La Cité parlementaire : Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires – mars 24 2021

Navigation pour document « Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires : mars 24 2021 »

État de la vision et du plan à long terme pour la Cité parlementaire

Contexte

Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) met en œuvre la vision et le plan à long terme (VPLT), une stratégie de restauration et de modernisation de la Cité parlementaire qui s’échelonne sur plusieurs décennies.

Remarque

Les questions relatives à un nouveau lieu national consacré aux peuples autochtones devraient être adressées à la ministre des Relations CouronneAutochtones et des Affaires du Nord, car elle est la ministre fédérale responsable de cette initiative.

Réponse suggérée

Si l’on insiste sur les panneaux d’interprétation sur l’édifice du Centre :

Si l’on insiste sur l’escarpement de la Colline du Parlement :

Si l’on insiste sur la poursuite des travaux durant la COVID :

Si l’on insiste sur la gouvernance et le coût des travaux à l’édifice du Centre :

Si l’on insiste sur l’augmentation précise des coûts pour l’édifice du Centre dont il a été question récemment dans les médias et en Chambre :

Si l’on insiste sur la préservation des trous de balle :

Si l’on insiste sur le réaménagement de l’îlot 2 :

Si l’on insiste sur le 100, rue Wellington :

Si l’on insiste sur la participation des Autochtones aux projets de la Cité :

Si l’on insiste sur la collaboration du Parlement :

Historique

Escarpement de la Colline du Parlement

La pente derrière la triade parlementaire s’est détériorée avec le temps à mesure que les espèces envahissantes (non indigènes) ont supplanté la forêt mixte saine. En raison de ce déséquilibre, les pentes dénudées se sont déstabilisées et, si elles ne sont pas rapidement réhabilitées, elles pourraient présenter des risques pour la santé et la sécurité.

En collaboration avec des experts en sylviculture, en géologie et en biologie environnementale, SPAC a mené à bien en 2015 un projet pilote visant à reboiser la partie est de l’escarpement. SPAC étend maintenant les travaux au côté ouest de l’escarpement. On y plantera des semis et des petits arbustes pour consolider la pente. Les 70 000 végétaux seront répartis comme suit : environ 4 100 arbres à feuilles caduques, 2 650 conifères, 3 000 gros arbustes, le reste étant composé de petits arbustes et plantes. En ce qui concerne les arbres, quelques variétés pourraient mesurer jusqu’à 1 m, mais la majorité mesurera au plus 1 pi lors de la plantation.

Mobilisation des parlementaires

Le Parlement participe activement à l’avenir de la Cité parlementaire et en particulier, de l’édifice du Centre. Le Sénat a mis sur pied un sous-comité du Comité sénatorial de la régie interne, des budgets et de l’administration, et la Chambre des Communes un groupe de travail de députés qui fournit des conseils et des recommandations au Bureau de régie interne. Les représentants de SPAC ont pris régulièrement la parole devant ces organismes depuis le printemps 2020, pour faire avancer les principales décisions relatives à l’édifice du Centre.

Au cours de l’automne 2020, plus de 40 parlementaires ont visité les chantiers de l’édifice du Centre et du Centre d’accueil des visiteurs du Parlement. Ce fut une dizaine de visites coordonnées pour vérifier l’avancement du projet. Dans l’ensemble, les réactions au projet ont été positives, sans égard à l’allégeance politique.

Les parlementaires ont soulevé des questions concernant la construction dans le cadre du projet. Ces questions portaient principalement sur des enjeux comme la quantité et le type de matières dangereuses retirées du site, le nombre d’ouvriers sur le chantier et l’incidence de la COVID-19 sur l’avancement des travaux. Des questions programmatiques portant notamment sur la gouvernance, l’échéancier et le coût de l’ensemble du programme sont également régulièrement soulevées.

Les parlementaires demeurent intéressés à comprendre l’évolution de la conception des fonctions parlementaires, notamment la Chambre et de ses halls, des salles des comités et des bureaux parlementaires.

Contexte de la vision et plan à long terme

La VPLT a été approuvée en 2001 en vue de la réhabilitation et la modernisation de la Cité parlementaire du Canada. Les échéances et le budget continuent à être respectés pour tous les grands projets.

À ce jour, SPAC a investi environ 3,5 milliards de dollars dans la Cité parlementaire, ce qui a permis de créer plus de 25 000 emplois dans les économies locales et nationales, notamment dans les secteurs de l’ingénierie, de l’architecture, de la construction, de la fabrication et des métiers spécialisés.

