Découvrez les statues, les monuments et les monuments commémoratifs

Les terrains de la Colline du Parlement abritent plus de 20 statues de bronze et monuments. Ils accueillent également le monument commémoratif des policiers et agents de la paix canadiens. La première statue érigée sur la Colline du Parlement est celle de sir George-Étienne Cartier, en 1885. Cette statue a marqué le début de la commémoration de personnes d'importance dans l'histoire du Canada sur la Colline du Parlement.

Au printemps et à l’été 2019, certains des monuments et des statues seront déplacés en raison des travaux de construction. Voici les monuments et les statues qui seront déplacés à d’autres emplacements de la Colline :

Les monuments des cinq femmes célèbres et de la reine Elizabeth II seront temporairement réinstallés à l’extérieur de la Colline. Consultez les remarques ci-dessous pour en savoir davantage.

Sir Wilfrid Laurier (1841–1919)

Biographie

Sir Wilfrid Laurier a été le premier francophone à occuper le poste de premier ministre du Canada, de 1896 à 1911. Cette période représente une ère de croissance et de prospérité pour le Canada. Sous son administration, l'Alberta et la Saskatchewan sont entrées dans la Confédération, les dernières troupes britanniques sont retirées du pays et la Marine royale canadienne voit le jour.

La statue

C'est en 1922 qu'on entreprend d'ériger une statue de sir Wilfrid Laurier. Un concours est lancé pour la conception du monument au cours duquel 40 projets sont présentés par des artistes de partout dans le monde. C'est Joseph Émile Brunet, un jeune artiste de Montréal, qui remporte le concours. Il deviendra l'un des plus éminents sculpteurs figuratifs du Québec.

Voir image agrandie de la statue de sir Wilfrid Laurier

Monument de la guerre de 1812

Le monument

Le monument de la guerre de 1812 est l'œuvre de la sculpteure torontoise Adrienne Alison. Intitulé Triomphe grâce à la diversité, il célèbre le 200e anniversaire du conflit. La base centrale en granit représente le mont rocheux de la Colline du Parlement. Les bases en granit en forme de bateau représentent pour leur part les batailles maritimes et les arches des édifices du Parlement.

Les sept figures en bronze illustrent les principaux combattants qui ont uni leurs forces pour arrêter l'invasion américaine :

  • un combattant métis mettant le feu à un canon;
  • une femme qui applique un pansement sur le bras d'un Voltigeur (un soldat français);
  • un marin de la Marine royale tirant une corde;
  • un guerrier des Premières Nations pointant au loin;
  • un milicien canadien levant le bras en signe de triomphe;
  • un membre du régiment de l'armée britannique, le Royal Newfoundland Regiment, qui tire avec son mousquet.
Voir image agrandie du monument de la guerre de 1812

Les cinq femmes célèbres

« Les femmes sont des personnes! »

Remarque

Ce monument a été déplacé temporairement près de l’édifice du Sénat du Canada. Il sera retourné sur la Colline du Parlement lorsque les travaux de construction du projet de l’édifice du Centre seront terminés.

En 1929, cinq femmes ont gagné l'affaire « personne ». Le jugement reconnaissait l'existence des femmes en tant que personnes en vertu de la loi et les rendait admissibles à être nommées au Sénat du Canada.

Les sculptures plus grandes que nature, œuvre de l'artiste Barbara Paterson, d'Edmonton, commémorent les cinq femmes dans ce monument intitulé « Les femmes sont des personnes! ».

Inaugurées en 2000, elles représentent les cinq femmes célébrant leur victoire juridique historique. Une chaise vide invite les passants à se joindre au groupe. Le journal que tient Nellie McClung montre quelques-unes des manchettes parues partout au Canada lors de la victoire.

Ces cinq femmes sont :

Henrietta Muir Edwards (1849–1931)

Journaliste, suffragette et organisatrice, elle a fondé la Working Girls' Association, en 1875. Cette organisation deviendra un jour la Young Women's Christian Association (YWCA). Plus tard, une fois établie en Alberta, elle rédige deux recueils traitant des effets des lois fédérales sur les femmes et les enfants.

Louise McKinney (1868–1931)

Femme politique et militante de la tempérance, elle présida la Dominion Women's Christian Union. Elle fut élue à l'Assemblée législative de l'Alberta en 1917 comme représentante de la ligue non partisane.

