Comment nous restaurons et modernisons les édifices du Parlement

Découvrez comment nous restaurons et modernisons les édifices de la Cité parlementaire du Canada.

Sur cette page

La restauration et la conservation d’édifices historiques

Nos projets dans la Cité parlementaire ne se limitent pas à de simples travaux de rénovation. Afin de respecter le caractère patrimonial des édifices, nous collaborons étroitement avec des architectes, des conservateurs et d’autres spécialistes du patrimoine. Ensemble nous nous assurons de restaurer les édifices en vue de les rendre sécuritaires et pour qu’ils répondent aux besoins de la démocratie du XXIe siècle, tout en cherchant à les rendre écologiques et plus accessibles. Tous nos projets sont uniques et complexes. Il faut veiller à de multiples détails pour assurer une gestion efficace de chaque projet.

Même si tous les projets de la Cité parlementaire sont uniques, ils ont quand même en commun de nombreux aspects. Voici quelques exemples des travaux que nous réalisons pour restaurer et actualiser ces édifices historiques importants.

Mise en place de dispositifs de renforcement parasismique

Ottawa est une zone vulnérable à des séismes. Nos experts étudient périodiquement la capacité de réponse des édifices du Parlement aux séismes. Jusqu'à ce jour, toutes leurs évaluations ont confirmé que l'occupation des édifices ne présentait aucun danger.

Carte simplifiée de l'aléa sismique du Canada, les provinces et les territoires

Même s’il sont sécuritaires, la plupart des édifices situés sur la Colline du Parlement et à proximité ont été conçus et construits avant l'existence des codes de construction qui tiennent compte de la résistance sismique (résistance aux tremblements de terre). Par conséquent, ils ne sont pas conformes aux codes actuels. Si un édifice ne répond pas aux normes du Code national du bâtiment du Canada, des mises à niveau sont automatiquement entreprises lorsqu'une rénovation majeure de l'édifice est désignée. Diverses méthodes sont utilisées pour garantir la résistance des édifices aux séismes.

Étudier la résistance

Avant d’amorcer des travaux, des études ont été réalisées afin de mieux comprendre les effets d’éventuels séismes sur les édifices du Parlement. Nous avons également évalué différentes méthodes pour consolider les édifices. Grâce à ces renseignements, les ingénieurs, les maçons et les autres professionnels disposent des renseignements nécessaires pour préserver ces importants édifices patrimoniaux. Ces données ainsi que les leçons retenues de projets antérieurs permettent aux experts de mieux conserver les édifices de la Cité parlementaire et d’assurer leur pérennité pour les années à venir.

Image agrandie d'un mur de maçonnerie en laboratoire qui est soumis à des tests par des travailleurs portant des casques de protection.

Un mur conçu de la même façon que ceux de la Colline du Parlement est soumis à des tests pour déterminer sa résistance.
(cliquez sur l'image pour l'agrandir).

Construire sur des bases solides

Nous recourrons à diverses méthodes pour améliorer la résistance des édifices aux séismes. L’approche traditionnelle consistait à les consolider, c’est-à-dire à renforcer les murs, les planchers et les fondations en insérant des éléments de maçonnerie et en installant des contreforts d’acier.

Plus récemment, nous avons également commencé à utiliser la méthode d’isolation à la base. Largement utilisée dans la région de l’Asie-Pacifique, cette méthode utilise un système élaboré de suspension à plusieurs couches qui absorbe et atténue l’énergie sismique. Durant un séisme, l’édifice demeure relativement immobile. Nous installons des mécanismes d’isolation à la base sous l’édifice du Centre dans le cadre du projet de l’édifice du Centre.

Image agrandie d'illustration des isolateurs à la base situés sous l’édifice du Centre, qui servent à protéger la structure de l’activité sismique. Voir la description longue ci-dessous.

(cliquez sur l'image pour l'agrandir).

Description longue du fonctionnement de l’isolation à la base
Comment fonctionne l’isolation à la base

Une image divisée en deux parties.

Partie 1 : l’édifice du Centre

Un diagramme de l’édifice du Centre, et des structures et du sol en dessous.

Sous l’édifice se trouve une tranchée désignée comme un « fossé sismique ».

Fossé sismique

  • Une tranchée de 1,5 m de large
  • Assez large pour accueillir les travaux de maintenance
  • Fournit un espace permettant jusqu’à 20 cm de mouvement dans n’importe quelle direction.

La base de l’édifice est soutenue par des objets appelés « isolateurs ».

Isolateur

L’édifice du Centre sera soutenu par environ 560 de ces colonnes flexibles.

Les fondations se trouvent sous le fossé.

Dans la zone représentant le sol sous les fondations, une flèche horizontale qui pointe dans les 2 directions représente les mouvements au sol.

En dessous, il est écrit :

Système de suspension sismique

L’édifice de Centre reposera sur une solide base d’acier et de béton armé soutenue, à son tour, par des isolateurs ancrés aux fondations du bâtiment.

Partie 2 : l’isolateur à la base

Une illustration agrandie d’un isolateur.

Sous la base de l’édifice se trouve un cylindre désigné comme une « colonne flexible ».

Colonne flexible

Fabriquée à partir d’une combinaison de caoutchouc et d’acier avec un cœur en plomb.

La colonne flexible repose sur une colonne en béton.

Dans la zone représentant le sol sous les fondations, une flèche horizontale qui pointe dans les 2 directions représente les mouvements au sol.

