Réponse de la Diversification de l’économie de l’Ouest Canada

De Services publics et Approvisionnement Canada

Michael Wernick
Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet
Bureau du Conseil privé
80, rue Wellington, bureau 332A
Ottawa (Ontario) K1A 0A3

Monsieur,

En réponse à votre lettre du 2 novembre 2017, je tiens à souligner que la Direction générale des ressources humaines de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada (DEO) a fait preuve d’énormément d’innovation et de rigueur pour veiller à ce que nos employés reçoivent une paye sans erreurs et sans retard. Il est bon de noter que DEO compte à peine plus de 310 employés et que le Ministère, doté de services de rémunération internes, est intégré aux systèmes centraux (Mes RHGC et Phénix). La situation à DEO est bonne comparativement aux problèmes rencontrés par le personnel de certains autres ministères. 

Nous avons entièrement respecté nos engagements relatifs à la mise en œuvre des nouvelles conventions collectives, au règlement des retards et à l’élimination des situations nécessitant une avance salariale d’urgence. Nous avons actuellement six cas non réglés datant de plus de trente jours, comparativement à quarante antérieurement. Pour arriver à ce résultat, DEO a entre autres pris les mesures suivantes :

  • lancement d’une offre active pour les avances salariales aux étudiants afin de s’assurer qu’ils reçoivent leur premier chèque de paye au cours de leurs deux premières semaines de travail
  • intégration des flux de travaux et d’information entre les fonctions de dotation et de rémunération
  • communications proactives avec les employés et les gestionnaires sur les questions relatives à la paye, accompagnées d’un accès individuel direct aux conseillers en rémunération
  • entrée manuelle centralisée des données à plus haute incidence potentielle (Par exemple, heures supplémentaires et feuilles de temps des employés occasionnels et des étudiants, congé sans solde de moins de cinq jours, etc.)
  • lors de la mise en œuvre des révisions prévues aux conventions collectives et du versement des salaires rétroactifs connexes, un calcul du montant à prévoir en fonction de sa situation personnelle a été remis à chaque employé
  • mise en place de contrôles financiers : avant que la paye ne soit autorisée (article 33), les opérations comptables envoient désormais les éléments de la liste de paye au personnel de la rémunération pour examen. De plus, nous avons établi un système de vérification des heures de travail entrées dans Mes RHGC et Phénix afin de déceler les erreurs grâce à la révision de toutes les entrées par une deuxième personne. Nous faisons aussi le rapprochement de la paye ordinaire et des retenues de tous les comptes d’employé afin de garantir l’exactitude des T4

Comme démontré par le tableau de bord des ministères sans services de paye (ci-joint), DEO a en grande partie réussi à protéger son personnel de problèmes et retards importants liés au versement de la paye et à Phénix. Ce résultat est directement attribuable à la présence d’une unité de rémunération interne dotée d’employés possédant de nombreuses années d’expérience, à des relations efficaces avec les employés, à la latitude accordée à l’équipe des Ressources humaines pour gérer la rémunération de la façon qu’elle juge la plus efficace pour les employés, ainsi qu’au soutien du bureau du dirigeant principal des ressources humaines et de Services publics et Approvisionnement Canada. J’encourage le personnel de la rémunération de DEO à expérimenter dans le cadre de leur travail et à prendre des risques mesurés afin de veiller à ce que nos employés sont payés sans retard et sans erreurs.

Dylan Jones

c.c. : L’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement

p.j.

Date de modification :