Nellie McClung (1873–1951)

Romancière, journaliste, suffragette et militante de la tempérance, elle fut membre de l'Assemblée législative de l'Alberta. Elle fut la seule femme à siéger au Dominion War Council et la première femme à faire partie du Conseil des gouverneurs de la Canadian Broadcasting Corporation (CBC).

Irene Parlby (1868–1965)

Suffragette et femme politique, elle fut élue en 1916 présidente de la section féminine de la United Farmers of Alberta. Elle est devenue membre de l'Assemblée législative de l'Alberta en 1921. Elle siégeait encore à cette dernière au moment de l'affaire « Personnes ».

Emily Murphy (1868–1933)

Instigatrice de l'affaire « personne », écrivaine et première femme à siéger comme juge municipale dans l'Empire britannique, elle a revendiqué les droits des femmes mariées. Elle a été la présidente nationale du Canadian Women's Press Club de 1913 à 1920, vice-présidente du Conseil national des femmes du Canada et première présidente de la Fédération des instituts féminins du Canada.

Voir image agrandie du monument de Les cinq femmes célèbres

William Lyon Mackenzie King (1874–1950)

Biographie

Reconnu comme le père de l'assurance-chômage, de l'allocation familiale et de la citoyenneté canadienne, M. King et ses réalisations façonnent toujours le quotidien des Canadiennes et des Canadiens. Dirigeant le pays dans les années 1920, 1930 et 1940, il est demeuré au pouvoir pendant près de 22 ans.

La statue

Érigée en 1967, elle a été la première de quatre statues édifiées pour commémorer les premiers ministres qui ont joué un rôle important dans la construction du Canada. L'artiste québécois Raoul Hunter s'est efforcé de dégager l'énergie et la détermination qui définissaient la force de caractère de M. King.

Voir image agrandie de la statue de William Lyon Mackenzie King

La reine Elizabeth II (1926–)

Remarque

Ce monument a été déplacé temporairement au rond-point de la promenade Sussex, près de Rideau Hall. Il sera retourné sur la Colline du Parlement lorsque les travaux de construction du projet de l’édifice du Centre seront terminés.

Biographie

La reine Elizabeth II est la souveraine du Canada depuis 1952.

La statue

Le monument a été dévoilé dans le cadre des fêtes du 125e anniversaire du Canada, en 1992. Sa Majesté est représentée chevauchant Centenial (avec un seul « n »), un ancien cheval de la Gendarmerie royale du Canada qui a été donné officiellement à Sa Majesté en 1977.

Le sculpteur britanno-colombien Jack Harman et son équipe de dix artisans ont travaillé pendant deux ans à l'édification de ce monument.

Voir image agrandie de la statue de la reine Elizabeth deux

Sir-John-A.-Macdonald (1815–1891)

Biographie

Un des Pères de la Confédération et le tout premier premier ministre du Canada, sir-John-A.-Macdonald a joué un rôle inégalé dans l'histoire du Canada. Sous sa gouvernance, la jeune nation connaît une période de prospérité et de croissance rapide. Le Manitoba, la Colombie-Britannique et l'Île-du-Prince-Édouard entrent dans la Confédération, alors qu'on pose les derniers rails de la ligne transcontinentale des chemins de fer du Canadien Pacifique, qui relient la Colombie-Britannique à l'est du Canada.

La statue

Près de 50 maquettes ont été présentées lors du concours organisé pour l'édification de la statue de Macdonald, par des artistes du Canada, des États-Unis et de l'Europe. C'est le modèle du sculpteur québécois Louis-Philippe Hébert qui a été retenu.

Voir image agrandie de la statue de Sir John A. Macdonald

George Brown (1818–1880)

Biographie

Éditeur de journal, politicien et l'un des Pères de la Confédération, George Brown a commencé à jouer un rôle actif en politique en 1844. Après avoir fondé le quotidien torontois Globe (plus tard renommé The Globe and Mail), il appuya, par son journal, la cause du gouvernement responsable, puis le mouvement en faveur de la Confédération. Il a également soutenu ce mouvement en tant que député dans les années 1850 et jusqu'en 1867.

La statue

Érigée en 1913, cette statue est l'œuvre de l'artiste québécois George William Hill. En créant ce monument, l'artiste a fait ressortir l'importance de l'appui que M. Brown a donné à la cause du gouvernement responsable.

