Débit de données et capacité des câbles à paires torsadées non blindées

Alors que les normes de câblage précisent la largeur de bande du câblage installé, le débit réel auquel les données peuvent être transmises par un système de câblage dépend de la conception de l'équipement électronique qui lui est raccordé. La largeur de bande du système de câblage est spécifiée en mégahertz (MHz). Le débit de données est, quant à lui, exprimé en bits par seconde ou, plus fréquemment de nos jours, en millions de bits par seconde (mégabits par seconde : Mbit/s) ou en milliards de bits par seconde (gigabits par seconde : Gb/s).

Tandis que la catégorie du système de câblage détermine la largeur de bande maximale offerte, le débit maximal de données que le câblage permet effectivement d'atteindre dépend de l'équipement électronique qui lui est raccordé. Les débits de données normalisés ont tendance à décupler, lorsqu'ils augmentent. Par exemple, le débit de 100 mégabits par seconde (100 Mbit/s) correspond, pour un réseau Ethernet, au niveau normalisé immédiatement supérieur aux 10 mégabits par seconde du réseau original. Par conséquent, il est possible que les normes pouvant tirer parti de la capacité maximale théorique qu'offrent certaines catégories de câbles ne soient pas encore mises au point. Le tableau « Débits de données maximaux » ci‑dessous indique les débits de données maximaux (par catégorie de câblage) pour lesquels des normes ont été élaborées.

En quoi cela importe-t-il? En premier lieu, il faut remarquer que le débit de données maximal est identique pour la catégorie 5e et pour la catégorie 6. Les câbles de ces deux catégories peuvent traiter 1 gigabit par seconde ou 1 000 mégabits par seconde (1 Gb/s ou 1 000 Mbit/s). Ainsi, bien que le câblage de la catégorie 6 atteigne une capacité maximale théorique 2,5 fois plus élevée que le câblage de la catégorie 5e, aucune norme existante ne s'applique aux systèmes électroniques qui en tirent parti et aucune norme de ce type n'est en cours d'élaboration. Comme nous l'avons vu plus haut, les débits de données standard tendent à décupler de sorte que le palier immédiatement supérieur à 1 Gb/s est de 10 Gb/s. La nouvelle catégorie 6 améliorée (catégorie 6a) normalisée est nécessaire pour permettre ce débit de données.

Les utilisateurs doivent donc se demander pourquoi ils devraient payer davantage pour un système de câblage de la catégorie 6 (qui ne procure aucune augmentation de rendement par rapport à la catégorie 5e) plutôt que d'installer du câblage moins coûteux de la catégorie 5e.

Alors que les normes ne reconnaissent plus le câblage de la catégorie 5, il existe encore de nombreux systèmes de câblage de cette catégorie. Comme l'indique le document « Catégories de câbles », les câbles de la catégorie 5 et de la catégorie 5e peuvent traiter une largeur de bande de 100 MHz. La norme de la catégorie 5e comporte toutefois des mesures de certains paramètres non requis par la norme de la catégorie 5. Il est probable qu'un système de haute qualité de la catégorie 5 satisfasse aux exigences des paramètres supplémentaires requis pour la catégorie 5e. Dans un tel cas il ne se limitera pas à un débit de données maximal de 100 mégabits par seconde (considéré normalement comme la limite pour la catégorie 5), il pourra en fait traiter les mêmes débits de données que la catégorie 5e (c'est à dire 1 Gb/s). C'est ce qu'on peut déterminer en vérifiant le système installé de la catégorie 5 par rapport aux exigences de la catégorie 5e. Il suffit habituellement de vérifier un échantillon des câbles installés plutôt que tout le système.

Ce tableau peut aussi aider à déterminer si un occupant subséquent peut réutiliser un système de câblage qui est déjà en place. Par exemple, alors que la catégorie 5e et la catégorie 6 traitent un débit de 1 Gb/s (1 000 Mbit/s), on ne connaît aucun ministère qui utilise plus de 100 Mbit/s vers les aires de travail. Par conséquent, un système de la catégorie 5 devrait répondre aux besoins réels de presque tous les ministères, et il n'est donc pas nécessaire de le remplacer.

Quelques ministères utilisent d'anciens terminaux 3270, également appelés terminaux non intelligents. La plupart fonctionnent à des débits de données de seulement 19 kbit/s (0,19 Mbit/s) environ, bien que certains éléments puissent atteindre 2,5 Mbit/s. Par conséquent, même un système de la catégorie 3 suffirait.

Débits de données maximaux

Catégorie 6a (catégorie 6 améliorée)
10 milliards de bits/seconde (10 gigabits/seconde)
Catégorie 6
1 milliard de bits/seconde (1 gigabit par seconde)

Nota : Bien que le débit de données maximal théorique soit d'environ 2,4 milliards bits/seconde (2,4 gigabits par seconde), aucune norme n'est établie pour l'équipement fonctionnant à ce débit de données. Le débit de données normalisé immédiatement supérieur est de 10 gigabits/seconde, et l'équipement utilisant ce débit nécessite des câbles de catégorie 6 améliorée (catégorie 6a).

Catégorie 5e (catégorie 5 améliorée
1 milliard de bits/seconde (1 gigabit par seconde)
Catégorie 5
100 millions de bits/seconde (100 mégabits par seconde)

Nota : La catégorie 5 n'est plus la norme. Bon nombre de systèmes de la catégorie 5 traitent 1 milliard de bits/seconde (1 gigabit/seconde). Un essai permet de vérifier cette valeur.

Catégorie 3
10 millions de bits/seconde (10 mégabits par seconde)
Date de modification :