Travaux de modernisation pour les aînés de la mer

Depuis la fin du 19e siècle, l'entreprise de réparation navale NEWDOCK fait partie, sous différents noms et propriétaires, du port de St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Entreprise privée et locale à présent, NEWDOCK répare et entretient une grande variété de navires dans ses installations portuaires de 18 acres, y compris des chalutiers de pêche, des barges, des congélateurs industriels, des traversiers provinciaux, des navires de la Garde côtière canadienne (NGCC) et des bâtiments d'aquaculture.

Navire de la Garde côtière canadienne Cape Roger

L'entreprise a également commencé à travailler dans le cadre d'un nouveau contrat de Services publics et Approvisionnement Canada portant sur des travaux de modernisation majeurs pour 2 navires de la Garde côtière canadienne : le NGCC Cape Roger et le NGCC Cygnus, 2 navires vénérables ayant chacun une histoire importante.

Le Cape Roger est en service depuis 1977, et le Cygnus depuis 1981. St. John's est leur port d'attache.

Ils ont notamment été impliqués dans la guerre dite « du flétan noir » au milieu des années 1990, lorsque le Canada a accusé les navires-usines de l'Union européenne de surpêche illégale de flétan noir du Groenland au large des Grands Bancs.

Les patrouilleurs des Pêches canadiens ont abordé un chalutier espagnol après avoir tiré des coups de mitrailleuse au-dessus de sa proue. Ils ont arrêté l'équipage et forcé le navire espagnol à rentrer au port.

Le NGCC Cygnus faisait partie des navires de la Garde côtière envoyés pour surveiller une flotte de pêche européenne sur les Grands Bancs.

Créer de bons emplois tout en entretenant la flotte de la Garde côtière

NEWDOCK a une main-d'œuvre syndiquée de plus de 200 ouvriers qualifiés, un nombre qui fluctue en fonction de la quantité et du type de travail, mais même lors des récents ralentissements, un noyau d'environ 125 personnes a été maintenu.

Navire de la Garde côtière canadienne Cygnus

« La situation liée à la COVID a changé les choses pendant une courte période », déclare Wayne Ash, directeur général de NEWDOCK, « et ces dernières années, nous avons assisté à une contraction de l'industrie pétrolière extracôtière, ce qui a entraîné une réduction du nombre de navires desservant les plateformes de forage ».

« Mais à l'heure actuelle », ajoute-t-il, « nous voyons notre travail augmenter et notre capacité à offrir un emploi rémunérateur à davantage d'employés s'accroître. Nos employés viennent d'ici, de la ville, mais aussi des régions périphériques. Certains viennent même du centre de Terre-Neuve, louent des chambres, travaillent pendant la semaine et rentrent chez eux la fin de semaine. »

Travaux importants pour Cape Roger et Cygnus

Le NGCC Cape Roger et le NGCC Cygnus rendent régulièrement visite au chantier naval NEWDOCK pour des travaux d'entretien périodiques qui durent généralement entre 6 et 8 semaines.

« La Garde côtière entretient et modernise sa flotte pour s'assurer que les navires répondent à toutes les exigences actuelles en matière de santé et de sécurité, ainsi qu'aux exigences propres aux activités en mer pour leurs employés », précise Wayne.

Les travaux actuellement recensés sur les navires NGCC Cape Roger et NGCC Cygnus devraient durer jusqu'à 5 mois pour chaque navire et sont définis dans l'énoncé écrit des travaux de 675 pages. Ils comprennent l'inspection et le renouvellement de la certification de tout l'équipement de sauvetage et des systèmes de détection et d'extinction des incendies; la certification des réservoirs d'eau potable; la révision des systèmes électriques, de ventilation, mécaniques et de propulsion; et le remplacement de divers systèmes de tuyauterie, y compris les tuyaux de cale, de ballast et d'eau.

« Ces navires sont souvent en mer pendant de longues périodes », ajoute Wayne, « il est donc important que l'équipage dispose de conditions d'hébergement sûres et confortables. »

Les travaux prévus comprennent le renouvellement, la reconfiguration et la modernisation des toilettes et des douches, le remplacement des portes coupe-feu, le remplacement des fenêtres et des hublots, ainsi que la modernisation de l'équipement de distribution de la télévision. Et une nouvelle couche de peinture.

Le secteur de la réparation et de l'entretien des navires repose sur le respect des échéances, car un navire à quai est un navire non fonctionnel. Mais comme pour les réparations automobiles, l'étendue des travaux requis n'est pas toujours évidente.

« Les délais de livraison sont une chose à laquelle nous accordons beaucoup d'attention », souligne Wayne, « car nous savons quel impact les retards peuvent avoir si un navire est hors service. Mais les navires arrivent souvent avec un cahier des charges bien défini; or on ne connaît pas toujours l'étendue complète des travaux jusqu'à ce qu'on procède à l'inspection. Mais nous nous mettons tout en œuvre pour que le travail soit effectué dans les temps et à un coût concurrentiel. »

« Nous étions impatients de voir ces navires arriver », conclut Wayne. « C'est un travail important pour notre entreprise et pour chaque personne qui travaille ici. »

Pour plus d'information, veuillez consulter la Stratégie nationale de construction navale.

Date de modification :