Voir image agrandie de la statue de George Brown

Robert Baldwin (1804–1858) et sir Louis-Hippolyte Lafontaine (1807–1864)

Biographie

Robert Baldwin et sir Louis-Hippolyte Lafontaine sont considérés comme les pères du gouvernement responsable dans le Canada d'avant la Confédération. Ils ont ouvert la voie à son indépendance démocratique pacifique.

Le monument

Le monument a été érigé en 1914 pour rendre hommage à ces deux hommes d'État. Le sculpteur ontarien Walter Seymour Allward a été choisi à l'unanimité par le Conseil consultatif des arts, un organisme qui venait d'être créé et qui était chargé de conseiller le gouvernement sur les questions d'ordre artistique.

Voir image agrandie des statues de Robert Baldwin et de sir Louis-Hippolyte Lafontaine

Alexander Mackenzie (1822–1892)

Biographie

Pendant les cinq années où il a occupé le poste de premier ministre, Alexander Mackenzie a supervisé l'établissement de la Cour suprême du Canada et du Bureau du vérificateur général du Canada. Il a aussi fait adopter des modifications aux lois électorales, dont le droit au vote secret et le suffrage universel pour les hommes. Sir Wilfrid-Laurier a décrit Mackenzie comme l'un des personnages les plus authentiques et les plus forts de l'histoire du Canada.

La statue

C'est le sculpteur québécois Louis-Philippe Hébert qui remporte le concours pour la conception du monument. La statue est présentée pour la première fois à Paris, lors de l'Exposition universelle de 1900, puis installée sur la Colline du Parlement en 1901.

Voir image agrandie de la statue d'Alexander Mackenzie

Sir George-Étienne Cartier (1814–1873)

Biographie

Banni au début de sa carrière politique pour avoir participé à la Rébellion de 1837 dans le Bas-Canada, sir George-Étienne Cartier reçoit plus tard le titre de baronnet pour le rôle vital qu'il a joué dans la création de la Confédération canadienne. De 1857 à 1862, sir George-Étienne Cartier dirige le Canada-Uni avec un ami de longue date, sir-John-A.-Macdonald, partageant ainsi le poste de premier ministre. Sir George-Étienne Cartier meurt en 1873, à l'âge de 58 ans.

La statue

Profondément attristé par la mort de son ami, sir-John-A.-Macdonald propose la tenue de funérailles d'État et l'érection d'un monument commémoratif. Un concours est lancé pour la conception de ce dernier. Comme il s'agit du premier monument à être érigé sur la Colline du Parlement, le concours attire des artistes du Canada, des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l'Italie. C'est le sculpteur québécois Louis-Philippe Hébert qui remporte le concours; il créera par la suite trois autres monuments pour la Colline du Parlement.

Voir image agrandie de la statue de sir Georges-Étienne Cartier

Thomas D'Arcy McGee (1825–1868)

Biographie

En tant que l'un des Pères de la Confédération et excellent orateur, l'irlandais Thomas D'Arcy McGee a été l'un des plus ardents défenseurs de la Confédération canadienne. M. McGee était également connu pour son discours anti-féniens, un groupe d'Irlando-Américains qui a tenté d'envahir le Canada dans les années 1860. Son opposition à ce groupe peut avoir été la cause de sa mort. En effet, il a été abattu par balle en 1868, et nombreux croient que son assassin était un fénien.

La statue

Le concours pour la création de cette statue se déroula en même temps que celui visant la statue de George Brown. Les deux hommes étaient de fervents défenseurs de la Confédération, et ont tous deux connu une mort violente et prématurée. C'est le sculpteur québécois George William Hill qui a remporté les deux concours.

Voir image agrandie de la statue de Thomas D'Arcy McGee

Cloche de la Tour Victoria

La première cloche de la Tour

La cloche de la Tour Victoria, moulée en 1875 et installée dans la Tour en 1877, est tombée lors de l'incendie de l'édifice du Centre, en 1916 . Elle constitue l'un des rares vestiges de la première chambre du Parlement du Canada.

Le monument

Le monument repose sur un socle circulaire en granit, taillé sur le modèle d'une horloge de façon à représenter le rôle de la cloche, qui marquait les heures. La cloche est inclinée, pour rappeler sa position lorsqu'elle est tombée de la Tour.

En l'an 2000, le monument a été restauré grâce au soutien financier de l'Association des banquiers canadiens.

