Avantages économiques pour les Canadiens : Stratégie nationale de construction navale du Canada – Rapport annuel de 2020

Navigation pour la Stratégie nationale de construction navale du Canada : Rapport annuel 2020

La Stratégie nationale de construction navale du Canada (SNCN) continue de revitaliser le secteur naval du Canada en créant des emplois et en générant des avantages socioéconomiques et une prospérité dans les collectivités partout au pays.

En 2020 seulement, le gouvernement du Canada a attribué de nouveaux contrats totalisant environ 3,5 milliards de dollars à des entreprises canadiennes dans le cadre de la SNCN, y compris environ 132,1 millions de dollars à des petites et moyennes entreprises (PME) ayant moins de 250 employés à temps plein.

On estime que les contrats de la SNCN attribués de janvier à décembre 2020 apportent une contribution de plus de 2,7 milliards de dollars (904 millions de dollars annuellement) au produit intérieur brut (PIB) du Canada et créeront environ 8 400 emplois Note de bas de page 1 par année au cours de la période de 2020 à 2022.

Alors que le salaire moyen dans les chantiers navals canadiens est 30 % plus élevé que la moyenne du secteur manufacturier, l’industrie maritime canadienne est globalement novatrice et soutient les travailleurs qualifiés, en plus de posséder une part d’emplois dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (comme les ingénieurs, les scientifiques et les chercheurs), qui est de 2,5 fois supérieure à celle de l’ensemble du secteur manufacturier.

L’impartition de travail à des centaines d’entreprises canadiennes favorise l’innovation et le développement des compétences. De plus, la SNCN favorise la création d’une chaîne d’approvisionnement nationale durable.

Depuis la création de la SNCN, Irving Shipbuilding Inc. (ISI) et le chantier naval de Seaspan à Vancouver (VSY) font appel à des entreprises canadiennes par l’entremise d’activités de sous-traitance. Comme l’ont rapporté les chantiers navals, à ce jour, plus de 2,9 milliards de dollars en possibilités de développement pour les fournisseurs ont été fournis à 1 066 entreprises canadiennes. Les PME se sont vu attribuer environ 52 % (1,5 milliard de dollars) de la valeur de ces possibilités, un montant partagé entre 854 entreprises. En 2020 seulement, la valeur des possibilités de développement pour les fournisseurs accordées aux entreprises canadiennes a augmenté de 523 millions de dollars. De plus, 54 nouvelles entreprises canadiennes ont été engagées à titre de fournisseurs par ISI et VSY.

La SNCN continue d’offrir des débouchés dans le secteur maritime aux groupes sous-représentés dans l’industrie de la construction navale. Des partenariats sont en cours d’établissement avec les 2 chantiers navals de construction de gros navires, des ministères fédéraux, des établissements d’enseignement, des organismes de recherche et d’autres coentreprises afin d’accroître la participation des groupes sous-représentés dans le secteur.

Par exemple, afin de diversifier la main-d’œuvre disponible pour construire des navires dans l’est du Canada, ISI a travaillé en collaboration avec le Nova Scotia Community College et d’autres partenaires communautaires pour créer le Centre d’excellence d’Irving Shipbuilding Inc.. Celui-ci a été établi pour offrir un accès équitable aux débouchés, aux programmes et aux formations ainsi que les méthodes pour y accéder et ce, afin de permettre à tous de travailler efficacement dans le secteur de la construction navale, en particulier les communautés sous-représentées. Irving Shipbuilding Inc. consentit annuellement des investissements dans le centre à l’appui d’une multitude de programmes offerts aux groupes sous-représentés dans le secteur de la construction navale et le secteur maritime dans son ensemble, par l’entremise de programmes pour les étudiants, notamment le programme de soudage pour les Afro-Néo-Écossais et le programme de métiers de la métallurgie pour les élèves autochtones, tous 2 faisant partie du programme Pathways to Shipbuilding. Le centre a également un partenariat avec Women Unlimited, un programme bien établi en Nouvelle-Écosse qui cherche à optimiser les occasions d’emploi pour les femmes dans l’industrie maritime.