Non plus sur un sol instable

Chaque isolateur peut se plier et fléchir, absorbant l’énergie générée par un tremblement de terre tandis que le bâtiment au-dessus reste relativement immobile.

Le renforcement des murs de maçonnerie

Au début de leur analyse, les maçons examinent un mur de pierre pour relever les portions qui nécessitent des travaux de réparation ou de stabilisation. Ils démontent ensuite ces sections du mur une pierre à la fois en notant minutieusement l’emplacement de chacune d’elles. Cette façon de faire leur permet de constater l’état du mur et d’ajuster l’étendue des travaux au besoin.

Ils s’affairent ensuite à reconstruire le mur avec du nouveau mortier. Si possible, les maçons remettent les pierres à leur place d’origine, ou remplacent les pierres trop endommagées pour être réutilisées. En reconstruisant un mur à l’aide de nouveau mortier, ils installent aussi des ancrages pour interrelier les éléments de maçonnerie, ce qui consolide la structure et améliore la résistance aux séismes.

Image agrandie d'un travailleur portant de l’équipement de protection qui utilise un outil dans l’ouverture d’un mur de maçonnerie.

Un maçon s’emploie à restaurer la façade nord de l’édifice du Centre.
(cliquez sur l'image pour l'agrandir).

Image agrandie un travailleur utilise un outil sur un mur de maçonnerie.

Un maçon travaille à la restauration de l’édifice de l’Ouest.
(cliquez sur l'image pour l'agrandir).

Nettoyage au laser

Au fil des ans, on a eu recours à différentes méthodes de nettoyage sur la Colline du Parlement.

La technologie laser offre une solution du XXIe siècle qui s’ajoute à un savoir-faire médiéval. À l'aide d'une source de lumière puissante et fortement concentrée, les maçons peuvent simplement déloger les saletés incrustées, sans aucun contact physique. Cette approche est beaucoup plus pratique que les méthodes traditionnelles de nettoyage abrasif avec de l’eau et des produits chimiques. Les méthodes traditionnelles demeurent toutefois pertinentes dans certains endroits où le nettoyage au laser s’avère difficile.

Le laser est maintenant un outil standard dans la trousse du maçon, au même titre que la traditionnelle truelle.

Visionnez la vidéo ci-dessous pour voir comment s’effectue le nettoyage au laser.

Video : Nettoyage au laser des édifices du Parlement

Visionnez la vidéo : Nettoyage au laser des édifices du Parlement

Pour voir comment s’effectue le nettoyage au laser. À l’aide d’un faisceau lumineux à très forte concentration, les maçons peuvent simplement déloger les saletés incrustées dans la pierre. Les lasers permettent de nettoyer les pierres sans contact (cliquez pour visionner la vidéo).

Conservation du patrimoine

De nombreux édifices sur la Colline du Parlement et à proximité sont désignés à titre d’édifices fédéraux du patrimoine. Dans le cadre des travaux de restauration et de modernisation de ces édifices historiques importants, nous cherchons à préserver leur valeur et leur caractère patrimoniaux. Nous collaborons avec des experts spécialisés dans la conservation d’édifices patrimoniaux, qui nous aident à préserver et à restaurer leurs caractéristiques architecturales comme les gravures sur pierre, les métaux ouvrés, les boiseries et les mosaïques.

Protection des éléments patrimoniaux

Video : Protéger les biens patrimoniaux précieux de l'édifice du Centre

Vignette de remplacement : Visionnez la vidéo « Sharlene Goveas : Protéger les biens patrimoniaux précieux de l'édifice du Centre »

Pour découvrir comment nous protégeons les éléments patrimoniaux, comme les gravures sur pierre, les murales et les planchers de marbre, durant nos travaux dans l’édifice du Centre (cliquez pour visionner la vidéo).

Le sculpteur du Dominion du Canada

Le sculpteur du Dominion du Canada est chargé de sculpter et de conserver les statues, les portraits et les œuvres décoratives qui commémorent l'histoire, des personnes, des événements et le caractère du Canada dans l'édifice du Centre et d'autres édifices gouvernementaux de la Cité parlementaire.

Seulement 6 personnes ont occupé les fonctions de sculpteur du Dominion depuis que cette fonction a été créée en 1936 afin de concrétiser la vision de l'architecte de l'édifice du Centre, John Pearson. Dans ses plans, Pearson avait inclus quelque 3 000 blocs de pierre intacts à l'extérieur de l'édifice du Centre et environ 2 500 de plus à l'intérieur.

Les pierres avaient été laissées intouchées pour que les prochaines générations de sculpteurs puissent y graver la représentation continue de l'histoire et de la culture du Canada pour les décennies à venir, voire les siècles. Il reste plus ou moins 180 pierres intactes à graver.

Comme le temps a laissé sa marque sur les édifices, le sculpteur du Dominion doit consacrer plus de temps à ses activités de conservation et de restauration. Cela dit, il sculpte toujours des statues, des portraits et des œuvres décoratives et continue de sculpter notre histoire dans les pierres de l'édifice du Centre.

Vidéo : Rencontrez le nouveau sculpteur du Dominion du Canada
Visionnez cette vidéo : Rencontrez le nouveau sculpteur du Dominion du Canada

Pour faire la rencontre du nouveau sculpteur du Dominion du Canada, John Phillipe Smith, ainsi que de son prédécesseur, Phil White. Tous deux discutent des projets actuels et futurs ainsi que des autres œuvres originales prévues sur la Colline du Parlement (cliquez pour visionner la vidéo).

Liens connexes

Date de modification :