Découvrez les édifices situés près de la Colline du Parlement

Un certain nombre d'édifices situés près de la Colline desservent le Parlement. Apprenez-en davantage sur l'histoire, l'art et l'architecture de ces édifices patrimoniaux.

100, rue Wellington

Histoire et architecture

L'édifice situé au 100, rue Wellington, est un bijou architectural qui se dénote par son emplacement unique et son histoire particulière.

Construite en 1931 à 1932, l'ancienne ambassade des États-Unis sise au 100, rue Wellington, est située directement en face de la Colline du Parlement. Exécuté dans le style Beaux-Arts classique, l'édifice est fini en pierre calcaire et a été désigné édifice fédéral du patrimoine classé en 1985.

La composition symétrique de l'édifice s'articule autour de son entrée centrale. La façade principale comprend des détails finement sculptés dans la pierre calcaire, des piliers d'entrée et des grilles en fer, des arches et des luminaires, des portes d'entrée en bois ainsi que des fenêtres doubles à carreaux et à guillotine.

L'intérieur présente des éléments patrimoniaux caractéristiques comme des murs revêtus de marbre, l'ascenseur d'origine datant des années 1930 et des panneaux d'acajou à profusion. Son caractère spacieux est mis en valeur par les nombreuses fenêtres sur trois côtés du bâtiment qui laissent pénétrer la lumière du jour. Ces fenêtres offrent aussi des vues saisissantes et uniques de la Colline du Parlement.

Utilisation future de l'édifice

À l'issue d'un vaste processus de consultation, le gouvernement du Canada annonçait le 21 juin 2017 quelle serait l'utilisation de l'édifice situé au 100, rue Wellington. L'édifice patrimonial est inoccupé depuis 1998.

Voir image agrandie du bâtiment 100 Wellington
Voir image agrandie du bâtiment 100 Wellington (1932)

Édifice de la Justice

Histoire et architecture

L'édifice de la Justice a été construit de 1935 à 1938, d'après les plans des architectes associés C.J. Burritt et Allan Horwood, et sous la supervision de Thomas Fuller, architecte en chef. en 1988, l'édifice de la Justice est désigné édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de sa valeur historique, architecturale et environnementale.

L'architecture de style château de l'édifice caractérisait également de nombreux grands hôtels de l'époque. Son emplacement a été déterminé en grande partie par des études de planification réalisées par le gouvernement fédéral entre 1904 et 1938, lesquelles visaient à faire de la rue Wellington une grande avenue, digne d'une capitale nationale.

Initialement, l'édifice de la Justice fournissait des locaux de travail et d'habitation à la Gendarmerie royale du Canada. De 1998 à 2001, il a été rénové afin que l'on puisse y aménager des bureaux permanents consacrés à 85 députés et à leur personnel.

Voir image agrandie de l'édifice de la Justice

Édifice de La Bravoure

Historique et réhabilitation

Construit en 1972, cet édifice situé sur la rue Sparks est l'endroit tout indiqué pour réinstaller temporairement les locaux lors de la réhabilitation de l'édifice de l'Ouest.

Cet édifice a également fait l'objet de travaux de réhabilitation en vue de son utilisation par la Chambre des communes. Sa façade extérieure ainsi que ses systèmes mécaniques et électriques ont été considérablement améliorés, et on y a ajouté trois salles de comités. En décembre 2010, l'édifice rénové a ouvert ses portes à 62 députés.

Honorer nos troupes

Le 8 mai 2014, à la veille de la Journée nationale de commémoration, la tour de bureaux a été renommée « édifice de La Bravoure » afin de commémorer l'héroïsme de ces braves militaires et citoyens canadiens qui ont pris part à la mission du Canada en Afghanistan au prix de leur vie.

Voir image agrandie de l'édifice de La Bravoure

Édifice Victoria

Histoire et architecture

Conçu par John Albert Ewart et construit de 1927 à 1928, l'édifice Victoria est un immeuble à bureaux appartenant au gouvernement fédéral. en 1987, l'édifice Victoria est désigné édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de sa valeur historique, architecturale et environnementale.

