à environ 1,3 milliard de dollars. La Stratégie nationale de construction navale produit et continuera de produire d’importantes possibilités économiques pour le Canada.

En 2017 et au-delà, le gouvernement du Canada continuera de réaliser des projets de construction de grands et de petits navires et des activités de réparation et de remise en état des navires, ce qui donnera à l’industrie canadienne des possibilités industrielles considérables. Le gouvernement continuera également de travailler en étroite collaboration avec les représentants des chantiers navals pour mettre en application les leçons apprises et veiller à ce que les chantiers navals maximisent leur productivité tout au long de la durée de la stratégie. De plus, l’introduction de nouvelles technologies et les améliorations apportées aux processus permettront d’ouvrir la voie au perfectionnement continu de l’efficacité du programme et, en particulier, de la capacité d’atteindre les objectifs de la Stratégie nationale de construction navale du Canada.

Navigation pour le Document « Stratégie nationale de construction navale »