Voir image agrandie du monument de la cloche de la Tour Victoria

Sir Robert Laird Borden (1854–1937)

Biographie

Premier ministre du Canada durant la Première Guerre mondiale, sir Robert Borden a apporté une importante contribution à la nation canadienne. Il a défendu avec succès l'idée selon laquelle le Canada et les autres pays de l'Empire britannique devaient être reconnus comme des nations autonomes capables de gérer leurs propres troupes et de prendre part aux négociations des traités à la fin de la guerre. En 1918, son gouvernement adopte la Loi ayant pour objet de conférer le droit de suffrage aux femmes, permettant ainsi à toutes les femmes de voter aux élections fédérales.

La statue

Parmi les vingt-neuf inscriptions soumises pour la création de cette statue, c'est le projet de la sculpteure torontoise Frances Loring qui a été retenu. Le monument a été dévoilé en 1957, au moment de l'ouverture de la nouvelle session du Parlement.

Voir image agrandie de la statue de sir Robert Laird Borden

John George Diefenbaker (1895–1979)

Biographie

En tant que treizième premier ministre du Canada, de 1957 à 1963, John Diefenbaker a présenté la Déclaration canadienne des droits et a donné le droit de vote aux Autochtones. Il a aussi été le premier premier ministre à nommer une femme au Cabinet fédéral. M. Diefenbaker a été membre de la Chambre des communes jusqu'à sa mort, en 1979.

La statue

En 1985, une motion visant la création d'un monument en l'honneur de M. Diefenbaker est adoptée à l'unanimité à la Chambre des communes. La création du monument est confiée au sculpteur winnipegois Leo Mol, qui avait personnellement connu M. Diefenbaker.

Voir image agrandie de la statue de John George Diefenbaker

Commémoration des policiers et agents de la paix canadiens

Le 22 mars 1994, le premier ministre Jean Chrétien se joint à plus de 700 policiers et aux proches de leurs collègues décédés lors de l'inauguration du nouveau lieu commémoratif situé dans le pavillon derrière les édifices du Parlement.

L'Association canadienne des policiers et l'Association canadienne des chefs de police ont inauguré le nouveau Pavillon commémoratif de la police du Canada ainsi que la pierre de granit qui est posée à la base du pavillon, et sur laquelle sont gravés les noms des 227 policiers tués dans l'exercice de leurs fonctions depuis 1879. Deux autres pierres ont été érigées : une à la mémoire des agents de la paix décédés en fonction, et l'autre pour expliquer l'histoire du pavillon.

Aujourd'hui, le monument comprend le nom d'agents décédés, issus de tout organisme d'application de la loi, et provenant de partout au pays.

Le 24 septembre 1998, le gouvernement du Canada proclame officiellement le dernier dimanche de septembre de chaque année le Jour commémoratif national des policiers et des agents de la paix.

Apprenez-en davantage sur l'histoire de l'Association canadienne commémorative des agents de la paix.

Voir image agrandie de la commémoration des policiers et agents de la paix canadiens

La reine Victoria (1819–1901)

Biographie

Souveraine du Canada de 1837 à 1901, la reine Victoria désigne officiellement Ottawa comme capitale permanente du Canada-Uni en 1857. Le 1er juillet 1867, elle proclame la Confédération des quatre premières provinces du Canada.

La statue

En 1900, à l'occasion du Jubilée de diamant marquant les 60 ans de règne de la souveraine, on propose d'ériger un monument à la reine Victoria sur la Colline du Parlement.

C'est le sculpteur québécois Louis-Philippe Hébert qui remporte le concours pour la conception du monument. La statue est présentée pour la première fois à Paris, lors de l'Exposition universelle de 1900, puis installée de façon définitive sur la Colline du Parlement.

Voir image agrandie de la statue de la reine Victoria

Lester Bowles Pearson (1897–1972)

Biographie

Lester B. Pearson a reçu le prix Nobel de la paix pour avoir créé la force de maintien de la paix de l'Organisation des Nations Unies alors qu'il était président de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Puis, en tant que quatorzième premier ministre du Canada, il établit le Régime de pensions du Canada, institue les soins de santé universels et met sur pied la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme. Après maintes discussions, son gouvernement a également adopté le drapeau national du Canada, aujourd'hui reconnu partout dans le monde comme symbole du pays.

La statue

Le sculpteur Danek Mozdzenski, d'Edmonton, a terminé la sculpture en 1989.

Voir image agrandie de la statue de Lester Bowles Pearson

Renseignements supplémentaires

Apprenez-en davantage sur l'affaire « personne » et les Célèbres cinq

Date de modification :