La vision et plan à long terme – La vision et le plan à long terme rapport annuel exercise 2017 à 2018

Navigation pour le Document « La vision et le plan à long terme rapport annuel exercise 2017 à 2018 »

Aperçu

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement est la gardienne officielle des édifices et des terrains de la Cité parlementaire. En 2008, la Direction générale de la Cité parlementaire (DGCP) a été créée pour fournir un point de service unique au Parlement du Canada, à partir d'une direction de la Direction générale des biens immobiliers. En collaboration avec ses partenaires parlementaires – le Sénat du Canada, la Chambre des communes, la Bibliothèque du Parlement et le Service de protection parlementaire – et d'autres intervenants clés, la DGCP est responsable de la gestion globale, du fonctionnement quotidien et de l'entretien des édifices et des terrains du complexe de la Cité parlementaire.

La DGCP est responsable de l'élaboration et de l'avancement de la vision et le plan à long terme (VPLT), une stratégie globale pour :

Élaborée en 2001, la VPLT a donné lieu à une vision et à un ensemble de principes directeurs pour l'avenir de la Cité. Elle a été érigée sur les fondements solides d'années d'études et d'initiatives de planification, y compris le Plan d'investissement à long terme de 1992. En 2006 Services publics et Approvisionnements Canada (SPAC) a mis à jour la VPLT, en étroite collaboration avec les partenaires parlementaires. Cet examen a souligné le besoin de remettre en état la triade d'édifices parlementaires (édifice de l'Ouest, édifice du Centre et édifice de l'Est), considéré comme la priorité absolue, car ces édifices risquaient de se retrouver dans un sérieux état de détérioration.

La mise à jour de 2006 de la VPLT a fourni une évaluation générale de la Cité parlementaire, établissant la capacité globale de nouveaux aménagements et coordonnant les futures questions de planification. Elle y est parvenue par des moyens faisant en sorte que les exigences opérationnelles des institutions soient satisfaites, que le caractère patrimonial des édifices soit préservé, que les éléments dégradés soient réparés et que les qualités magnifiques et le potentiel de l'endroit soient explorés.

La VPLT fait actuellement l'objet d'un deuxième examen et d'une deuxième mise à jour qui tiendront compte de l'évolution des conditions et des exigences de la Cité parlementaire et qui profiteront de nouvelles occasions pour faire en sorte que la VPLT, en tant qu'outil servant à guider les décideurs et les futurs concepteurs, reflète les priorités gouvernementales et parlementaires actuelles. La mise à jour de la VPLT adoptera une approche de complexe pour un parlement moderne, en tenant compte de tous les édifices et terrains au nord de la rue Wellington, de même que des trois îlots au sud de la rue Wellington (entre la rue Elgin, la rue Bank et le nord de la rue Sparks) pour en faire un complexe unique et inclusif afin de favoriser une planification et un aménagement plus efficaces, et pour soutenir des activités parlementaires efficientes.

Frontières selon la vision et le plan à long terme

Les frontières de la Cité parlementaire cernent tous les terrains au sud de la rivière des Outaouais et au nord de la rue Wellington, du canal Rideau à la rue Kent, et tous les terrains au nord de la rue Sparks et au sud de la rue Wellington, de la rue Elgin à la rue Bank. Le complexe est illustré à la figure 3. Il y a également des édifices tout juste à l'extérieur de cette frontière, y compris le Centre de conférences du gouvernement et les salles de comités au 1, rue Rideau.

La DGCP est responsable de la Cité parlementaire, laquelle comprend 34 édifices appartenant à l'État. De ce nombre, 28 sont des biens patrimoniaux désignés. Elle gère également plusieurs baux au nom de son client, ainsi que des installations à vocation particulière (y compris certains immeubles situés à l'extérieur de la Cité parlementaire), lesquels fournissent des fonctions de soutien pour le Parlement.

