Déclaration du Bureau de la traduction de Services publics et Approvisionnement Canada concernant les services d’interprétation

Le 27 janvier 2021

Le Bureau de la traduction de Services publics et Approvisionnement Canada a le mandat d'offrir des services linguistiques de qualité aux institutions démocratiques du Canada. Il collabore étroitement avec l'administration de la Chambre des communes et du Sénat, les ministères et organismes fédéraux et ses autres partenaires – notamment les interprètes du secteur privé – afin d'assurer l'interprétation des séances du Parlement et du gouvernement, y compris les séances virtuelles.

Les aspects techniques liés à l'interprétation des diverses séances relèvent de leurs organisateurs et non du Bureau de la traduction, dont la responsabilité se limite aux services linguistiques. Or, le travail d'interprétation requiert des conditions techniques très précises pour être exécuté en toute sécurité, particulièrement en ce qui concerne la qualité du son. Ces conditions font parfois défaut lorsque la participation se fait à distance, ce qui a mené à une augmentation initiale des déclarations d'incidents de santé et sécurité liés à la qualité du son au début de la pandémie.

La santé et la sécurité sont une priorité pour le Bureau de la traduction, et il ne ménage aucun effort pour protéger tant ses interprètes permanents que ses fournisseurs du secteur privé. Avant même le début de la pandémie, le Bureau de la traduction avait commencé à prendre des mesures pour protéger les interprètes lors des réunions comprenant des participants à distance, leur fournissant par exemple des limiteurs de son externes. Ces mesures ont été renforcées depuis que les séances virtuelles sont devenues la norme.

Entre autres, le Bureau de la traduction sensibilise constamment sa clientèle aux dispositions à prendre pour favoriser la qualité de l'interprétation et la protection des interprètes. Il a notamment recommandé au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre des précautions pour atténuer les risques lors des séances virtuelles, précautions que le Comité a incluses dans son rapport à la Chambre des communes en mai 2020, à savoir :

Par ailleurs, afin de tenir compte de l'effort accru requis pour interpréter des séances virtuelles, le Bureau de la traduction a diminué la durée de travail des interprètes affectés à ces séances sans diminuer leur rémunération; actuellement, les interprètes font en moyenne trois heures d'interprétation par jour. Le Bureau de la traduction a également augmenté le nombre d'interprètes par séance afin de leur permettre de prendre des pauses. En tout temps, les interprètes ont la directive d'interrompre le service si les conditions de travail mettent leur santé en péril.

Le Bureau de la traduction élabore également une norme de protection de l'ouïe des interprètes, avec l'appui des experts en santé et sécurité de Services publics et Approvisionnement Canada et d'audiologistes externes. Cette nouvelle norme comprend des mesures pour réduire les risques d'incidents acoustiques, et prévoit la formation des interprètes.

Depuis le début de la pandémie, aucun interprète permanent du Bureau de la traduction n'a déclaré avoir souffert d'une perte auditive permanente et aucun n'est actuellement en congé de maladie. Les mesures déployées par le Bureau de la traduction ont depuis mené à une diminution du nombre d'incidents signalés.

De plus, le Bureau de la traduction poursuit certains projets de recherche entamés avant mars 2020 et en a lancé d'autres afin de recueillir des données probantes et de trouver des solutions concernant les enjeux liés aux interprètes. À titre d'exemple :

À noter enfin qu'en collaboration avec le Bureau de la traduction, le Parlement du Canada a remplacé toutes ses consoles d'interprétation par des modèles respectant la norme ISO, dotés de limiteurs intégrés. De plus, pour améliorer la qualité du son lors des séances virtuelles, le Parlement a fourni des casques d'écoute avec microphone intégré aux députés et aux sénateurs, et il en envoie aux témoins qui se présentent devant les comités parlementaires.

Le Bureau de la traduction reconnaît les risques comme étant réels. Il est déterminé à poursuivre ses efforts pour protéger la santé et la sécurité de ses interprètes.

Date de modification :