Cet édifice, fait de briques rouges et de calcaire, est l'un des premiers immeubles de grande hauteur de la ville d'Ottawa. Érigé par la Commission d'investissement Wellington, il est loué par la Société Radio-Canada de 1938 à 1964. en 1973, le gouvernement fédéral en fait l'acquisition.

Cet édifice n'a virtuellement pas changé et il s'harmonise bien avec le caractère urbain du couloir de la rue Wellington, situé en face de la Colline du Parlement. Il s'agit d'un point d'intérêt bien connu des résidents de la capitale nationale et des parlementaires.

À l'heure actuelle, l'édifice Victoria comporte 40 bureaux destinés aux sénateurs.

Voir image agrandie de l'édifice Victoria

Édifice Wellington

Histoire et architecture

L'édifice Wellington, conçu selon le style beaux-arts, est le fruit des efforts de collaboration déployés par deux architectes : l'Américain D. Everett Waid et le Canadien J.A. Ewart. Construit pour la Métropolitaine, Compagnie d'Assurance-Vie, l'édifice comporte des colonnes corinthiennes d'une hauteur de trois étages, une marquise en acier moulé et en verre, des planchers et des murs de marbre, ainsi que des plafonds à poutres et à caissons rehaussés de plâtre moulé.

Le plafond du hall d'entrée principal est orné d'une spectaculaire mosaïque créée par le fresquiste américain Barry Faulkner. La mosaïque est constituée de milliers de carreaux de céramique colorés et elle symbolise la santé et le bien-être. Il s'agit de l'une des œuvres les plus remarquables de l'époque.

Apprenez-en davantage sur la restauration de la mosaïque du hall d'entrée.

La disposition pratique des bureaux de l'édifice Wellington, dont la construction date de 1927, ainsi que l'intérêt du concepteur pour la santé en milieu de travail étaient bien en avance sur leur temps. Les ajouts datant des années 1950, période où les goûts architecturaux changeaient rapidement, reflètent la croissance de la compagnie d'assurance au détriment du décor extérieur si richement orné et détaillé.

Le gouvernement fédéral a acquis l'édifice en 1973. en 1986, l'édifice Wellington est désigné édifice fédéral du patrimoine reconnu.

Apprenez-en davantage sur la réhabilitation de l'édifice Wellington.

Voir image agrandie de l'édifice Wellington
Voir image agrandie de l'édifice Wellington, en cours de construction, en juillet 1926.

Édifice Sir-John-A.-Macdonald

Histoire et architecture

Conçu par l'architecte montréalais Ernest Barott et construit en 1932 pour la Banque de Montréal, l'édifice Sir-John-A.-Macdonald, nommé ainsi en l'honneur du premier à occuper le poste de premier ministre du Canada, est un mélange harmonieux d'architecture et de conception de style beaux-arts et art déco. en 1973, la Banque le vend au gouvernement fédéral, mais elle en reste l'unique locataire jusqu'en 2005. en 1986, l'édifice Sir-John-A.-Macdonald est désigné édifice fédéral du patrimoine classé.

Le dessus des portes et des fenêtres extérieures est composé de panneaux ornés de sculptures sur pierre qui évoquent l'industrie et le commerce canadiens. Partout au sein de l'édifice, on peut voir des décorations qui représentent la faune et la nature propres au pays. Malgré l'avènement de la Crise de 1929, la Banque est parvenue à achever la construction de l'édifice; une structure qui, à l'instar de la Banque, incarnait à la fois la stabilité et la fiabilité.

Compte tenu de l'état de cet édifice de près de 80 ans et de l'emplacement stratégique de choix qu'il occupe près de la Colline du Parlement, on a entrepris des travaux en 2010 afin de le réhabiliter et de l'agrandir pour qu'il puisse servir aux fonctions parlementaires. Les travaux ont pris fin en 2015.

Apprenez-en davantage sur la réhabilitation de l'édifice Sir-John-A.-Macdonald.