Figure 3 : Frontières de la Cité parlementaire

Figure 3 : Frontières de la Cité parlementaire - Description ci-dessous.
Description de l'image de la figure 3 : Frontières de la Cité parlementaire

Cette carte présente le périmètre de la Cité parlementaire qui englobent les terrains situés au sud de la rivière des Outaouais et au nord de la rue Wellington (entre le Canal Rideau et la rue Kent) ainsi que les trois îlots du côté sud de la rue Wellington jusqu'à la rue Sparks (entre la rue Elgin et la rue Bank).

Réaliser la vision et du plan à long terme

La mise en œuvre de la VPLT est fondée sur une série de programmes de travaux continus. Ces cycles plus courts permettent d'établir un cadre structuré visant à travailler à l'atteinte des priorités à long terme et offrent une certaine souplesse pour s'adapter aux circonstances (p. ex. les priorités gouvernementales et parlementaires et la détérioration de l'état des immeubles). Ces cycles de cinq ans assurent également une précision accrue quant à la détermination des exigences fonctionnelles et à l'établissement du calendrier et des coûts des projets. Ils facilitent le renforcement de la gestion du projet et favorisent la responsabilité et de l'intégrité financières.

Pour mener à bien ces travaux complexes de façon coordonnée et intégrée – tout en veillant à ce que les édifices qui doivent être réhabilités demeurent sécuritaires et fonctionnels – la DGCP a mis en place 5 programmes interdépendants et étroitement liés :

  • le programme des grands projets d'immobilisation (GPI), qui permet de gérer les projets de réhabilitation et les projets de nouvelles constructions, y compris la construction et l'aménagement de tous les édifices de la Cité parlementaire, et ce, pour les locaux provisoires, les locaux permanents;
  • le programme de réfection comprend les travaux de réparation et de modernisation nécessaires dans les édifices qui sont occupés et en fonction, mais qui n'ont pas été encore entièrement réhabilités. Les projets visent à éliminer les risques immédiats à la santé et à la sécurité des occupants, à préserver les édifices, à réduire la détérioration continue et à rendre l'éventuelle remise en état moins complexe et coûteuse;
  • le programme de l'équipement et des éléments de connectivité des édifices (PEECE) comprend la fourniture, à l'échelle du complexe, d'accessoires, de mobilier et de matériel ainsi que la modernisation des communications multimédias et de la technologie de l'information (TI);
  • le programme de planification comprend les plans directeurs stratégiques et les plans d'aménagement. Il permet d'avoir recours à des études afin d'orienter les décisions d'investissement et de déterminer le niveau de priorité des projets à venir;
  • le programme de sécurité de l'infrastructure comprend l'exécution de mesures de sécurité dans la Cité parlementaire.

Au cœur de tous ces travaux, l'équipe solide de la DGCP met à profit ses compétences et son expertise pour gérer plusieurs projets complexes simultanément. La DGCP tire parti de plus de 15 ans de leçons apprises grâce à un registre qui est maintenu de façon à ce que les équipes de projet puissent le suivre et l'appliquer suivant le cas à la réalisation des projets. Les employés qui travaillent dans le fonctionnement, à la gestion de la relation avec la clientèle, à la gestion financière, à la gestion des personnes et des affaires, à la gestion des affaires du Cabinet et à la production des rapports ministériels appuient également l'exécution fructueuse des travaux du programme.

De plus, on fait appel, au besoin, à des tiers qui se spécialisent dans des secteurs comme la gestion de projets et de la construction, l'architecture et le génie, l'établissement des coûts, l'établissement des calendriers et le patrimoine pour s'assurer que les projets sont pris en charge par des personnes qui possèdent les compétences recherchées au moment voulu.

Les partenariats clés avec le secteur privé et les établissements universitaires, de même que les relations avec des organismes internationaux œuvrant dans des domaines semblables, permettent à la DGCP d'intégrer les meilleures pratiques de l'industrie, de tirer profit des leçons retenues et de trouver des façons novatrices de relever les défis uniques associés à la restauration des édifices patrimoniaux. Ainsi, la DGCP est en mesure de réaliser des projets en temps opportun et de façon rentable, et de fournir au Parlement les installations et les services dont il a besoin pour fonctionner efficacement au XXIe siècle.