Dans l’Ouest canadien, VSY soutient la formation professionnelle, les programmes d’apprentissage et la promotion des possibilités d’emploi pour les Autochtones et les femmes au moyen d’initiatives de financement, de programmes de mentorat et de partenariats avec des établissements d’enseignement qui sont axés sur des initiatives d’éducation dans la construction navale. VSY a également un partenariat à long terme avec 3 organismes de formation et d’emploi pour les Autochtones : le Aboriginal Marine Training to Employment Partnership, la Aboriginal Community Career Employment Services Society et la Coast Salish Employment and Training Society. Ces organismes font partie de la Coastal Aboriginal Shipbuilding Alliance, qui vise à offrir des programmes de formation et d’emploi de qualité aux membres des Premières Nations et aux personnes d’ascendance autochtone qui vivent à Vancouver et sur l’île de Vancouver.

Les 2 chantiers navals visés par la SNCN réalisent également d’importants investissements en vue d’informer et d’inspirer les jeunes quant aux possibilités de carrière dans l’industrie maritime et le secteur de la construction navale au Canada. Par ailleurs, en décembre 2020, VSY a annoncé un investissement de 300-000 $ dans Parlons sciences, un organisme de bienfaisance qui offre des programmes de sciences, de technologie, d’ingénierie et de mathématiques (STIM) pour les jeunes et les éducateurs canadiens. Cet engagement de 3 ans permettra le déploiement de nouveaux programmes de la maternelle à la 12e année (secondaire 5) partout au Canada, lesquels porteront principalement sur la sensibilisation des jeunes aux carrières en STIM dans l’industrie maritime et le secteur de la construction navale. Ces programmes devraient être lancés en avril 2021. Sur la côte est, ISI appuie SuperNOVA, une initiative à but non lucratif de l’Université Dalhousie qui offre des expériences et des camps aux jeunes liés aux STIM. De plus, l’investissement de 4,5 millions de dollars réalisé par ISI en 2017 dans le Centre for Ocean Ventures and Entrepreneurship (COVE) continue de permettre à des établissements postsecondaires, à des centres de recherche océanographique, à des entreprises en démarrage et à l’industrie de travailler ensemble pour créer une grappe d’innovation et de commercialisation dans le secteur maritime.

Politique des retombées industrielles et technologiques et proposition de valeur de la Stratégie nationale de construction navale

Politique des retombées industrielles et technologiques

Les chantiers navals respectent et dépassent leurs engagements imposés par la Politique des retombées industrielles et régionales (RIR) et la Politique des retombées industrielles et technologiques (RIT) ainsi que par la proposition de valeur de la SNCN.

La Politique des RIR et la Politique des RIT du Canada jouent un rôle important dans la mise à profit des dépenses en matière de défense et de sécurité du Canada en vue de créer des avantages économiques pour le pays. Dans le cadre de ces politiques, les chantiers navals et leurs principaux fournisseurs entreprennent au Canada des activités commerciales d’une valeur égale à celle de leurs contrats et fournissent des investissements importants dans des domaines ciblés, tels que :

Grâce à ces politiques, des centaines d’entreprises canadiennes obtiennent du travail dans le cadre de contrats avec les grands chantiers navals sélectionnés et investissent elles-mêmes dans l’innovation tout en obtenant des possibilités d’exportation.

ISI a l’obligation de générer plus de 4,1 milliards de dollars en RIR, dont près de 2,6 milliards de dollars ont été générés à ce jour pour le projet de navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (NPEA) et les travaux de modernisation des frégates de la classe Halifax. Dans le contrat de définition du navire de combat canadien (NCC), ISI a des activités de RIT de 217 millions de dollars à être recensées. Son sous-traitant principal, Lockheed Martin Canada, a des activités de RIT de 209 millions de dollars à être recensées.

Sur la côte ouest, VSY fait des progrès dans ses obligations en matière de RIR, ce qui comprend le navire hauturier de science halieutique (NHSH), le navire hauturier de science océanographique (NHSO) et le navire de soutien interarmées (NSI). Jusqu’à maintenant, VSY a généré 1,4 milliard de dollars de RIR, avec plus de 251 millions de dollars d’activités en cours dans le but de s’acquitter de son obligation totale de générer près de 1,8 milliards de dollars de RIR dans le cadre de ces 3 projets Note de bas de page 2.

