Une importante réserve nationale de faune enfin unifiée

Parfois, un projet d'agrandissement apporte plus qu’un simple ajout d'espace. Un bien acquis par Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) a non seulement permis d'augmenter la superficie d'une réserve nationale de faune, mais a aussi offert d’autres avantages, comme l’unification d’un site autrefois divisé.

Saisir l’occasion

Rivage où le lac rencontre la plage.

En 2019, Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) a obtenu, dans le cadre de l'initiative Patrimoine naturel du Canada, l'autorisation d'agrandir 11 réserves nationales de faune prioritaires, dont la réserve nationale de faune de la Pointe-du-Prince-Édouard (RNF de la Pointe-du-Prince-Édouard) située près de Picton, en Ontario.

La RNF de la Pointe-du-Prince-Édouard a été créée en 1978. Elle est l’une des premières aires protégées gérées par ECCC pour la préservation de l'habitat des oiseaux migrateurs. Et non sans raison, car il s’agit d’un site très spécial.

Aucun autre endroit du côté canadien du lac Ontario n’accueille un si grand nombre d’oiseaux pendant la migration. La réserve est également un pôle de recherche sur les oiseaux migrateurs, ainsi qu’une halte pour les chauves-souris migratrices et les papillons monarques.

Devant la possibilité d'agrandir cette aire protégée, ECCC a demandé à SPAC, l'expert en immobilier du gouvernement fédéral, de l'aider à acheter la parcelle de terrain qui convenait. Avec 1 seule transaction, le projet a permis d'améliorer la RNF de la Pointe-du-Prince-Édouard de plusieurs façons.

Acheter le terrain qui convient

Rivage où le lac rencontre la plage.

Au moment du projet, 4 parcelles de terrain voisines de la RNF de la Pointe-du-Prince-Édouard étaient à vendre, dont un terrain de 33,7 hectares. C’est ce terrain qui était privilégié parce qu'il passait à travers la RNF de la Pointe-du-Prince-Édouard, séparant celle-ci en 2 sections distinctes.

L'acquisition du terrain permettrait enfin de créer une seule et plus grande aire protégée, pour le bien de la faune locale et le plaisir des visiteurs du parc.

De plus, cette parcelle contient des terres humides rares, et elle est située dans une « aire importante de nidification » désignée qui comprend un habitat essentiel des oiseaux et qui est reconnue pour sa grande importance à l’égard de la biodiversité.

SPAC a mené les négociations qui se sont conclues par l'achat de ce terrain important. Il a aussi effectué les nombreux préparatifs qu'implique l'acquisition d'un bien immobilier par le gouvernement fédéral, notamment la recherche de titre, l'évaluation du bien et l'évaluation environnementale.

Maintenant, toute l’aire sera gérée par ECCC dans le souci de protéger la trentaine d'espèces en péril qui vivent dans la RNF de la Pointe-du-Prince-Édouard et les quelque 300 espèces d'oiseaux migrateurs qui y transitent.

Regardez cette vidéo montrant comment la réserve nationale de faune de Prince Edward Point a bénéficié de ce projet.

Vous trouverez de plus amples renseignements sur les 55 réserves nationales de faune du Canada dont ECCC a la garde, lesquelles protègent l'habitat d'espèces sauvages sur plus de 2,1 millions d'hectares, ou renseignez-vous sur les services offerts par Services publics et Approvisionnement Canada.

Date de modification :