De concert avec une équipe solide, la bonne gouvernance et gérance offrent le cadre nécessaire à un processus de prise de décisions efficace. La DGCP est continuellement à la recherche de façons d'améliorer l'intégration, d'optimiser l'utilisation des ressources, de se concentrer davantage sur le rendement et d'améliorer la collaboration. De plus, grâce à ses normes rigoureuses en matière de rendement des programmes et à sa surveillance attentive des résultats et des dépenses, la DGCP s'assure que les fonds publics affectés à la mise en œuvre de la VPLT sont utilisés de façon prudente, avec intégrité, et permettent d'atteindre les résultats escomptés par les Canadiens et les Canadiennes. L'exécution d'un programme aussi complexe et multidisciplinaire que la VPLT nécessite également une gestion rigoureuse du risque. La DGCP a mis en place ses propres processus et cherche également à obtenir la supervision d'une tierce partie, tant par des spécialistes du gouvernement que du secteur privé, afin de s'assurer que les risques associés à la VPLT sont bien gérés (annexe A).

Mise à jour de la vision et du plan à long terme

La dernière mise à jour majeure de la VPLT a été effectuée en 2006. Une nouvelle mise à jour est maintenant nécessaire pour intégrer les conditions et les exigences en évolution, tirer parti des occasions émergentes et veiller à ce que la VLPT tienne compte des priorités gouvernementales et parlementaires actuelles. Au cours de l'exercice 2016 à 2017, la DGCP a amorcé la phase 1 de la nouvelle mise à jour de la VPLT avec les partenaires parlementaires et les intervenants. Le résultat a été un ensemble de cinq orientations stratégiques qui fourniront un cadre d'orientation de la mise à jour de la VPLT (voir Annex B).

Parmi ces orientations stratégiques, mentionnons notamment l'adoption d'une approche de complexe parlementaire intégré, qui assurera un meilleur appui du fonctionnement sécuritaire et efficace du Parlement, de même que du Cabinet du premier ministre et du Bureau du Conseil privé. Le complexe parlementaire intégré ouvrira une perspective complète d'importants aspects de l'exécution des projets, y compris la sécurité, la technologie de l'information, la durabilité, l'accessibilité et la manutention des matériaux.

La prochaine phase des travaux (la phase 2) englobe les travaux collaboratifs entre l'équipe de projet de la DGCP, une équipe d'experts-conseils, les partenaires parlementaires et les groupes de travail formés d'intervenants au cours des prochains mois. Ces travaux collectifs permettront de déterminer des approches fonctionnelles, souples, intégrées et créatives afin de réaliser le plein potentiel du complexe de la Cité parlementaire et son rôle important dans la capitale nationale.

L'adoption d'une approche axée sur le complexe permettra à une nouvelle génération de Canadiens et Canadiennes et de parlementaires de participer à la réflexion et à la réalisation de leurs aspirations sur un complexe parlementaire intégré. Notre engagement envers les peuples autochtones est également une priorité dans l'évolution vers une approche de complexe, et le réaménagement de l'ancienne ambassade des États-Unis, située au 100, rue Wellington, est l'un de ces projets dans lesquels les organisations autochtones nationales sont déjà activement partenaires.

La mise à jour de la VPLT traitera de certains sujets de préoccupation qui présentent des possibilités d'amélioration, comme l'accessibilité et la durabilité du complexe de la Cité parlementaire. Par exemple, de nouvelles normes, lignes directrices et pratiques exemplaires en matière d'accessibilité seront élaborées afin d'enrichir l'expérience du visiteur, y compris la désignation de parcours à accès universel pour le terrain du complexe. De plus, la mise à jour de la VPLT appuiera les efforts de la DGCP en vue de devenir un chef de file en matière de durabilité environnementale. Une stratégie globale de durabilité à l'échelle du complexe, assortie d'objectifs mesurables et réalisables qui appuient les programmes et les engagements du gouvernement, est un élément clé de la mise à jour de la VPLT. La mise à jour explorera également les possibilités de réduire l'empreinte écologique du Parlement, d'évaluer l'utilisation de sources d'énergie propre, d'examiner les normes de gestion des locaux et de déterminer des stratégies de demande en matière de transport.