Proposition de valeur de la Stratégie nationale de construction navale du Canada

La proposition de valeur de la SNCN est conçue pour profiter à l’ensemble de l’industrie maritime canadienne et contribuer à assurer sa viabilité à long terme. Selon la proposition de valeur de la SNCN, les chantiers navals sont tenus d’investir un montant équivalent à 0,5 % de la valeur des contrats de grands navires qui leur sont attribués dans le cadre de la SNCN dans l’industrie maritime canadienne pour appuyer le développement des ressources humaines, les investissements technologiques et le développement industriel.

Les 2 chantiers navals ont réalisé des investissements dans ces 3 secteurs prioritaires et ont porté une attention particulière sur le développement des compétences et la promotion de la participation des groupes sous-représentés dans l’industrie maritime au Canada. Les investissements ont appuyé des approches collaboratives à l’égard de l’innovation appliquée dans le secteur des technologies océanologiques, l’acquisition d’équipement pour appuyer des programmes éducatifs propres au secteur maritime, ainsi que l’élaboration de programmes d’études postsecondaires pour veiller à ce qu’il y ait un bassin de personnel qualifié pour l’industrie.

En date du 31 décembre 2020, les chantiers navals visés par la SNCN ont accumulé plus de 26,7 millions de dollars en obligations dans le cadre de la proposition de valeur de la SNCN. La valeur des investissements approuvés à la fin de 2020, ce qui comprend les activités d’investissement terminées et les activités approuvées à venir, dépassait 29,4 millions de dollars.

Enquête de Statistique Canada sur l’industrie maritime du Canada

Les investissements réalisés dans le cadre de la SNCN ont soutenu la croissance de l’industrie maritime canadienne élargie. Cette industrie est composée d’entreprises dans les domaines des capacités industrielles clés qui constituent des points forts, notamment :

Les résultats de la dernière enquête de Statistique Canada sur l’industrie maritime canadienne, réalisée en 2020, illustrent l’élan positif qui s’est créé dans le cadre de la SNCN avant le début de la COVID-19.

Les données de Statistique Canada publiées en 2020 indiquent qu’en 2018, l’industrie maritime canadienne élargie a contribué à la création de près de 30 000 emplois, le secteur maritime canadien se développant dans toutes les régions du pays. L’activité se répartissait comme suit :

D’après les mêmes données, le nombre d’emplois dans le secteur maritime a grimpé de 11 % de 2016 à 2018 tandis que les ventes ont augmenté de 16 % pour atteindre 4,1 milliards de dollars en 2018; l’emploi et les ventes ont également connu un pourcentage de croissance similaire dans la version 2014 à 2016 de l’enquête de Statistique Canada. Notamment, la chaîne d’approvisionnement maritime nationale, qui est principalement constituée de PME, a bénéficié de 55 % de cette croissance des ventes.

De 2016 à 2018, la chaîne d’approvisionnement maritime canadienne a également connu une croissance importante des exportations de 33 %, les recettes d’exportation ayant atteint une valeur de 1,1 milliard de dollars en 2018. Les entreprises canadiennes connaissent un succès manifeste sur le marché mondial, avec plus de 80 % des systèmes navals développés au Canada présents sur les flottes mondiales. Les entreprises canadiennes indiquent que le fait de pouvoir participer à des projets nationaux, dans le cadre de la SNCN, leur a donné l’occasion de tirer parti de cette expérience afin de poursuivre le travail avec d’autres nations alliées et des clients commerciaux internationaux. Par exemple :

Le secteur maritime canadien connaît également une croissance d’innovation, puisque les investissements en recherche et développement ont augmenté de 40 % de 2016 à 2018 pour atteindre 64 millions de dollars, ce qui reflète les efforts de l’industrie pour développer et commercialiser davantage de produits et de services afin de répondre à la demande du marché.

La croissance de l’innovation dans le secteur maritime continuera de permettre aux entreprises canadiennes de mettre sur le marché de nouveaux produits et services qui répondent aux exigences maritimes uniques du Canada, de susciter un intérêt international et de créer de nouvelles possibilités d’exportation, en plus de contribuer à la croissance continue de la base industrielle maritime nationale.

Retombées économiques de la Stratégie nationale de construction navale du Canada depuis 2012 Note de bas de page 1

Navigation pour la Stratégie nationale de construction navale du Canada : Rapport annuel 2020

Date de modification :