Voir image agrandie de l'édifice Sir-John-A.-Macdonald

Édifice de la Confédération

Histoire et architecture

L'édifice de la Confédération, érigé de 1927 à 1932, a été le premier grand projet de construction de la nouvelle Cité parlementaire du gouvernement fédéral effectué dans le secteur Ouest de la Colline du Parlement. L'édifice en forme de « V », de style château, a été conçu par l'architecte en chef de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.

Les murs extérieurs comportent des ouvrages en pierre, et l'édifice est surmonté d'un toit en cuivre. Bien que l'extérieur soit resté virtuellement inchangé depuis 1932, l'intérieur de l'édifice a été réhabilité dans les années 1970 afin d'héberger les ministres et les députés du gouvernement.

en 1988, l'édifice de la Confédération est désigné édifice fédéral du patrimoine classé en raison de sa taille imposante, de l'emplacement de choix qu'il occupe et de ses riches détails architecturaux.

Réhabilitation

en 2011, des travaux ont été entrepris visant la réhabilitation de l'édifice de la Confédération. Cette année-là, 234 fenêtres ont été stabilisées, et en 2012, des améliorations sont apportées au réseau de distribution d'eau. Des travaux de modernisation des huit ascenseurs de l'édifice ont été effectués en 2014, et l'année suivante, le processus de réhabilitation des autres fenêtres a été amorcé.

Voir image agrandie de l'édifice de la Confédération

Salles de réunion de l'édifice du canal Rideau

Réhabilitation

Les salles de réunions de l'édifice du canal Rideau, situées au 1, rue Wellington, ont été construites en 1992 et se trouvent à l'est de la Colline du Parlement, entre le canal Rideau et le Château Laurier.

Depuis 2010, des travaux de modernisation des salles de réunion sont accomplis pour appuyer les activités parlementaires tandis que le projet de réhabilitation de l'édifice de l'Ouest est mené à bien.

Voir image agrandie des salles de réunion de l'édifice du canal Rideau

Découvrez l'édifice du Sénat du Canada

L'édifice du Sénat du Canada, anciennement connu sous le nom de Centre de conférences du gouvernement, a récemment été restauré et modernisé. L'édifice accueillera provisoirement les fonctions du Sénat pendant la réhabilitation de l'édifice du Centre, qui est fermé pendant les travaux.

Servant d'abord de gare ferroviaire, puis de centre de conférences pour le gouvernement fédéral, l'édifice a été le théâtre d'événements marquants de notre histoire. Les premiers soldats canadiens qui ont participé à la Première Guerre mondiale sont passés par cet édifice, où ont aussi eu lieu les délibérations qui ont mené au rapatriement de la Constitution du Canada. Mais après un siècle de service public, l'édifice était à la fin de son cycle de vie et devait être complètement remis en état.

Comme l'édifice devait accueillir le Sénat du Canada pendant la rénovation indispensable de l'édifice du Centre, il s'agissait d'une bonne occasion de réhabiliter l'édifice.

Renseignez-vous sur la restauration et la modernisation de l'édifice du Sénat du Canada.

L'édifice a été désigné édifice fédéral du patrimoine classé en 1989. Il a reçu cette désignation en raison de :

  • son histoire
  • sa valeur architecturale
  • son rôle de point de repère

Histoire

L'édifice du Sénat du Canada était à l'origine la gare Union d'Ottawa. Construit entre 1909 et 1912, il a servi de gare ferroviaire jusqu'en 1966. Après la fermeture de la gare Union d'Ottawa en 1966, le bâtiment devait être démoli. Toutefois, les pressions exercées par le public pour sauver l'édifice ont fait en sorte qu'il serve de centre d'accueil des visiteurs lors des célébrations du centenaire du Canada en 1967. Après une vague d'affection pour l'édifice, le gouvernement a décidé de le transformer en Centre de conférences plutôt que de le démolir.

L'édifice a été converti en Centre de conférences du gouvernement en 1968 et les travaux ont été achevés en 1973. Avant la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth en 1973, l'aile sud a été construite en tant que nouvelle entrée et certaines rénovations intérieures ont été effectuées.