L’édifice de l’Ouest et l’édifice du Sénat du Canada restaurés, ainsi que le nouveau Centre d’accueil des visiteurs (phase 1) ont été transférés au Parlement à l’automne 2018. Ces projets ont fait suite à l’achèvement des 21 projets importants réalisés depuis la restauration de la Bibliothèque du Parlement en 2006, entre autres les projets relatifs à l’édifice du 180, rue Wellington (2016) et à l’édifice SirJohnA.Macdonald (2015).

Désormais, les efforts se concentrent sur la restauration et la modernisation de l’édifice du Centre et sur la valorisation des 23 biens restants de la Cité afin de créer un complexe parlementaire intégré qui répond aux besoins à long terme du Parlement, notamment en matière de manutention de matériel, de circulation des personnes et des biens, d’accessibilité, de durabilité et de sécurité.

La restauration de l’édifice du Centre est l’un des objectifs premiers de la VPLT. Il s’agira du plus vaste projet du genre jamais entrepris au Canada. Depuis la désaffectation de l’édifice à l’automne 2019, d’importants progrès ont été réalisés :

SPAC travaille avec les partenaires parlementaires (Sénat, Chambre des communes, Bibliothèque du Parlement, Bureaux du premier ministre et du Conseil privé) pour définir leurs exigences fonctionnelles et de conception. Plusieurs décisions importantes ont été prises, notamment la taille du Centre d’accueil des visiteurs du Parlement et l’approche à retenir pour préserver la Chambre des communes et ses halls. SPAC continue de collaborer avec ses partenaires pour les décisions qui n’ont toujours pas été prises, notamment en ce qui concerne la séquence d’entrée au Parlement et l’utilisation de la cour et du puits de lumière Est. Les résultats de ces décisions appuieront directement les efforts de conception déployés pour la réfection de l’édifice et éclaireront la portée de base, le calendrier et le budget du projet.

Dans le cadre de l’engagement du gouvernement du Canada à renouveler les relations avec les peuples autochtones et à faire progresser la réconciliation, le premier ministre a annoncé, le 21 juin 2017, à l’occasion de la Journée nationale des peuples autochtones, que le 100, rue Wellington deviendrait un lieu national pour les peuples autochtones. Ce projet comprend également le réaménagement de l’ancien immeuble de la CIBC situé au 119, rue Sparks et d’un espace intercalaire situé entre les 2 bâtiments.

En juin 2019, alors que la planification du développement à long terme se poursuivait, SPAC a achevé un projet d’utilisation à court terme au 100, rue Wellington, qui avait été élaboré conjointement avec les organisations autochtones nationales (Assemblée des Premières Nations, Inuit Tapiriit Kanatami et le Ralliement national des Métis), la Nation algonquine, RCAAN et SPAC. Toutefois, l’espace n’a pas été ouvert comme prévu en raison d’une absence de consensus entre les organisations autochtones nationales par rapport à la gouvernance et d’une demande de la Nation algonquine (représentée par le Conseil tribal de la Nation algonquine Anishinabeg [CTNAA]) visant un partenariat égal et complet.

La colline du Parlement attire des millions de visiteurs chaque année et est un moteur essentiel du tourisme, qui contribue de façon importante à l’économie d’Ottawa. SPAC s’engage à faire en sorte que l’expérience positive des visiteurs et des parlementaires se poursuive tout au long du programme de réhabilitation.

SPAC a tiré parti de la VPLT afin de créer des occasions favorables pour les Canadiens de partout au pays, y compris les jeunes et les Autochtones. Nous nous sommes engagés à ajouter des dispositions à tous nos contrats pour les grands projets afin qu’au moins 5 % du travail soit donné en sous-traitance à des entreprises autochtones.

La VPLT vise à réduire l’empreinte carbone du gouvernement. SPAC a déjà réduit les niveaux de gaz à effet de serre dans la Cité de 60 % par rapport aux niveaux de 2005 et est en voie d’atteindre 80 % d’ici 2030 tout en détournant plus de 90 % des matériaux de démolition des sites d’enfouissement.

La Cité est un exemple d’accessibilité; elle atteindra et, dans certains cas, dépassera les normes en matière d’accessibilité. L’édifice de l’Ouest et l’édifice du Sénat du Canada comprennent un accès libre et des caractéristiques d’accessibilité améliorées dans les chambres, les galeries publiques, les bureaux, les lieux de rassemblement, les toilettes et les corridors.

Navigation pour document « Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires : mars 24 2021 »

Date de modification :