Une entreprise autochtone fournit des produits essentiels pour toute la population canadienne

Au début de mars, alors que la COVID-19 commençait à se propager au Canada, le groupe d'entreprises Spirit Healthcare du Manitoba a coordonné, en collaboration avec ses partenaires en Chine, la livraison d'équipement de protection individuelle (EPI) essentiel pour les Premières Nations de la province.

De nombreux articles d’EPI, dont du désinfectant pour les mains et des gants médicaux bleus, sont sur une table. Une casquette noire est posée sur une boîte dont l’étiquette porte la mention « Trousse de sécurité pour la famille ». Sur la casquette, on peut lire « Spirit ».

Le but de SpiritRx Services est de distribuer 20 000 trousses de sécurité pour les familles.

SpiritRx Services, l'entreprise spécialisée en fournitures pharmaceutiques et médicales du groupe, a reçu le produit moins de trois semaines plus tard et a commencé à assembler des trousses de sécurité pour les familles des 63 communautés des Premières Nations du Manitoba.

Chaque trousse de sécurité contient 20 paires de gants en nitrile, 20 masques de qualité chirurgicale, du désinfectant pour les mains, du savon et un thermomètre.

À la mi-mai, SpiritRx Services avait distribué plus de 3 000 trousses sur les 20 000 qu’elle s’était donnée pour objectif de distribuer.

Le groupe Spirit Healthcare trouve ses racines dans les principes de l'« autochtonomie ». « Nous nous efforçons de concilier nos croyances et nos valeurs culturelles avec des stratégies d'affaires rigoureuses », affirme Heather Berthelette, présidente-directrice générale de SpiritRx Services. « C'est ce que signifie l'autochtonomie. »

Avant la pandémie, le groupe Spirit Healthcare importait déjà des produits médicaux de Chine et les vendait sous sa marque Spirit.

Les premiers produits importés par l’entreprise étaient des glucomètres. La moitié des bénéfices découlant de leur vente ont été réinvestis dans des programmes de promotion d'une alimentation saine, les services de santé et l'éducation sanitaire des communautés autochtones, dans le but de modifier la trajectoire des maladies chroniques courantes dans ces communautés.

« Quand la COVID-19 a frappé, nous avons pensé tout de suite à nos communautés, surtout celles éloignées dans le Nord », indique Mme Berthelette.

« L'isolement volontaire pose problème en raison du surpeuplement », dit-elle. « Il arrive à certains endroits que plusieurs générations vivent ensemble. L'éloignement physique y est donc presque impossible ».

L'entreprise a ensuite intensifié la livraison d'EPI pour répondre aux besoins des provinces et du gouvernement fédéral.

« Comme nous avions confiance en la qualité des produits que nous obtenions, nous nous sommes inscrits sur les sites web des gouvernements provinciaux et fédéral (Achats et ventes) », ajoute Mme Berthelette.

Un homme portant un masque emballe des gants médicaux bleus.

Les trousses de sécurité pour les communautés éloignées constituent une priorité.

SpiritRx Services a fourni 1 million de blouses d'isolement au Manitoba, et d'ici la mi juin, l'entreprise exécutera un contrat fédéral pour la fourniture de centaines de milliers de thermomètres numériques.

Grant Humphrey, vice-président du développement des affaires de l'entreprise, se dit impressionné par la rapidité avec laquelle Services publics et Approvisionnement Canada a géré le contrat.

« Il s'est écoulé quatre jours entre la demande de prix et la passation de la commande fédérale », dit-il. « Et le paiement initial qui nous a permis de financer le contrat a été versé le sixième jour. J'étais très impressionné. »

Au moment où les stocks d'EPI commençaient à arriver, le bureau de Winnipeg de la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI) du gouvernement fédéral a pris contact. SpiritRx Services fournit maintenant à la DGSPNI plus d’un million de masques chirurgicaux, des centaines de thermomètres infrarouges (qui permettent de mesurer la température sur le front) et des milliers de bouteilles de désinfectant pour les mains.

Face à la forte demande mondiale et à la hausse des prix de tous les produits, les fabricants chinois exigeaient des acomptes importants.

« Les gouvernements fédéral et provinciaux l'ont bien compris dès le départ », explique M. Humphrey. « Ils ont donc débloqué des fonds pour réduire la somme que nous devions emprunter pour garantir la livraison. »

« Nous avons également eu de la chance, car notre partenaire en Chine œuvre dans le domaine des fournitures médicales depuis 30 ans. Il entretient des relations de longue date avec des centaines d'usines. Cela nous a aidés énormément. »

Mme Berthelette affirme que lorsque le monde sortira de la pandémie, l'entreprise cherchera à s'approvisionner davantage au pays.

« Nous sommes une entreprise détenue entièrement par des Autochtones, et nous sommes fiers de jouer un rôle de premier plan dans la fourniture des produits essentiels pour la population canadienne en cette période difficile pour tous », dit-elle.

Date de modification :