Cependant, l'édifice avait grandement besoin de rénovations au moment où le projet de restauration et de modernisation a débuté en 2014. Ces travaux ont été achevés en 2018, et le Centre de conférences du gouvernement a ensuite été renommé l'édifice du Sénat du Canada en décembre. Le Sénat commencera à siéger dans l'édifice en janvier 2019.

Rencontres historiques

Le Centre de conférences du gouvernement a été le théâtre de nombreux événements importants.

Par exemple :

  • Les pourparlers constitutionnels de novembre 1981, qui ont mené au rapatriement de la Constitution et à l'enchâssement de la Charte canadienne des droits et libertés dans la Constitution en 1982;
  • La conférence « Ciels ouverts » tenue en février 1990, événement qui a contribué à la réunification de l'Allemagne;
  • Le Traité sur l'interdiction des mines antipersonnel, aussi connu comme la Convention d'Ottawa, a été signé en décembre 1997 et a mené à la création d'un programme visant le déminage d'anciennes zones de guerre partout dans le monde;
  • La conférence du G20 de novembre 2001, dans le cadre de laquelle la communauté internationale a pu se réunir et discuter pour la première fois des mesures à prendre à la suite des événements du 11 septembre 2001.

Architecture

L'édifice a été conçu selon le style Beaux-Arts par l'architecte new-yorkais Bradford Lee Gilbert. Les travaux de conception ont ensuite été repris par Ross and MacFarlane, un cabinet montréalais reconnu qui était responsable de bon nombre des trésors architecturaux du pays.

L'ancienne gare Union constitue un rare exemple d'édifice inspiré par le mouvement de planification urbaine City Beautiful. Sa conception incarne les qualités esthétiques des exemples les plus remarquables de construction ferroviaire datant d'avant la Première Guerre mondiale.

L'intérieur très spacieux de l'édifice est inspiré des thermes romains. La similitude est encore plus frappante dans la salle d'attente générale, avec son élégant plafond voûté en berceau dont les coffres créent un motif décoratif.

L'édifice d'origine se compose de quatre blocs distincts, érigés dans le cadre de la construction de la gare ferroviaire d'origine :

  • l'entrée principale;
  • la salle d'attente générale;
  • la billetterie;
  • la salle des pas perdus.

Les hangars originaux, qui étaient situés à l'extrémité sud de l'édifice, ont été démolis dans les années 1960. En 1973, une nouvelle entrée a été construite dans cette zone, connue sous le nom d'aile sud ajoutée.

Faits intéressants

Il y a des choses intéressantes à savoir sur le bâtiment, comme ce qui suit :

  • la salle d'attente générale est une réplique à plus petite échelle de la salle d'attente de l'ancienne gare Pennsylvania à New York, qui a été démolie dans les années 1960
  • l'intérieur semble être en travertin, qui était utilisé dans les anciens monuments romains, mais la finition est simulée et les murs en brique et en terre cuite sont en fait recouverts de plâtre, qui est texturé et peint pour imiter le travertin
  • les quatre colonnes de la salle d'attente générale ne sont pas porteuses; le plafond en plâtre est entièrement supporté par la structure en treillis d'acier qui le surmonte
Voir image agrandie le Centre de conférences du gouvernement.
Voir image agrandie le plafond du Centre de conférences du gouvernement avant le lancement du projet de restauration et de modernisation.
Voir image agrandie une photo historique de la salle des pas perdus avec un plafond à caissons.
Voir image agrandie Une photo historique d'une salle d'attente d'une gare de train. Les gens sont assis sur des bancs.
Voir image agrandie photo en noir et blanc d'une gare avec des drapeaux de l'Union Jack en guise de décoration.
Voir image agrandie une grande pièce avec des colonnes et un plafond voûté. Les ajouts sur les murs comprennent des lambris de bois et des fenêtres teintées.
Voir image agrandie une grande pièce avec des colonnes et un plafond voûté. L'escalier visible est flanqué d'une salle de réunion de chaque côté.

Renseignements supplémentaires

Date de modification :