S’attaquer aux défis et aux risques : Stratégie nationale de construction navale du Canada – Rapport annuel de 2020

Navigation pour la Stratégie nationale de construction navale du Canada : Rapport annuel 2020

La construction navale est très complexe, et cela signifie parfois que les plans, les budgets et les calendriers doivent être rajustés. L’expérience acquise lors de nos premières constructions sur les chantiers a grandement contribué à affiner notre compréhension du temps et des ressources nécessaires pour nos projets liés à la Stratégie nationale de construction navale du Canada (SNCN). Cela dit, la construction navale comportera toujours un certain degré de risque et d’incertitude. C’est pourquoi nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires des chantiers navals et les fournisseurs tout au long de la chaîne d’approvisionnement pour nous assurer de gérer efficacement la Stratégie et de continuer à procurer des avantages importants au Canada.

Défis

Le gouvernement du Canada travaille continuellement de concert avec les chantiers navals pour surveiller les améliorations de leur productivité, gérer et respecter les délais, et surveiller étroitement les coûts, tout en étudiant et en mettant en œuvre des possibilités de réduire au minimum toute interruption de travail éventuelle liée aux fluctuations de la production.

Pandémie de COVID-19

En 2020, la pandémie de COVID-19 a créé une situation sans précédent, obligeant tous les secteurs, y compris l’industrie maritime, à s’adapter rapidement. Les chantiers navals ont signalé des retards dans les projets attribuables à la COVID-19; cependant, étant donné les incertitudes liées à la durée de la pandémie, l’ampleur de ces répercussions sur le calendrier n’est pas encore connue.

Malgré la suspension de la plupart des opérations industrielles en mars 2020, la construction des premier et deuxième navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique (NPEA) et l’entretien du navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Charlottetown ont progressivement repris à la mi-avril à Irving Shipbuilding Inc. (ISI), tandis que les NPEA 3 et 4 ont connu un redémarrage partiel à la fin de juin et au début de juillet. En juillet 2020, le premier NPEA, le NCSM Harry DeWolf, a été livré à la Marine royale canadienne (MRC) et accepté par celle-ci.

Les travaux pour le navire de combat canadien (NCC) ont continué à progresser, la plupart des employés ayant pu reprendre le travail au bureau.

On a poursuivi les opérations au chantier naval de Seaspan à Vancouver (VSY) tout au long de l’année, tout en appliquant les mesures de sécurité requises liées à la COVID-19.

La livraison du troisième navire hauturier de science halieutique, le navire de la Garde côtière canadienne (NGCC) John Cabot, a été légèrement retardée, mais a néanmoins été achevée en octobre 2020.

La construction des premiers blocs du premier navire de soutien interarmées (NSI) s’est poursuivie tout au long de la pandémie, des efforts étant déployés pour réduire au minimum l’incidence de la COVID-19. Les travaux ont pu passer à la construction complète en juillet 2020.

Les négociations du contrat de construction se sont poursuivies pour le navire hauturier de science océanographique (NHSO), en prévision de l’attribution du contrat prévue au début de 2021. Le projet de navires polyvalents a également progressé, le contrat auxiliaire ayant été attribué en août 2020.

Tout au long de 2020, le gouvernement du Canada et les chantiers navals ont pris des mesures pour atténuer les répercussions de la pandémie sur les projets, notamment des taux de main-d’œuvre provisoires, des indemnités pour le travail inefficace lié à la production et/ou aux réparations, et la prise en compte des retards excusables. D’autres mesures ont consisté à ajuster les paiements d’étape pour mieux les aligner sur l’avancement des travaux et à devancer les achats de matériaux pour réduire l’impact potentiel des fluctuations de calendrier et de prix.

Le gouvernement du Canada continuera de suivre la situation, d’analyser les impacts potentiels et d’envisager d’autres mesures qui pourraient être justifiées.

Communication avec le public et communications sur les programmes

Il est difficile d’expliquer clairement au public les complexités inhérentes à la construction navale et la nature évolutive des calendriers et des budgets. Les ministères s’appuieront sur les vastes efforts de communication déployés pour fournir aux Canadiens des renseignements supplémentaires sur la construction navale et le travail accompli dans le cadre de la SNCN.

En 2020, la pandémie de COVID-19 a amené de nouveaux défis dans le milieu de travail qui ont encore compliqué les efforts d’échange d’information entre les ministères engagés dans la SNCN. Malgré ces contraintes, le gouvernement du Canada a continué à maintenir une collaboration interministérielle permanente. Services publics et Approvisionnement Canada, le ministère de la Défense nationale, la Garde côtière canadienne et Innovation, Sciences et Développement économique Canada ont travaillé ensemble quotidiennement – de manière virtuelle – pour faire avancer les projets et maintenir un dialogue ouvert. L’engagement continu avec les chantiers navals, dans le cadre des processus de gouvernance établis, s’est également poursuivi.

Risques

Le gouvernement du Canada a élaboré une approche de gestion des risques formelle et solide pour la SNCN. L’approche s’inspire des pratiques exemplaires internationales et aide à prévoir, à cerner et à atténuer les principaux risques auxquels la SNCN est confrontée. La gestion des risques permet également de soutenir l’élaboration de mesures correctives pour la Stratégie, afin qu’elle soit en bonne position pour atteindre ses objectifs à long terme. Les risques sont gérés au niveau du projet, au niveau du programme (navires destinés au combat, navires non destinés au combat, petits navires et soutien) et au niveau stratégique. Les risques sont pris en compte par les comités de gouvernance compétents et sont transmis, au besoin, du niveau opérationnel jusqu’aux cadres supérieurs du gouvernement et des chantiers navals.

