Réduction d'émissions de carbone pour deux édifices fédéraux emblématiques

Un projet ambitieux a été lancé pour moderniser les sources d'énergie de deux édifices fédéraux à Ottawa et réduire leurs émissions de carbone. Dans le cadre de cette transformation, les installations de chauffage et de refroidissement de l'Imprimerie nationale et du Conseil national de recherches seront mises hors service, afin de permettre à ces édifices patrimoniaux de bénéficier d'une énergie plus propre.

Imprimerie nationale

De 1949 à 1953, le gouvernement du Canada a lancé un programme ambitieux de reconstruction d'après-guerre. Au fil des ans, le gouvernement a érigé près de 200 nouveaux immeubles fédéraux à travers le pays, dont l'Imprimerie nationale (IN).

Le bâtiment de l'Imprimerie nationale

L'IN a été construite dans le cadre du plan Gréber de la Commission du district fédéral d'Ottawa, soit un plan d'aménagement urbain pour la région de la capitale nationale. Les plans de l'IN comprenaient une centrale de chauffage.

Conçue par l'architecte montréalais Ernest Cormier, l'IN visait à offrir une capacité d'impression à grande vitesse. La centrale de chauffage attenante, en plus de chauffer l'IN, devait aussi servir d'auxiliaire à la centrale de chauffage Cliff pour la production de vapeur transmise par une canalisation sous le pont MacDonald-Cartier.

Au fil du temps, une capacité de refroidissement a été ajoutée à la centrale de chauffage. Avec 3 chaudières à vapeur et 3 refroidisseurs électriques, l'ajout à la centrale de chauffage continue de desservir uniquement l'édifice principal de l'IN.

Le site actuel de la centrale de chauffage de l'IN sera désaffecté. L'équipement sera retiré, et le site pourra servir à d'autres fins dans le futur. Une nouvelle centrale souterraine, qui sera appelée le Centre énergétique modernisé de Gatineau, sera construite sur un site voisin. Elle sera reliée au réseau du centre-ville, venant ainsi rehausser la capacité de chauffage carboneutre.

Sur le toit du Centre énergétique modernisé de Gatineau, il y aura un jardin urbain, ainsi que de nouvelles allées polyvalentes accessibles aux employés et au public. Le chauffage et le refroidissement produits seront convertis en électricité propre qui ne générera pour ainsi dire aucune émission de carbone. La construction du nouveau Centre doit commencer à la fin de 2022. L'installation comprendra 3 nouvelles chaudières électriques et 3 nouveaux refroidisseurs électriques, et de l'espace sera prévu en cas d'expansion.

Conseil national de recherches

Le bâtiment des laboratoires du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a été construit de 1930 à 1932. Situé sur la promenade Sussex, à Ottawa, il comprenait à l'origine des laboratoires multiples et des installations auxiliaires destinées à répondre à des besoins particuliers en matière de recherche.

La centrale de chauffage et de refroidissement du Conseil national de recherches

Construite à peu près au même moment, la centrale de chauffage attenante arborait une envergure, une architecture et des matériaux en harmonie avec le bâtiment du CNRC. La centrale, qui comprenait 2 chaudières situées au sous-sol, servait alors à chauffer le bâtiment du CNRC.

La centrale chauffe encore aujourd'hui les laboratoires du CNRC, auxquels s'est ajouté depuis l'édifice Lester-B.-Pearson, situé aussi sur la promenade Sussex. Une capacité de refroidissement a par ailleurs été ajoutée à la centrale, qui compte aujourd'hui 2 chaudières à vapeur et 4 refroidisseurs.

Comme le bâtiment des laboratoires du CNRC est un édifice fédéral du patrimoine classé, il sera préservé. En 2018, il a été décidé que la centrale de chauffage et de refroidissement du CNRC serait mise hors service, notamment en raison de sa petite taille et de son emplacement peu flexible. Il a été établi que la centrale était inadéquate pour la modernisation du réseau énergétique de quartier et qu'elle n'était plus requise.

Innovate Energy, dont les services ont été retenus en juin 2019, concevra, construira et exploitera un réseau énergétique de quartier plus moderne et plus efficace pour le gouvernement fédéral, dans la région de la capitale nationale. L'entreprise désaffectera la centrale du CNRC une fois que le réseau énergétique de quartier modernisé sera en service, à la fin de 2025. La centrale désaffectée sera ensuite gérée comme un bien à aliéner. Autrement dit, le nécessaire sera fait pour aliéner le bien de la manière la plus avantageuse possible au regard de la faisabilité de la remise en état, de la transformation et de la réutilisation de tout le matériel avant de le céder par d'autres moyens. Vu le caractère patrimonial et l'emplacement de la centrale du CNRC, une nouvelle utilisation lui sera assurément trouvée.

Pour en savoir plus sur la façon dont Services publics et Approvisionnement Canada entend écologiser les immeubles fédéraux, consultez l'Écologisation des bâtiments fédéraux. Pour toute question concernant le Programme d'acquisition de services énergétiques, vous pouvez communiquer directement avec les Services immobiliers.

Date de modification :