Réhabilitation de l'édifice Sir-John-A.-Macdonald

L'édifice Sir-John-A.-Macdonald a fait l'objet d'un important projet de réhabilitation dont les résultats ont été dévoilés en juin 2015. L'édifice offre désormais un espace permanent pour les grandes réunions et les fonctions parlementaires.

Projet de réhabilitation

L'édifice Sir-John-A.-Macdonald devait subir des travaux de réhabilitation majeurs. Par exemple, la plupart des systèmes du bâtiment étaient d'origine et devaient être mis à niveau afin de respecter les codes du bâtiment modernes. La réhabilitation de l'édifice Sir-John-A.-Macdonald comprend :

L'ancienne banque comprend un hall principal utilisé pour des activités cérémonielles (autrefois menées dans la salle de la Confédération de l'édifice de l'Ouest) et deux petites salles de réunion. Cet édifice de style art déco et Beaux-Arts est relié à une nouvelle annexe par un atrium de verre. Cette annexe de deux étages et d'une superficie de 3 100 mètres carrés a été construite sur un espace autrefois occupé par une cour adjacente et un stationnement. Son rez-de-chaussée accueille la réception, une zone de contrôle de sécurité et des locaux de service, tandis que l'étage abrite une vaste aire commune et une salle de réunion. De grandes fenêtres donnent sur la Colline du Parlement.

Initiatives écologiques

Image de certificat

La réhabilitation de l'édifice Sir-John-A.-Macdonald s'est faite dans la perspective de contribuer à l'écologisation des activités gouvernementales par la réduction de l'empreinte écologique du Parlement. Des caractéristiques durables et éconergétiques ont donc été incorporées à l'édifice. En voici quelques-unes :

Le projet a obtenu une certification Green Globes (lien disponible en anglais seulement) et a mérité la cote la plus élevée possible de cinq Green Globes. Cette appellation, réservée à un groupe sélect d'édifices pour leur conception, est décernée à des projets servant de chefs de file nationaux ou mondiaux en énergie et en performance environnementale.

Dessins de conception

Conception initiale

L'édifice Sir-John-A.-Macdonald a été construit au début des années 1930 par l'architecte montréalais Ernest Barott pour la Banque de Montréal.

La construction a été une entreprise bien canadienne. Les sculptures dans la pierre calcaire qui surplombent les portes extérieures et les fenêtres rendent hommage à l'industrie et au commerce du Canada. Les décorations intérieures, quant à elles, illustrent la faune et la nature du pays. Malgré la grande dépression, la Banque de Montréal a terminé la construction de l'édifice, renforçant ainsi son image de stabilité et de fiabilité. Jusqu'en 1935, année à laquelle la Banque du Canada a été créée, la Banque de Montréal était le banquier du Dominion (la banque centrale).

L'architecture de l'édifice constitue un exemple remarquable de classicisme moderne. Son style combine des éléments sophistiqués de l'art déco et la planification traditionnelle des Beaux-Arts. L'architecte Ernest Barott a remporté la médaille d'or de l'Institut royal d'architecture du Canada pour la conception de l'édifice.

En 1986, l'édifice a été désigné comme édifice fédéral du patrimoine classé par le Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine. Il s'agit de la plus haute désignation patrimoniale pour un édifice. Il l'a obtenu en raison de son style architectural supérieur et de son apport aux rues Wellington et Sparks.

Conception moderne

Le projet de réhabilitation a été examiné par le Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine et par le Comité consultatif de l'urbanisme, du design et de l'immobilier de la Commission de la capitale nationale.

Les plans de réhabilitation et de construction tenaient compte du caractère patrimonial de l'édifice et de son emplacement de premier choix. Les fenêtres travaillées de l'édifice ont été réparées. Des maçons ont réparé les joints de maçonnerie dont la détérioration avait entraîné l'effritement de la façade de pierre et la corrosion de la charpente métallique. Ce centre de conférence multifonctionnel, maintenant modernisé pour correspondre aux normes du 21e siècle, a conservé ses impressionnants murs de calcaire et ses élégantes caractéristiques.

L'atrium constitue une transition entre les parties moderne et patrimoniale qu'il convenait de bien distinguer l'une de l'autre. Nous avons choisi les nouveaux matériaux avec soin afin que l'édifice s'intègre bien à ceux qui l'entourent et à l'îlot urbain.

L'histoire révélée

Au cours de la réhabilitation de l'édifice Sir-John-A.-Macdonald, les travailleurs ont fait une intéressante découverte. Ils ont mis au jour une sculpture de pierre qui se trouvait dans un mur. Celle-ci mesure 150 centimètres de haut sur 100 centimètres de large. Aucune indication ne figure quant à l'artiste qui l'a créée ni à son origine.

La sculpture comporte les armoiries de la Banque de Montréal soutenues par deux Autochtones. La devise de la banque, Concordia Salus, qui signifie « le salut par la concorde », entoure l'emblème. Un castor, le symbole des Canadiens qui travaillent fort, se trouve au-dessus des armoiries. La sculpture est peinte couleur bronze, avec des détails en vert, rouge et or.

Une photographie d'archive montre qu'en 1872, la façade de l'édifice était ornée d'une grande plaque de pierre. Bien que l'image de piètre qualité ne permette pas de confirmer qu'il s'agit de la même plaque, cela est fort probable.

Des maçons ont retiré la plaque du mur où elle se trouvait. Elle a ensuite été envoyée au Musée canadien de l'histoire où elle fera l'objet de recherches et d'études avant d'être exposée, dans le musée ou ailleurs.

Détails relatifs à la réhabilitation

Voici une présentation sommaire du projet de réhabilitation.

Renseignements supplémentaires

Date de modification :