Outre les défis mentionnés précédemment dans le rapport, la SNCN fait face aux principaux risques suivants :

Capacité en ressources humaines

Pour l’avenir, la construction du NCC par ISI et celle des NSI par VSY sont des projets très complexes. Les ressources humaines seront l’un des défis à relever dans l’avenir pour éviter les fluctuations de la production dans les chantiers navals, en raison de la pénurie actuelle de main d’œuvre expérimentée des cols blancs et des cols bleus dans le secteur de la construction navale. L’examen approfondi de la documentation et les consultations avec les principaux intervenants suggèrent que le recrutement et le maintien en poste d’une main-d’œuvre maritime viable sont difficiles et constituent un risque majeur pour la SNCN.

Pour relever ce défi, Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) travaille avec les partenaires de la SNCN à l’élaboration d’une stratégie de ressources humaines pour la SNCN, afin de cerner les défis en matière de main-d’œuvre et de compétences au sein de l’industrie maritime et du gouvernement du Canada qui pourraient avoir un impact négatif sur les objectifs de la SNCN et de s’y attaquer. L’objectif de la stratégie de ressources humaines est de continuer à soutenir le gouvernement du Canada, les chantiers navals et l’industrie dans son ensemble, afin qu’ils aient la capacité nécessaire pour remplir leurs engagements et devenir des experts et des chefs de file de classe mondiale dans le secteur de la construction navale.

La stratégie des ressources humaines de la SNCN reposera sur les 3 piliers suivants :

La stratégie vise à compléter, mais non à remplacer, les activités déjà entreprises par les chantiers navals et l’industrie maritime, ainsi que les initiatives fédérales et provinciales.

Les 3 piliers de la stratégie de ressources humaines

Description de l'image ci-dessous

Description de l'image
Recrutement et maintien en poste

Approche cohérente pour attirer et retenir la main d’œuvre, avec des mesures ciblées spécifiquement destinées aux femmes et aux populations des Premières Nations

Perfectionnement de la main-d’œuvre

Développer le leadership et générer les compétences et les capacités de la future main-d’œuvre

Création d’une communauté

Sentiment d’appartenance entre les intervenants du gouvernement du Canada, l’industrie et les partenaires externes (associations, experts, établissements d’enseignement, etc.)

Analyse et prise de décision en temps opportun

La SNCN est une entreprise vaste et complexe qui fait intervenir de multiples projets, chantiers navals, ministères et organismes. La prise en compte des risques joue un rôle important dans toutes les décisions prises dans le cadre de la SNCN. Compte tenu de l’ampleur de la SNCN, du nombre de parties engagées et de la complexité des questions qui se posent à mesure que la Stratégie évolue, il est nécessaire d’améliorer les outils de gestion des risques pour déterminer et évaluer les risques associés, ainsi que pour élaborer les stratégies d’atténuation et en faire le suivi. Cela permettra de faire en sorte que tous les renseignements pertinents soient mis à la disposition des décideurs et de garantir la clarté et la transparence.

On a établi un certain nombre d’activités clés pour aider à améliorer les outils de gestion des risques, à soutenir une analyse approfondie des risques, et à recenser, surveiller et mettre en œuvre des mesures d’atténuation. Ces mesures comprennent, sans toutefois s’y limiter, ce qui suit :

Il y a eu une augmentation de l’engagement d’experts tiers au sein de la SNCN afin de s’assurer qu’un niveau d’expertise plus large soit disponible aux fins du traitement de la gestion des risques et divers autres éléments dans le cadre de la SNCN. Cette augmentation devrait permettre la prise de décisions éclairées et l’atténuation des risques dans le cadre de la Stratégie.

SPAC fait progresser différentes initiatives visant à analyser et à revoir les pratiques existantes de la SNCN afin de garantir qu’une diligence raisonnable appropriée soit exercée tout au long du processus de construction navale et que les décisions d’investissement obéissent à des principes d’optimisation des ressources solides. Le Canada examine ce qui pourrait être fait pour être plus efficace, en dégageant les pratiques exemplaires internationales afin d’en tirer parti, tout en maintenant l’accent sur la livraison en temps opportun de navires de qualité à l’appui du renouvellement de la flotte canadienne.

Depuis la création de la SNCN, d’autres mesures et outils ont été mis en place pour aider à améliorer la gestion de la Stratégie et en renforcer la gouvernance. Ces mesures et outils comprennent :

Respect du calendrier

L’un des principaux objectifs de la SNCN est de renouveler les flottes fédérales en temps opportun et à un coût abordable. Pour être en mesure de soutenir cet objectif, il est essentiel que les chantiers navals fournissent aux décideurs des calendriers de projet complets, à jour et fiables. Des outils et des approches comme les calendriers intégrés des projets produits par les chantiers navals et la gestion de la valeur acquise sont en cours de développement afin que les calendriers soient correctement gérés, que des progrès soient réalisés par rapport aux échéanciers prévus et que des occasions de prendre des mesures correctives soient offertes si nécessaire.

Les ministères continuent également à travailler ensemble et avec les chantiers navals pour améliorer la livraison et la précision des calendriers, et assurer une production de rapports plus disciplinée sur la progression vers les objectifs.

Le recours à une analyse détaillée, appuyée par une évaluation des risques et des conseils d’experts, et l’application des leçons apprises ont permis au Canada de prendre des décisions clés pour s’assurer que les coûts et les calendriers sont correctement gérés, comme, par exemple, le réaménagement de la séquence de construction du NSI et du NHSO à VSY afin de s’assurer que les ressources d’ingénierie sont concentrées sur chacun des projets.

Navigation pour la Stratégie nationale de construction navale du Canada : Rapport annuel 2020

Date de modification :