Pour faciliter la prestation de la mise à jour de la VPLT et d'autres services d'avant-projet, SPAC a l'intention de retenir les services d'une équipe multidisciplinaire expérimentée pour fournir une vaste gamme de services. On s'attend à ce que cette équipe comprenne des professionnels comme des architectes, des ingénieurs et des urbanistes ainsi que d'autres experts spécialisés.

Une transition historique : Déplacer le Parlement

Lorsque l'édifice du Centre a pris feu en février 1916, les fonctions parlementaires ont été transférées à l'Édifice commémoratif Victoria, maintenant connu sous le nom de Musée de la nature. Le Sénat du Canada et la Chambre des communes y ont opéré pendant que l'édifice du Centre était rebâti sur ses cendres, une entreprise monumentale si on se rappelle que le Canada participait alors activement à la Première Guerre mondiale.

Quatre ans et un armistice plus tard, le bâtiment inachevé a rouvert ses portes en grande pompe, accueillant à nouveau les fonctions parlementaires pour lesquelles il avait été conçu. Avec l'inauguration de la Tour de la Paix en 1927, le projet de construction historique est enfin terminé.

Aujourd'hui, environ 100 ans plus tard, cet édifice patrimonial s'est détérioré considérablement et les fonctions parlementaires sont de nouveau transférées à l'extérieur de l'édifice du Centre pour permettre à ce dernier de subir une importante réfection. Parmi les dommages causés à l'édifice du Centre, mentionnons l'effritement du mortier, le vieillissement des conduites d'eau et la vétusté des systèmes mécaniques, électriques et de sécurité. De plus, les besoins en matière de technologie et de sécurité croissent plus rapidement que les capacités du bâtiment quasi centenaire. Pour que les rénovations puissent aller de l'avant, le Sénat du Canada et la Chambre des communes quittent l'édifice du Centre et déménagent dans le Centre de conférences du gouvernement et l'édifice de l'Ouest récemment rénovés.

La transition des activités parlementaires de l'édifice du Centre est un engagement ministériel clé et un objectif fondamental de la VPLT pour la Cité parlementaire. En date du 31 mars 2018, l'édifice de l'Ouest, le Centre d'accueil des visiteurs (phase 1) et le Centre de conférences du gouvernement sont presque prêts à accueillir toutes les activités parlementaires. Cela permettra de libérer l'édifice du Centre et d'entreprendre sa restauration. La planification est en bonne voie d'assurer une transition sans heurt et le maintien des activités parlementaires.

Jusqu'à présent, tous les projets de la VPLT ont été axés sur l'aménagement de logements temporaires pour permettre la réfection de l'édifice du Centre. Tout au long de 2017 à 2018, la DGCP s'est concentrée sur la préparation de l'édifice de l'Ouest et du Centre de conférences du gouvernement pour cette prochaine transition historique. Comme les principaux travaux de construction seront terminés au printemps 2018, on s'efforce d'assurer l'état de préparation opérationnelle des bâtiments en vue d'un déménagement progressif qui débutera à l'été 2018 et qui sera achevé à l'hiver 2019.

Bien que la DGCP ait beaucoup d'expérience dans la collaboration avec le Parlement, une telle démarche et une telle transition demeurent extrêmement complexes. La DGCP et ses partenaires ont donc concentré leurs efforts sur l'état de préparation et la fonctionnalité opérationnelle. Une stratégie et des mesures d'atténuation claires sont en place et misent sur les leçons tirées des grands projets déjà réalisés dans la Cité parlementaire. Pour faciliter la transition, la DGCP a commencé à procéder à un roulement progressif des secteurs prioritaires, comme les chambres, les salles de comité et les bureaux, de concert avec le Parlement, afin de consacrer le plus de temps possible à l'intégration de la TI, du multimédia et des dispositifs de sécurité, ainsi que des essais et de la formation. La DGCP a également collaboré avec des partenaires parlementaires à des activités avancées de mise à l'essai afin d'accélérer le travail et d'assurer une transition en douceur. La mise à l'essai des principaux systèmes a commencé en 2017 et a été essentielle pour assurer la qualité et cerner les problèmes à régler avant la transition des activités parlementaires.

Les projets et les efforts déployés en 2017 à 2018 ont mis la transition sur une bonne voie vers la réussite en 2018 à 2019, marquant l'avènement du deuxième déménagement historique du Parlement de l'édifice du Centre. Le 14 juin 2018, le Bureau de régie interne et le Comité permanent de la régie interne, des budgets et de l'administration ont approuvé une approche plus progressive des opérations parlementaires, qui a commencé après l'ajournement des travaux du Parlement et se terminera à la fin de 2018, avec le déménagement des chambres et des bureaux des dirigeants pendant les vacances d'hiver.

Au-delà de la vision et du plan à long terme

En plus de faire progresser la VPLT, la DGCP met en œuvre de nombreux autres projets dans la Cité parlementaire. Ces projets ont une grande variété d'objectifs, allant du soutien à d'autres initiatives gouvernementales comme les célébrations du 150e anniversaire du Canada, à l'amélioration de certains biens, en passant par la collaboration et le partage d'information sur la préservation du patrimoine sur la scène internationale. Voici quelques exemples de projets exécutés par la DGCP durant l'exercice 2017 à 2018 :

Déroulement sans heurts : Intégration opérationnelle à l'appui de la transition

Grâce aux nombreuses activités de planification, d'enquête, de mise à l'essai et d'habilitation des grands projets de remise en état de la Cité parlementaire, les édifices continuent d'être exploités et entretenus quotidiennement avec une incidence minimale sur les occupants. Les activités d'enquête et d'exploration du projet commencent rapidement dans le cycle de vie du projet et peuvent chevaucher l'occupation des clients, « l'exploitation normale » des bâtiments pendant de longues périodes de temps avant la fermeture du bâtiment – d'un à deux ans. Un soutien spécial est accordé aux grands projets de l'État pour assurer la mise en œuvre harmonieuse des grands travaux de remise en état.

Les équipes d'exécution des projets et de Gestion des immeubles et des installations (GII) de la DGCP ont atteint un certain niveau de collaboration afin de coordonner les activités visant à optimiser le confort des occupants et à assurer que les activités parlementaires demeurent ininterrompues. L'équipe de GII met son expertise à contribution pour fournir des renseignements techniques détaillés sur les biens et l'historique ainsi que des programmes fonctionnels opérationnels dès le début de l'élaboration du projet. Elle travaille en partenariat avec les équipes de projet à l'étape de la mise en œuvre pour s'assurer que les procédures et les protocoles opérationnels sont respectés pendant l'occupation afin d'éviter de créer des interruptions imprévues des systèmes du bâtiment, ou de faire vivre aux clients des conséquences négatives des travaux. La DGCP a réussi à établir des partenariats tout au long du projet 2017 à 2018 pour la phase 1 du Centre d'accueil des visiteurs, de l'édifice de l'Ouest et les projets du Centre de conférences du gouvernement au moment où on prépare les édifices à leur remise en service, et avec l'équipe de projet de l'édifice du Centre au début des travaux de préparation pour cette prochaine grande rénovation.

En mettant l'accent sur la réussite de la transition, l'équipe de GII a été élargie en 2017 à 2018 afin de mieux répondre à l'augmentation prévue des actifs en transition. Une équipe dévouée en pleine croissance se spécialise dans la réussite de la transition et, grâce à cette croissance, la Direction générale est mieux préparée à faire face à la pression accrue annoncée en lien avec les transitions.

Navigation pour le Document « La vision et le plan à long terme rapport annuel exercise 2017 à 2018 »

Date de modification :